Le printemps 2020 ne sera peut être pas silencieux

Publié le par Notre Terre

geai

Dans le cadre du confinement sanitaire lié au coronavirus, la Nature dans sa grande bonté, nous offre un concert à nos balcons. On écoute à nouveau les oiseaux distinctement à Paris, et dans les autres villes de France en ce moment. C’est le grand paradoxe de cette période de confinement, que de nous faire entendre ce qui est en train de disparaître.

Je voulais ici mettre à nouveau en lumière les effets positifs de ce virus qui offre pour la première fois depuis le début de l'ère industrielle, un véritable répit pour la planète :

- La Chine a décrété l'interdiction de la détention et de la consommation d'animaux sauvages, suite aux fortes suspicions qui pèsent autour de virus que porteraient le pangolin ou la chauve souris.

- Les chasseurs ne peuvent plus sortir, cons finis, euh confinés qu'ils sont.

- Des villes touristiques comme Venise revoient les poissons qui avaient déserté la lagune vénète, les eaux redeviennent claires.

- Le nord de l'Italie, extrêmement pollué et industrialisé respire à nouveau. La chute du CO2 est visible de l'espace, idem en Chine pour la région du Huwan. Les adolescents n'avaient jamais vu le ciel bleu en journée et le ciel étoilé la nuit.

- Le trafic aérien a chuté de plus de 10%, on peut enfin admirer le ciel sans ses traînés chimiques vaporeuses. Le transport aérien représente 4% des émissions de Co2 dans le monde.

-Coup de gel également pour les travaux publics : des travaux de bétonisation, de lotissements dans les champs, de divers projets routiers ou autoroutiers sont à l'arrêt ou fortement ralentis. Sous des formes diverses, un chantier de travaux publics a des impacts sur l’environnement. On peut citer notamment des effets tels que le bouleversement des paysages, les nuisances sonores, les émissions de poussières, les actions sur les sols et l’eau, la production de déchets, la consommation de matériaux naturels et d’énergie.

- Le commerce mondial fortement ralenti du fait des fermetures de frontières de la quasi totalité des pays.

Ce virus qui certes a causé de nombreux morts a le mérite de soulager notre pauvre planète au bord du gouffre. Il intervient dans un contexte où nos dirigeants politiques et où les industriels étaient emplis de bons sentiments à l'égard de la Nature mais où personne n'agissait. L'humanité avait besoin d'un recadrage, elle qui dévore tout, elle qui détruit tout, se voit paralysée par un ennemi invisible.

Que chacune et chacun en tire des leçons d'humilité et de respect.

Publié dans Les bonnes nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article