Roger Didier : l'histoire de l'homme qui n'aimait pas les arbres

Publié le par Notre Terre

 

Lettre ouverte à M. Roger Didier, Maire de Gap

 

Gap, le 8 janvier 2018

Monsieur le Maire,

 

Les habitants de Gap en ont assez, plus qu’assez, de voir disparaître tous les arbres de la ville sous les fallacieux prétextes de refaire les places et d’aménager les voies de circulation et selon vos propos « dégager la vue » (au boulevard Charles de Gaulle), car il est bien connu que les arbres gâchent la vue ! Nous vous demandons instamment de cesser cette hécatombe. Nous récusons d’avance tous les pseudo-arguments techniques ou économiques qui vous « obligeraient » à supprimer les derniers arbres du centre-ville. Ces arbres étaient là avant vous et vous leur devez le respect.

 

Même sur la place de la Cathédrale vous avez osé faire abattre les platanes qui apportaient un équilibre esthétique harmonieux à la Cathédrale et au parking qui la précède : vous n’êtes pas conscient du sacrilège que vous avez commis !

Aucun maire de Gap avant vous n’avait coupé autant d’arbres dans cette ville.

La minéralisation à outrance montre l'absence cruelle d’une vraie politique écologique... Même si vous prétendez servir les intérêts de la Ville de Gap, même si vous n’avez jamais eu une véritable politique de l’environnement et si vous vous êtes contenté de discours de façade, la triste réalité est bien là et votre frénésie à supprimer notamment les vieux platanes nous semble plus grave que vous ne croyez !

 

La liste de vos méfaits est longue :

 

  • Abattage des platanes sur l’avenue Jean Jaurès,
  • Abattage des platanes de la place de Ladoucette,
  • Abattage des arbres au parc de la Villa Chabrand,
  • Abattage des marronniers et des platanes place de la République,
  • Abattage du tilleul du square Henry Dunant,
  • Abattage des platanes Boulevard Charles de Gaulle,
  • Abattage d’arbres sur la route de Veynes. Une fois de plus, il fallait « dégager la vue » de la ville pour les touristes !
  • Abattage des platanes de la place de la Cathédrale
  • ….et que dire de tous les autres arbres coupés depuis le début de votre mandat ?
  • A quand votre prochain forfait ?

 

Nous vous rappelons que les arbres sont un patrimoine irremplaçable. Nous avons le devoir et la responsabilité de les préserver et de les transmettre aux générations futures.

Les fonctions de l'arbre en ville sont fondamentales : il est un véritable épurateur atmosphérique ; il capte le gaz carbonique, ainsi que de nombreux polluants, et libère de l’oxygène. Il est l’un des garants de la biodiversité et atténue les nuisances sonores.

Il apporte une ombre fraîche, sans comparaison avec celle d’un bâtiment ou d’un parasol. Il contribue au bien-être dans nos villes. Sa suppression entraîne souvent la disparition de bancs, d'espaces de jeux, de lieux d’échanges informels. Il favorise le lien social.

 

Nous sommes conscients que la ville de Gap grandit et qu’à ce titre des aménagements sont nécessaires mais jusqu’où compter vous aller dans la bétonisation de la capitale « douce » ? Ne connaissez-vous pas les exemples d’autres villes de même taille qui sont arrivées à concilier développement urbain et protection des espaces arborés ?

 

Par votre propension irrésistible à bétonner et à asphalter, vous créez des déséquilibres environnementaux. L’aridité des sols causée par la sécheresse historique de cet automne couplée à la bétonisation galopante de la plaine de Lachaup a généré l’inondation de cette plaine lors des fortes pluies du lundi 11 décembre 2017. Cette inondation laisse entrevoir des désastres futurs.Voulez-vous répéter les mêmes erreurs d’urbanisation commises sur la côte varoise ? Nous vous rappelons que les racines des arbres sont un frein au ruissellement des eaux – aspect trop souvent négligé dans la gestion du risque d’inondations.

 

On constate le peu d'intérêt que vous accordez aux défenseurs des arbres et de la nature lors de vos conseils municipaux et dans les enquêtes publiques. Vous régnez en maître absolu sur la ville, et de plus au Conseil Municipal, vous avez fait en sorte qu’il n’y ait aucune opposition capable de vous contrer efficacement. Ainsi vous pourrez laisser l’empreinte de votre passage à la Mairie !

 

La modernité et la technologie doivent être au service du Vivant et non l’inverse. L’évolution des villes doit s'adapter aux besoins fondamentaux de l'être humain et à la présence des arbres. Nous exigeons que vous fassiez de Gap une ville humaine en refusant le bétonnage systématique et le rouleau compresseur de cette modernité froide.

 

Dans l’espoir que notre appel pour les arbres soit entendu, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, nos salutations distinguées.

 

 

Elzéard et Bouffier

 

 

Copie à Mesdames et Messieurs les membres du Conseil Municipal de Gap

Copie à la presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chroniques Cartographiques 24/01/2018 14:44

Il ne faut surtout pas se taire. Je vuens de poster 3 tweet avec des photos. Les reseaux sociaux sont nos seuls moyens d'expression libre.
https://twitter.com/chronique_carto/status/956159649174249472

Chroniques Cartographiques 21/01/2018 10:57

Je vois que cette maladie est contagieuse! En effet, nous avons les mêmes soucis d'abattage d'arbres sur la commune de Rouen en Normandie. Pour laisser le foncier à Bouygues ou Nexity (et renflouer les caisses de la commune) ou pour faire plaisir aux forains et étendre leur foire et mettre plus de manèges, la mairie abat les arbres en masse ! C'est dramatique, des arbres magnifiques le long d'avenues assez larges et bétonnées qui, pendant les épisodes de canicules, aident également à lutter contre des ilôts de chaleur intense empêchant la température de redescendre en cycle nocturne. Le pire, c'est qu'à Rouen la majorité est "plurielle" et qu'il y a des élus EELV qui cautionnent ces actions d'abattage de masse d'arbres de plus de 60 ans. Déplorable !!

Notre Terre 21/01/2018 14:11

Merci pour votre commentaire, il m'est très utile. Et d'ailleurs j'encourage tous les citoyens français vivant dans des communes pratiquant l'abatage d'arbres à venir témoigner ici.
Chez nous aussi Bouygues immobilier a pignon sur rue, ils vont même jusqu'à mettre de grandes pancartes dans les champs encore libres en annonçant qu'il cherche encore des terres libres pour bâtir. Cette société est devenue puante.