Des micro-algues pour fabriquer du biopétrole

Publié le par Gerome

Les chercheurs de Bio Fuel Systems (BFS) travaillent actuellement sur un projet de biopétrole à base de micro-algues. Les végétaux en question s'alimentent du gaz carbonique rejeté par une cimenterie.

 

biopetrole.jpg


La structure mise en place par Bio Fuel Systems (BFS) ressemble à une forêt de tubes remplis de millions de micro-algues. Les bâtiments sont situés sur une plaine de la région d'Alicante au sud-est de l'Espagne. Il s'agit là d'un concept sur lequel travaillent depuis cinq ans des chercheurs espagnols et français. Si le prototype est encore considéré comme expérimental, il pourrait fournir l'énergie de demain : le biopétrole.


Le principe consiste à acheminer via un pipeline le dioxyde de carbone rejeté par une cimenterie non loin de la structure. En même temps que l'air est dépollué, le gaz recueilli alimente en énergie les micro-algues afin qu'elles puissent quotidiennement se multiplier. Ces végétaux, issus d'une dizaine de souches, ont été prélevés en Méditerranée et en Atlantique. Tous les jours, les 400 tubes sont vidés d'une partie de leur liquide. Celui-ci est filtré, pour obtenir une biomasse à la base du biopétrole. L'eau restante est remise dans les tubes.


Une unité pourrait produire plus d'un million de barils par jour

Le protocole a été mis en place dans l'objectif de reproduire en accéléré le processus de formation du pétrole. Eloy Chapuli, ingénieur, explique à l'AFP : "Nous essayons de simuler les conditions qui existaient il y a des millions d'années, quand le phytoplancton s'est transformé en pétrole. De cette façon, nous obtenons un pétrole équivalent au pétrole actuel". Selon M. Stroïazzo-Mougin président et fondateur de BFS, une unité de 50 kilomètres carrés serait capable de produire environ 1 million 250.000 barils par jour. La société assure que les barils pourront être vendus à un prix compétitif grâce à la vente de produits dérivés obtenus à partir de la biomasse.


Cependant l'idée est utopique et le pétrole produit devra attendre quelques temps avant d'être commercialisé. "Il nous faudra entre cinq et dix ans de plus pour passer à une production industrielle", confirme M. Stroïazzo-Mougin. Pour l'heure, d'autres entreprises se sont lancées dans d'ambitieux projets. C'est le cas de Vattenfall, groupe d'énergie public suédois qui étudie depuis 2010 un dispositif à base d'algues capables d'absorber le gaz carbonique rejeté par les usines de charbon. L'entreprise américaine ExxonMobil désire également investir jusqu'à 600 millions de dollars pour exploiter le potentiel des algues dans la production de pétrole.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Cancer: les bons aliments et ceux à éviter vraiment

Publié le par Gerome

De nombreux aliments protègent du cancer alors que d'autres en augmentent les risques. Le point sur quelques études récentes sur les aliments anti-cancer... et ceux qu'il vaut mieux éviter.

1. Cancer: pas de soda pour le pancreas

Des chercheurs de l'Université du Minnesota ont découvert un lien entre la consommation de sodas et le cancer du pancreas. Après avoir suivi l'état de santé de 60 000 Indonésiens, ils se sont rendu compte que les personnes qui développaient un cancer du pancreas étaient également des consommateurs réguliers de sodas.
Les chercheurs pensent que le fort taux de sucre de ces boissons augmente le taux d'insuline fabriqué par le pancréas, ce qui augmente ensuite le risque de développement de cellules cancéreuses. Le cancer du pancreas fait partie des cancers les plus rares mais il est l'un des plus mortels avec un taux de survie à 5 ans qui n'est que de 5%.

 

2. Cancer : du thé vert pour vos poumons

Boire du thé vert pourrait réduire les risques de contracter un cancer du poumon… même si vous fumez. C'est ce qu' révélé une étude présentée lors d'une conférence de l'American Association for Cancer Result.
Les polyphénols du thé vert sont de puissants antioxydants, et les préparations à base de thé ont déjà montré leur capacité à empêcher la formation de tumeurs.
Pour cette étude, les chercheurs ont examiné les habitudes de 170 patients atteints de cancer du poumon et de 340 patients sains. Les résultats ont montré que, tous patients confondus, ceux qui ne consomment pas de thé vert ont cinq fois plus de risque de contracter un cancer du poumon par rapport à ceux qui en consomment au moins une tasse par jour. Parmi les fumeurs, le risque est douze fois plus élevé.

 

3. Cancer: pas de carottes pour les fumeurs

Une étude réalisée en Israël a montré que plus on consomme de caroténoïdes, moins les risques de cancer du côlon sont élevés. Cependant, chez les fumeurs réguliers, on observe un effet contraire : les caroténoïdes des fruits et légumes favoriseraient l’apparition de cancers du côlon. Ainsi, les fumeurs devraient être informés que les effets potentiels bénéfiques d’une importante consommation de fruits et légumes sont entravés par une consommation régulière de tabac.
Dans cette étude, il a été trouvé qu’il existe une relation inverse entre la consommation de caroténoïdes et les risques de cancer colorectal. Cependant, le tabagisme réduit significativement voire même renverse cet effet à la base protecteur de l’ingestion de caroténoïdes sur les risques de cancer colorectal.

 

4. Cancer : ne lésinez pas sur le curcuma

Le curcuma et le poivre sont étudiés depuis longtemps comme traitements potentiels contre le cancer, mais une nouvelle étude laisse entendre pour la première fois que ces épices pourraient prévenir le cancer en visant spécifiquement les cellules souches.
Les chercheurs du centre de cancérologie de l'université du Michigan aux Etats-Unis ont découvert que lorsque la curcumine, un élément chimique se trouvant dans le curcuma, et la pipérine, qui provient du poivre noir, sont ajoutées à une culture de cellules, le nombre de cellules souches est réduit tandis que les cellules normales sont épargnées. Les chercheurs estiment que l'élimination des cellules souches cancéreuses et la réduction du nombre de cellules normales sont essentielles dans la lutte contre le cancer.
La pipérine renforce les effets de la curcumine, et les deux éléments stoppent le processus de renouvellement des cellules souches cancéreuses.

 

5. Cancer: évitez le sel de la charcuterie

Certaines charcuteries favoriseraient l'apparition du cancer du côlon: c'est la conclusion d'une étude présentée en juillet par des chercheurs de l'Institut National de Recherche Agronomique (INRA) de Toulouse. En s'intéressant au lien entre consommation de charcuteries et cancers du côlon, les chercheurs ont découvert que les 4 facteurs réunis que sont :la coloration de la charcuterie, l'ajout de nitrites, la cuisson et l'oxydation, pouvaient provoquer une augmentation significative des lésions précancéreuses au niveau du côlon. Cancer: L'INRA rappelle que 100 nouvelles personnes sont atteintes d'un cancer du côlon chaque jour.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Partager cet article

Energies propres : les investissements de 2010 ont augmenté de 30%

Publié le par Gerome

Les investissements dans les énergies propres ont augmenté de 30% en 2010. Ce constat encourageant est tiré d'un rapport établi par l'ONG américaine Pew Charitable Trust et publié aujourd'hui. 

 

Avec 243 milliards de dollars à l'échelle mondiale, les investissements dans les énergies propres ont augmenté de 30% en 2010. La Chine arrive en tête des investisseurs avec 54,4 milliards de dollars, suivie de l'Allemagne (41,2 milliards), des Etats-Unis (34 milliards), de l'Italie (13,9 milliards) et du Brésil (7,6 milliards), rapporte l'Expansion. La France arrive quant à elle en 8e position avec 4 milliards de dollars.


Pour la Chine, son statut de "superpuissance mondiale de l'énergie propre" lui a permis de fournir au monde près de la moitié des modules de panneaux solaires et des turbines éoliennes. Le pays concentre également  47% des investissements mondiaux dans l'énergie éolienne grâce à son ambition de dominer le secteur.

L'Allemagne quant à elle représente le pays ayant fournit le plus d'efforts dans le développement des énergies propres. Son investissement a été estimé à 1,4% de son produit intérieur brut (PIB), et concerne majoritairement des petits projets de panneaux solaires sur toitures.

En 2010, la capacité de production des énergies propres s'élève à un total de 388 gigawatts (GW) ce qui équivaut à environ 400 réacteurs nucléaires. Les éoliennes constituent la plus grande part avec 193 GW.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

Une feuille artificielle qui peut chauffer une maison

Publié le par Gerome

Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont développé une feuille artificielle qui produit de l’énergie dix fois plus vite que la photosynthèse naturelle, et qui pourrait créer assez d’énergie pour chauffer une maison pendant un jour.


Un scientifique nommé John Turner avait déjà créé la première feuille artificielle il y a plus d’une décennie, mais celle des chercheurs du MIT est plus petite, plus puissante et moins chère que celle de Turner.

Le professeur Daniel Norcera a récemment présenté son modèle lors du meeting annuel de l’American Chemical Society en Californie. Il s’agit d’un appareil solaire sophistiqué de la taille d’une carte à jouer que l’on laisse flotter dans un récipient d’eau. Un peu à la manière de la photosynthèse réalisée par une feuille naturelle, la feuille utilise la lumière du soleil pour séparer les deux composants essentiels de l’eau, l’oxygène et l’hydrogène, qui sont ensuite utilisés pour produire de l’électricité.


La conception de ce nouveau prototype, qui contient également de la silicone et des circuits électroniques, a été possible grâce à la découverte de nouveaux catalyseurs puissants et bon marché en nickel et en cobalt. La feuille a fonctionné pendant au moins 45 heures d’affilée sans s’arrêter au cours des tests préliminaires. Norcera estime qu’avec quatre litres d’eau, une feuille pourrait produire assez d’électricité pour une maison dans un pays en développement pendant un jour. Il n’en fallait pas plus pour que certains tabloïds britanniques s’extasient: «Des scientifiques prétendent avoir trouvé le “Saint Graal” de la science avec une feuille artificielle qui pourrait transformer chaque maison britannique en sa propre centrale», écrit le Daily Mail.


L'invention peut sembler trop belle pour être vraie, mais elle est bien réelle et est déjà en passe d’être commercialisée. Wired.co.uk rapporte que le géant indien Tata Group a déjà passé un accord avec le chercheur du MIT pour construire une centrale électrique de la taille d’un réfrigérateur au cours des prochains 18 mois. Pour le moment, Nocera vise principalement les pays en développement:


«Notre but est de faire de chaque maison sa propre centrale électrique. On peut imaginer des villages en Inde et en Afrique dans un futur proche achetant des systèmes de production d’électricité basiques et abordables à partir de cette technologie.»

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>