L'Allemagne va faire un effort pour les forêts tropicales

Publié le par Gerome

La conférence de l'Onu sur la biodiversité, qui a débuté le 19 mai à Bonn, a pris un nouveau tour mercredi avec l'annonce que l'Allemagne allait débloquer des moyens supplémentaires pour protéger les forêts tropicales, gardiennes du climat et de la biodiversité.
L'Allemagne va verser une contribution supplémentaire, qui atteindra en 2013 un demi-milliard d'euros par an, pour la protection des forêts et des autres écosystèmes menacés, a annoncé la chancelière Angela Merkel.

Entre 2009 et 2012, Berlin compte débloquer un total de 500 millions d'euros, a-t-elle précisé.
La chancelière a fait cette annonce alors que la conférence de Bonn est entrée mercredi dans une phase politique décisive, avec l'entrée en scène des ministres de l'Environnement des pays participants qui ont entamé trois jours de débats sur les moyens de préserver la diversité de la vie animale et végétale de la planète.

Berlin espère que d'autres pays suivront son exemple pour lutter contre la déforestation dans le monde, qui au rythme actuel, contribue à près du quart des émissions de carbone, plus que le secteur des transports.
"L'Allemagne ne peut supporter seule ce fardeau", a averti Angela Merkel, glissant au passage que "toute contribution" des autres pays serait la bienvenue.

Message reçu par Bruxelles: "si les 191 parties de la Convention étaient animés du même esprit que Mme Merkel, nous pourrions encore démontrer que nous sommes sérieux dans nos efforts pour réduire la perte de la biodiversité", a lancé le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

Cette conférence qui doit prendre fin le 30 mai, est "critique si nous voulons atteindre nos objectifs en 2010", a-t-il fait remarquer, appelant à "redoubler d'efforts".
Il s'agit de la neuvième conférence des pays membres de la Convention de l'ONU sur la diversité biologique (CDB) qui avait été adoptée en 1992 lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro.

La CDB s'est fixée pour objectif de ralentir de manière significative d'ici 2010 le rythme actuel effarant de l'appauvrissement de la biodiversité.
Greenpeace a salué l'annonce de la chancelière Merkel qui "a envoyé un signal très fort et très important qui était vraiment nécessaire pour faire avancer les négociations au sommet sur la biodiversité", selon Martin Kaiser, chef de sa délégation à la conférence de Bonn.

"Ce qui est important maintenant, c'est que les autres pays industrialisés joignent leurs efforts pour apporter au total les 30 milliards d'euros par an qui seraient nécessaires pour la protection des forêts vierges et donc du climat", a ajouté le représentant de Greenpeace.

Les participants font le lien avec le climat et estiment que l'érosion de la biodiversité mérite autant d'attention que le réchauffement climatique.
"C'est une question de survie pour l'humanité", a estimé le ministre allemand de l'Environnement, Sigmar Gabriel.

Car "si nous continuons comme si de rien n'était, il nous faudrait deux planètes, or nous n'en avons qu'une", a-t-il lancé.
Il a cependant estimé que des progrès ont été accomplis à Bonn sur la question de "l'accès et du partage des bénéfices" (Access and Benefit Sharing - ABS), découlant de l'utilisation des ressources génétiques provenant des forêts vierges par les pays industrialisés.

L'objectif est de conclure un régime international lors de la prochaine conférence de la CDB qui se tiendra en 2010 à Nagoya, au Japon.

Source : AFP

Merci l'Allemagne! Ce n'est pas la première fois que je salue à travers de nombreux articles, le bon sens Allemand. Ces gens là ont tout compris : abandon du nucléaire, villes et villages "écolos", maintenant une aide substantielle pour les Forêts tropicales; il faudrait maintenant qu'elle entraîne les autres pays de l'UE dans son sillon.... Mais ça c'est une autre histoire!



Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Les émissions de CO2 ont diminué en 2006 dans sept pays du G8

Publié le par Gerome

A lire le titre on penserait que c'est une très bonne nouvelle... Les émissions de CO2 ont effectivement baissé mais par la force des choses ou plutôt par la conjoncture économique. Les émissions de gaz à effet de serre ont diminué en 2006 dans l'ensemble des pays industriels du G8, à l'exception de la Russie, marquant la baisse la plus conséquente depuis 1990.
Cette baisse de 0,6% entre 2005 et 2006 est dûe en grande majorité à la hausse des prix du pétrole et à un hiver particulièrement doux aux états-unis où la demande en chauffage a été faible.



L'Allemagne est le pays du G8, dont les émissions ont le plus fortement chuté depuis 1990. En Russie, les émissions de gaz à effet de serre s'étaient effondrées peu après la disloquation de l'URSS, la hausse de 2005 à 2006 est de 3,1% et coïncide avec une croissance économique soutenue.
Le G8 a dégagé dans l'atmosphère 14,04 milliards de tonnes de CO2 en 2006, contre 14,12 milliards en 2005.....Peut-on parler alors d'une avancée siginificative? Cette baisse des émissions ne prouve nullement que les pays du G8 se soient réellement préoccupés de faire chuter leurs rejets de CO2.

Il aurait été préférable que la diminution des rejets de dioxyde de carbone soit liée à une réelle politique environnementale, à une implication significative des grands pays industrialisés mais voilà ceci est dû au simple fait que nous pouvons moins rouler et qu'il a fait chaud aux états-unis.

Tout ceci me fait croire de plus en plus que la reformation de la couche d'ozone et la baisse de la pollution atmosphérique se fera par la force des choses et non par une réelle prise de conscience.



Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

MERCI!

Publié le par Gerome

10.000
C'est le nombre de personnes qui ont visité mon site depuis sa création.




Publié dans Divers (Hors sujet)

Partager cet article

Le prix du pétrole à la rescousse des Océans

Publié le par Gerome

Les prix du gazole, de l'essence et du fioul domestique ont atteint de nouveaux records. Le litre de gazole, carburant le plus consommé en France, dépassait 1,41 euro le litre, celui de l'essence SP95 est monté à 1,4454 euro. Quant au prix du fioul, il a atteint 0,9627 euro le litre.
A cause de cette hausse certains métiers sont pénalisés comme les taxis, les chauffeurs-livreurs.......mais aussi-et c'est là où ça devient intéressant- les marins pêcheurs.
D'un côté je compatis pour eux car ils sont au chômage technique et d'un autre coté je ne peux m'empêcher d'applaudir en pensant que les mers et les océans actuellement surexploités ont droit à un repis bien mérité.
Selon le magazine Science, entre 80 et 100 millions de tonnes de poissons sont pêchées chaque année dans les océans. Harengs, cabillauds, colins et maquereaux sont les espèces de poissons les plus communément pêchées.


En raison de la pêche intensive, la plupart de ces espèces sont aujourd’hui au bord de l’extinction : 75 % des stocks mondiaux sont surexploités. Malgré ces chiffres alarmants, 90 % des subventions européennes sont toujours destinées à la pêche industrielle.
Déjà en 1877, dans son roman visionnaire et pro-écologique, Jules Vernes avait prédit que les océans seraient vidés de leurs poissons et de leurs mammifères et "encombrés de méduses" et cela est en train de devenir une réalité au début du XXIe siècle.

Nous nous sommes octroyés un droit quasi divin sur les êtres vivants qui peuplent la Terre et les Océans et aujourd'hui la seule chose qui peut mettre fin à notre frénésie destructrice est tout simplement la hausse du prix des carburants.
La folie meurtière de l'homme est au chômage technique!

C'est évident que nous avons à nourrir 6 milliards et demi de personnes mais il est aussi évident que nous avons à le faire dans des conditions respectueuses de notre environnement. La pêche intensive a des conséquences dramatiques pour la faune et la flore marine, par exemple les chalutiers sont équipés d’un ordinateur capable de détecter des bancs, et la longueur des filets permet de pêcher jusqu’à 1 000 mètres de fond, contre 300 auparavant.
Leurs filets de pêche en forme de poche sont traînés sur le fond de la mer, avec ce type de pêche il n’y a pas de choix sélectif possible et c'est alors tout l'écosystème qui est mis en danger  :
-  Des poissons trop petits pour êtres vendus
-  Des espèces non commerciales ou (et) non comestibles
- Toutes créatures qui étaient posées sur le fond comme les oursins, les étoiles de mer et les crabes sont ramassés
- Des espèces protégées comme les tortues, ou encore des phoques, dauphins et oiseaux marins font parti du butin macabre de ces bateaux usines.



Alors au vu de ces constatations je ne peux m'empêcher de voir un heureux événement dans la hausse des prix du brut. Les poissons vont avoir le temps de se reproduire et les populations vont pouvoir grandir. Il est toujours intéressant de voir les autres conséquences d'un événement, on nous parle beaucoup de la détresse des marins mais très peu de la détresse des poissons.





Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

1 2 3 > >>