Huit Français sur dix estiment qu'il faut interdire le glyphosate

Publié le par Notre Terre

Le peuple a parlé. Quand le diktat de Bruxelles va t-il cesser? Quand est-ce que les minorités de bureaucrates et de technocrates vont arrêter de pondre des lois contraires au bon sens commun et contre l'avis de la majorité? Où est le processus démocratique en ce moment? En ce moment je vois que nos vieilles démocraties sont fatiguées, usées et corrompues à tous les niveaux et qu'elles glissent doucement vers l'oligarchie (Oligos = le plus petit nombre et Arko = commander), littéralement le commandement au plus petit nombre. Il est temps que la voix du peuple se fasse entendre!

Huit Français sur dix (81%) estiment qu'il faut interdire le glyphosate, parce que cet herbicide est "potentiellement dangereux pour la santé", selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting* pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi 26 octobre. Seuls 19% des sondés pensent au contraire qu'il "ne faut pas l'interdire", parce que "sa dangerosité n'est pas certaine et que les agriculteurs français en ont besoin".  

 Les Français sont unanimes, quelle que soit leur orientation politique. Cette interdiction est demandée par 86% des sympathisants de gauche, 85% de ceux d'En Marche, 75% de ceux de droite et 77% des sympathisants du FN.  

La moitié des Français pensent que Nicolas Hulot n'a pas de poids pour défendre l'environnement

Par ailleurs, 55% des Français estiment que le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, ne pèse pas dans les décisions du gouvernement concernant l'environnement. Le ministre est premier, en terme de cote d'adhésion, dans le baromètre politique Odoxa de la semaine, mais seuls les sympathisants En Marche "sauvent" son action au gouvernement. Ils sont 73% à penser que Nicolas Hulot pèse "fortement".

Les sympathisants écologiques, eux, sont une courte majorité (53%) à juger que le ministre agit. Les autres sondés sont bien plus critiques : 57% des sympathisants de la gauche de la gauche, 63% de ceux de la droite parlementaire et 69% de ceux du Front National estiment que le ministre "ne fait rien" pour l'environnement.  

Notre-Dame-des-Landes illustre un clivage dans l'opinion

Près d'un sondé sur deux (49%) pense que Nicolas Hulot devra démissionner de son ministère si la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est confirmée, en décembre. Cette division montre de profonds clivages dans l'opinion. Ainsi, 74% des sympathisants LREM, 58% de ceux du PS et 53% de ceux des Verts ne souhaitent pas sa démission. A l'inverse, 62% des sympathisants du Front National et 56% de ceux de la gauche de la gauche estiment qu'il devra quitter son poste.  

*Ce sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et le Figaro a été réalisé par internet les 25 et 26 octobre 2017, auprès d'un échantillon de 1 000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquelles 224 sympathisants de gauche, 145 sympathisants En Marche, 112 sympathisants de droite hors FN et 163 sympathisants du FN. La représentativité de l'échantillon est assurée par la méthode des quotas.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article