28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 20:28
Greenpeace dénonce les pratiques d’E.Leclerc avec son jus multi-pesticides

Greenpeace souhaite dénoncer l'immobilisme de la chaîne de supermarché E. Leclerc face aux pesticides présents dans ses fruits et légumes en lancant une campagne avec des “jus multi-pesticides” à base de produits de la grande enseigne.

 

Greenpeace avait lancé sa course au zéro pesticide mettant en concurrence les plus grandes enseignes de supermarchés comme Auchan, Carrefour, Casino, U et E.Leclerc. L’ONG positionne les enseignes en fonction des moyens qu’elles mettent en oeuvre pour réduire leur recours aux pesticides dans la culture de leurs fruits et légumes. Et cela commence par éliminer en priorité les plus dangereux (néonicotinoïdes, cyperméthrine, deltaméthrine, chlorpyrifos, etc.). Face à l’immobilisme de E.Leclerc, Greenpeace a lancé sa campagne “jus multi-pesticides”.

 

L’effet cocktail des pesticides

 

Selon Greenpeace, Auchan, Casino, Intermarché se contentent du minimum dans la réduction de l’utilisation des pesticides et le soutien aux agriculteurs tandis que Carrefour fait preuve de bonne volonté. Mais du côté d’E.Leclerc, c’est l’opacité la plus totale. Greenpeace dénonce l’absence de soutien à ses producteurs pour éliminer les pesticides de leurs productions et la course au prix bas qui pousse l’enseigne à la rentabilité au détriment de la santé et de la préservation de l’environnement. Selon elle, deux tiers de ces denrées sont traitées aux pesticides.

 

Selon LeFigaro.fr,  les analyses commandées par Greenpeace révèlent quatre substances toxiques différentes sur les abricots d'origine France et cinq dans les fraises. Bien que les concentrations respectent les seuils maximum autorisée par la législation, Greenpeace met en garde contre l’effet cocktail des pesticides qui accroît l’effet toxique de chaque molécule chimique (étude de l’INRA sur “Les effets cocktails des substances toxiques démontrés in vitro” en 2013).

 

Un cocktail explosif

“C’est un jus réalisé à partir de fruits et légumes achetés chez E.Leclerc. Ils ont été sélectionnés avec soin parmi des produits issus de l'agriculture conventionnelle car ce sont ceux qui contiennent le plus de pesticides.”

 

Avec ce jus fait à partir de fruits et légumes de l’enseigne contenant des résidus phytosanitaires, Greenpeace veut informer les clients et révéler “la face cachée d’E.Leclerc”. L’ONG lançait donc son opération de communication auprès des journalistes en leur livrant des “jus multi-pesticides”. Une idée pertinente et qui prêtait à sourire si la bouteille n’avait pas explosé dans plusieurs rédactions. 

Les pesticides en cause ? Non, le cocktail non pasteurisé a fermenté tout le week-end, le gaz produit a donc fait exploser la bouteille.

Source : allodocteurs

 

Published by Notre Terre
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 07:41
Dubaï crée la plus grande centrale solaire au monde pour fournir en électricité 75 % du pays dès 2050

 

 

Dubaï, première ville des Émirats arabes unis, est reconnue pour se lancer des défis toujours plus grands. Son nouveau projet est de construire une centrale solaire géante à concentration de 1 000 mégawatts pour 2030. Ce système concentre le rayonnement solaire et produit de l’électricité même une fois la nuit tombée.

 

Présentée comme la plus grande centrale solaire au monde par Saïd Mohamed Al-Tayer, le PDG de l’Autorité de l’eau et de l’électricité de Dubaï, la première partie de ce projet devrait s’achever en 2021 permettant ainsi de produire une concentration de 200 mégawatts. Puis atteindre d’ici 2030 une concentration de 1 000 mégawatts.

 

En 2013, Dubaï avait déjà inauguré un parc solaire de 13 mégawatts qui devrait également être développé pour atteindre un concentration de 200 mégawatts d’ici 2017. Actuellement d’une capacité de 100 mégawatts, cette centrale d’une valeur astronomique de 600 millions de dollars, soit 535,7 millions d’euros, peut alimenter 20 000 foyers en électricité. Ce parc solaire est composé de longues rangées de capteurs à miroir parabolique et couvre une superficie équivalente à 285 stades de football !

L’avantage des centrales solaires à concentration c’est qu’elles permettent de stocker l’énergie même après le coucher du soleil. Le futur parc solaire de Dubaï sera doté d’une tour avec un champ de capteurs solaires, nommés héliostats, qui dirigeront les rayons du soleil au sommet du système. Ainsi grâce à un cycle thermodynamique, l’énergie solaire est transformée en chaleur puis en électricité.

 

À partir de l’intégralité de ses projets, Dubaï souhaite produire 5 000 mégawatts en 2030 et compte développer au maximum l’énergie solaire dans les années suivantes. Le pétrole devenant beaucoup plus rare, la ville désire lancer d’autres projets similaires actuellement en cours de développement. Saïd Mohamed Al-Tayer espère produire 75 % de son énergie grâce aux ressources renouvelables en 2050.

 

À la rédaction, on encourage ce projet pharaonique qui représente véritablement l’avenir. En effet, face à la pénurie des énergies fossiles et leur impact néfaste sur notre environnement, les énergies renouvelables ne peuvent être que bien accueillies ! La folie des grandeurs de Dubaï fait de l’ombre à Noor, cette centrale solaire marocaine qui était destinée à devenir la plus grande au monde avant l’arrivée de ce projet.

Published by Notre Terre
commenter cet article
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 20:48
La pollution de l'air fait près de 50 000 morts par an en France

 

 

Les effets dramatiques de la pollution sur la santé se confirment une fois de plus. La pollution de l'air due aux particules fines est responsable de 48 000 décès chaque année en France, dont plus de 34 000 seraient évitables, selon une étude rendue publique ce mardi.

 

Le poids sanitaire («fardeau») de cette pollution liée aux activités humaines (transports, industrie, chauffage avec des énergies fossiles comme le fuel, agriculture...) correspond à 9% de la mortalité en France continentale, selon l'étude d'impact de Santé Publique France, qui regroupe depuis début mai l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), l'Institut de veille sanitaire (InVS) et l'Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus). 

 

«Le fardeau de la pollution de l'air se situe au troisième rang derrière celui du tabac (78 000 morts) et de l'alcool (49 000 morts)», souligne le Pr François Bourdillon, directeur général de cet organisme public. L'étude française confirme notamment l'étude européenne Cafe (Clean air for Europe, soit Air pur en Europe, en français) de 2000 qui estimait à plus de 40 000 le nombre de décès liés à la pollution en France.

 

Selon Santé publique France, une personne de 30 ans perd jusqu'à plus deux ans d'espérance de vie. Cette perte est, en moyenne, plus élevée dans les grandes villes (15 mois et plus), mais elle n'épargne pas les zones rurales (9 mois). Au niveau géographique, la carte des concentrations de particules fines montre par exemple qu'elles sont plus élevées dans de grandes zones urbaines : région parisienne, Nord-Est de la France et l'axe Lyon-Marseille.

 

L'amélioration de la qualité de l'air permettrait des bénéfices importants, selon les scénarios envisagés dans ce travail. Plus de 34 000 décès seraient évitables chaque année si les communes atteignaient le niveau de particules fines des 5% des communes équivalentes (taille de population) les moins polluées, selon l'un de ces scénarios. «Les personnes de 30 ans gagneraient en moyenne 9 mois d'espérance de vie», précise Mathilde Pascal, épidémiologiste de Santé Publique France. Ce gain dépasserait un an dans les zones les plus polluées (19,6 millions d'habitants).

 

L'exposition chronique plus dangereuse que les pics de pollution

 

Par ailleurs, à long terme, les pics de pollution pèsent moins sur la santé que l'exposition chronique aux particules fines. Dans les 17 villes du programme de surveillance «Air et santé», de 2007 à 2010, entre 85 % (Nancy) et 100 % (Montpellier et Nice) des décès (hors accidents) et des hospitalisations pour causes cardiaques attribuables aux effets à court terme des PM10 (les particules d'une taille inférieure à 10 micromètres) sont associés à des niveaux journaliers inférieurs au seuil d'alerte des pics de pollution. Enfin, outre les maladies cardiovasculaires (infarctus...), l'exposition aux particules fines contribue aux maladies respiratoires ou neurologiques et au développement de cancers.

 

 

Published by Notre Terre
commenter cet article
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 20:46
Recette de pâte à tartiner maison sans huile de palme
Published by Notre Terre
commenter cet article