Les voleurs de rêve

Publié le par Notre Terre

arbre-remarquable

Abattre un arbre, c’est toucher à l’âme du monde, c’est le violenter avec la force aveugle et rugissante du développement.

Un arbre n’est pas juste un arbre, il n’est pas simplement ce que l'on voit de lui ou ce qu’il nous montre. Un arbre est bien plus qu’un tronc sur lequel poussent des branches et sur lesquelles poussent des feuilles. Dans les arbres on retrouve l’âme du monde, la Terre les portent comme elle porte les océans, ils sont les témoins valeureux et vigoureux de notre monde et de son histoire.

L'arbre symbolise cette douce poésie, parfois teintée de romantisme, parfois de mélancolie où l'on s'imagine les images d'autrefois de personnages déambulant dans des paysages bucoliques. Il est symbole de douceur et de joie de vivre, il nous fait rêver, il nous apaise, nous enlève nos maux, il nous fait grandir. L'arbre porte en lui le divin, il est à lui seul une forme de magie extraordinaire ! Plantez une graine en terre, donnez-lui un peu d’eau et de soleil, et cette graine n’aura qu’une envie ; se fendre, éclore, sortir de la terre pour aller toucher le ciel, pour aller à la rencontre du créateur. Une puissante volonté de vie anime une graine alors qu’elle n’a pas même éclos, elle est l'étincelle divine. Un peu de terre, de l’eau et du soleil et la voilà qu’elle s’éveille, prête à devenir cet arbre robuste qui traversera les âges.

J'ai la ferme sensation qu'il y a comme une jalousie dans l’esprit de certains hommes. L’arbre traverse les siècles, il se bonifie et grandit à chaque saison alors que l’homme peine à arriver à quatre-vingt ans en bonne santé. C’est à croire que la seule chose que l’homme autoriserait à lui survivre seraient ses propres créations, c’est-à-dire des canettes de soda dans les ruisseaux et des parkings. L’arbre dans toute sa magnificence est une insulte à l’égo de l’homme, il traverse les âges sans se soucier de lui et lui montre à quel point il n’est rien. Alors, l’homme pour se croire quelque chose, abat ce qui le ramène à sa propre condition de mortel ; tel un papillon de nuit éphémère ne supportant pas son évanescence.

Abattre un arbre, c’est nous priver de poésie et de spiritualité, comme si ce nouveau monde froid et lisse, gouverné par ce dieu obscure qu’on appelle « croissance » réclamait des sacrifices pour empêcher les humains de rêver, car un humain qui rêve n’est pas productif doivent marteler en cœur les hommes en cravate dans leurs tours de verre et d’acier…si loin du sol, si loin de la terre.

Protéger les arbres, les aimer, les chérir va bien au-delà de leur simple protection, se faisant, nous gardons l’âme du monde, nous protégeons nos rêves, nous sommes garants de l’œuvre de Dieu. Tout être qui protège les arbres est un gardien de la Terre. La Terre a besoin de plus de gardiens, car n’oublions pas que ce monde a besoin de poésie, l’être humain a besoin de beauté, il a besoin de s’émerveiller et le plus beau des émerveillements est celui que nous offre la nature dans sa grande générosité.

Le bonheur n’est pas d’avoir mais d’être. Le bonheur est d’être dans la nature, auprès des arbres, qui est notre vraie nature profonde et non de tenter de la posséder et de la contrôler au nom de motifs ridicules de développement. Le bonheur ne peut se construire au détriment de la nature, il est là partout autour de nous, gratuit, illimité, alors ne laissons pas les voleurs de rêve détruire la beauté du monde, ne les laissons pas nous ôter cette poésie car le jour où nous ne rêverons plus marquera le début de notre véritable esclavage.

Jérôme Garnier

Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article