NON à la ferme-usine des mille porcs à Chabottes!

Publié le par Notre Terre

NON à la ferme-usine des mille porcs à Chabottes!

 

 

Un nouveau bâtiment d'engraissage industriel s'apprête à voir le jour au printemps 2016. Ces cochons seront élevés sans jamais voir le soleil des Hautes Alpes, ils vivront entassés sur des caillebotis dont il faudra couper la queue pour ne pas qu'ils se la mangent entre eux, des Cochons qui recevront des antibiotiques pour ne pas tomber malades, et qui recevront sans doute des antidépresseurs pour supporter de vivre comme cela...

 

Mais des Cochons qui auront l'honneur d'avoir l'appellation " Cochon de Montagne " à leur sortie de l'Abattoir. Quelle belle vie !Quelle belle mort ! La capacité du bâtiment sera de 1072 porcs! Ils seront engraissés en moins de 6 mois, cela fera plus de 2500 porcs par an. L'exploitaton aura lieu sur la commune de Chabottes, à 150m de la première maison du hameau de Chabottonnes. D'autre part, cette usine ne créera aucun emploi, elle ne valorisera pas la vallée du Champsaur, lieu touristique d'importance dans le département des Hautes-Alpes... Bien au contraire : elle aura un impact négatif sur l'attractivité de la vallée et sur le tourisme qui est le poumon de l'économie locale.

 

À proximité du site, se trouve une miellerie avec son petit magasin, des gîtes en activité, des chambres d'hôtes, une colonie de vacances, un petit hameau en pleine expansion dont la population de résident principal a doublé en quelques années ( 68 personnes en 1998 contre 124 en 2015 ).

 

Le lisier produit par les cochons sera épandu dans 5 communes du Champsaur ( Chabottes, Buissard, Ancelle, St Léger et St Jean St Nicolas ), polluant ainsi les sols en les saturant de nitrates, de médicaments qu'auront ingérés les cochons. Polluant également l'eau jusqu'à la nappe phréatique, dont dépendent des dizaines de milliers de personnes. Ce projet n'a pas de sens, ce type d'élevage est inadapté à une époque où nous cherchons à manger de manière plus saine et raisonnée.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article