L'inexorable avancée du béton sur la Nature

Publié le par Notre Terre

Tous les 10 ans, l'équivalent d'un département français est "artificialisé". Des sols agricoles souvent fertiles sont transformés en zones commerciales, d'habitation, de loisirs, etc. Avec des conséquences souvent irréversibles.

En France, on estime à près de 10% la surface du territoire artificialisé : les sols artificialisés sont les sols bâtis, revêtus et/ou stabilisés, mais aussi ceux dont la vocation première (naturelle ou agricole) se transforme en se simplifiant ( le passage, par exemple, d'une prairie à une monoculture céréalière). 10%  des sols artificialisés, cela laisse 90% du territoire qui ne l'est pas.  Sauf qu'un peu partout, les maisons individuelles, les zones d'activités, de loisirs ou de commerce se développent avec des conséquences souvent irréversibles : terres qui ne peuvent plus produire, imperméabilisation des sols, perte de bio-diversité.  Ces conséquences sont environnementales et parfois socio-économiques (désertification des commerces de centre ville notamment). 

Prise de conscience 

Le phénomène commence à être étudié, et également une prise de conscience des élus émerge. Notamment sur le sujet précis des zones commerciales en périphérie des villes, qui a déplacé l'activité économique en dehors des centres, amenant une importance vacance des locaux commerciaux dans les cœurs des communes. 

Voici le cas de Peynier, petit village de Provence, au pied de la montagne Sainte Victoire, où le maire souhaite implanter sur 15 hectares une zone d'activité qui va imperméabiliser de la terre à vigne, dont certaines classées AOP.  Des riverains, accompagnés par la Confédération Paysanne notamment, s'y opposent.  Ils estiment que c'est d'abord dans les "dents creuses", ces espaces morcelés non utilisés et dans la continuité du village, qu'il faudrait construire.


L'UNAM, qui regroupe les aménageurs privés en France, dénonce le double discours d'un gouvernement qui voudrait limiter l'artificialisation des terres, tout en promouvant une politique de construction de logement.  Mais il apparaît que l'essentiel des sols qui se retrouvent artificialisés le sont pour d'autres raisons que pour se loger, c'est ce que nous apprennent des chercheurs de l'IDDRI.  Ils étudient les causes et les conséquences de cette artificialisation sur la bio-diversité notamment.


Europa-City, un projet pharaonique, une artificialisation emblématique

C'est un projet emblématique, au cœur du triangle de Gonesse, une trouée de 700 hectares de terres agricoles entre les aéroports du Bourget et de Roissy : Europa City.  Porté par la filière immobilière du groupe Auchan et le géant du parc de loisir chinois Wanda, le projet compte bien utiliser ce foncier agricole disponible pour y installer un nouveau centre. Mais les opposants d'Europa City sont de plus en plus nombreux. "Utilisons ces terres agricoles pour imaginer l'agriculture de demain aux portes de la ville " plaide notamment le groupement CARMA, qui propose un projet alternatif.


Source : France Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article