Gorbatchev plaide pour un tribunal écologique mondial

Publié le par Gerome

Mikhaïl Gorbatchev, 81 ans, a été président de l'URSS de 1985 à 1991. Il a obtenu le prix Nobel de la paix en 1990 pour sa contribution à la fin de la guerre froide. Il a fondé en 1993 Green Cross International, une association de défense de l'environnement.

Elle dispose d'un budget de 18 millions d'euros, financé par des donations privées et des subventions allouées par 34 Etats. M. Gorbatchev, qui la préside toujours, a pris la parole devant les délégations de 140 pays, lundi 12 mars, pour l'ouverture du sixième Forum mondial de l'eau, qui se tient à Marseille jusqu'au 17 mars. Il a répondu au Monde.

gorbatchev.jpg


Pourquoi avoir réorienté votre vie vers la défense de l'environnement ?

Ce n'est pas du tout une nouvelle vie, c'est ma vie, voilà tout ! Je suis un paysan du nord du Caucase, fils de paysan, qui a longtemps vécu en lien étroit avec la nature, avant de connaître une vie d'intellectuel, d'homme politique, puis de chef d'Etat. Notre existence était misérable, nous avons connu la famine, les purges staliniennes et l'agression des nazis. Je n'ai pris conscience que très tardivement, quand je suis arrivé au comité central de l'ex-Union soviétique, du massacre écologique du pays : pollution de l'air, des rivières, déforestation, contamination des sols... Dire que nous étions si fiers de notre modèle... Tous ces massacres étaient répertoriés dans des documents tenus secrets ! Depuis, je ne veux plus de silence sur ces sujets, et je porte un message de défense de la planète.


Qu'est-ce qui vous différencie des autres ONG ?


 On ne cherche pas particulièrement à se distinguer, on travaille dur, ce n'est pas facile. Notre marque de fabrique, en quelque sorte, c'est notre volonté d'informer et d'éduquer. Le plus important, c'est l'éducation. Nous voulons que les gens soient au courant de ce qui se passe dans ce domaine. Quand je suis arrivé à la tête de l'Union soviétique, c'était le grand silence. Je me suis dit : "Plus jamais ça !"


Vous parlez beaucoup d'éducation, mais, depuis des années que vous tenez ce discours, l'état de la planète ne s'est pas amélioré. Faut-il en venir à une politique de coercition ?


 Oui. Je serais personnellement très favorable à la création d'un tribunal international chargé de juger ceux qui sont coupables de crimes écologiques, aussi bien des chefs d'entreprise que des chefs d'Etat ou de gouvernement. Ce tribunal, il faudrait évidemment en définir avec précision le statut, les règles, les compétences.


Soutenez-vous la création d'une organisation mondiale de l'environnement, comme le réclame la France ?


Je n'y suis pas opposé, mais sceptique. Il faut faire attention à ne pas mettre sur pied une nouvelle organisation bureaucratique, qui pourrait agir, dépenser de l'argent, sans tenir compte de l'avis des gens. Cela pourrait finalement freiner l'énergie de la société civile. Le moteur, c'est elle. Même si je ne suis pas convaincu par l'idée de cette nouvelle institution, je reconnais que vous, les Français, avez été en pointe dans bien des domaines. En particulier sur le droit à l'eau, que vous avez inscrit dans votre corpus juridique, et que les Nations unies ont reconnu en juillet 2010.


Trois pays d'Europe, l'Allemagne, l'Italie et la Suisse, ont décidé de sortir du nucléaire. Ont-ils raison ?


 Nous soutenons une sortie progressive du nucléaire militaire et civil. J'ai vécu l'expérience de Tchernobyl, qui tient une place énorme dans ma vie. Pour moi, il y a un avant et un après-Tchernobyl. Quatorze milliards de roubles déversés en très peu de temps pour contenir un seul réacteur dans un sarcophage ! Et pour quel résultat... On aurait pu penser que, trente-cinq ans après, le Japon, nation évoluée, confronté au désastre de Fukushima, s'en serait mieux sorti. Or, les Japonais se débattent toujours aujourd'hui dans les difficultés.


Nous soutenons les pays qui ont opté pour le désarmement et pour la fin du nucléaire civil, mais nous avons évolué dans nos prises de position. Désormais, nous pouvons comprendre que, pour certains pays comme la France, qui ont peu d'autres ressources, la transition énergétique prenne plus de temps.


Vous défendez le développement durable, ce qui implique de remettre en question un modèle basé sur la course à la croissance. Des pays émergents comme la Russie ou la Chine peuvent-ils entendre ce discours ?


Oui, bien sûr. Mais c'est aux pays développés de montrer l'exemple au reste du monde. Il leur faudra changer eux aussi et sortir de ce qu'on appelle communément "le consensus de Washington", c'est-à-dire l'orthodoxie économique libérale qui les rend incapables, dans le fond, de comprendre la nouvelle donne écologique et sociale.


L'écologie relève-t-elle des ONG ou des Etats ?


Des ONG, sans conteste, même si les gouvernements ne peuvent plus rester passifs. Quand ils ont agi, les Etats ont commis beaucoup d'erreurs.


On dit que vous pourriez laisser les rênes de votre association à Arnold Schwarzenegger ?


Non, je ne vais pas démissionner pour laisser la place à Terminator ! La rumeur vient du fait que M. Schwarzenegger a fondé lui aussi une association de défense de l'environnement, et qu'il veut travailler avec nous sur certains projets, ce que nous croyons souhaitable. Je suis un homme âgé maintenant, je n'ai plus le même dynamisme. Mais avec l'expérience, je constate que, si vous voulez résoudre un problème, vous devez avoir des femmes avec vous. Il y en a beaucoup à Green Cross, et je dis aux autres : "Bienvenue à bord."

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

Les rhinocéros pourraient disparaître d'Afrique du Sud dans quatre ans

Publié le par Gerome

Dans quatre ans, les rhinocéros pourraient avoir totalement disparu d'Afrique du Sud. Un scénario inéluctable si le pays ne parvient pas à lutter plus efficacement contre le braconnage intensif de l'espèce menacée.

 

rhinoceros.jpg

Si le braconnage continue de décimer les rhinocéros à son rythme actuel, l'espèce aura disparu d'Afrique du Sud d'ici quatre ans, alerte Karen Trendler. Surnommée "Maman rhino" après avoir pris soin de 200 petits rhinos à Pretoria, cette spécialiste sud-africaine des soins vétérinaires d'urgence ouvrira bientôt les portes d'un orphelinat pour accueillir les bébés dont les mères ont été tuées. Elle mène en ce moment une campagne pour récolter des fonds en faveur de cet orphelinat.


"Je déteste être alarmiste ou envisager le pire, mais si le braconnage continue à ce rythme, dans les prochains mois, la population de rhinocéros va baisser et nous assisterons à son extinction, certains disent en 2015", rappelle-t-elle à l'AFP. "Nous en sommes seulement aux trois premiers mois de l'année, et il y a déjà 109 tués. Cela nous met tous tellement en colère", explique Karen Trendler. Le braconnage n'a cessé de s'intensifier ces dernières années. Il est de plus en plus organisé. Récemment, quatre braconniers infiltrés dans le parc national Kruger, la plus grande réserve animalière d'Afrique du Sud, ont été arrêtés. Le pays amplifie sa lutte, en déployant des centaines de soldats notamment. Mais la demande en cornes de rhinocéros est de plus en plus importante.


"Avec la croissance économique en Asie, les gens ont plus d'argent pour acheter des soins de médecine traditionnelle et la croyance dans les vertus de la corne contre le cancer est malheureusement en vogue", déplore Karen Trendler. "Il faut ajouter à ça l'aspect le plus sinistre de l'affaire qui consiste à faire des stocks en prévision de l'extinction de l'espèce, ou du moment où la population de rhinocéros chutera faisant monter le prix des cornes", explique-t-elle.


Le refuge qu'elle s'apprête à créer doit être installé dans la réserve de Mokopane, dans le Limpopo au nord du pays. Il sera doté d'une unité de soins intensifs, de couveuses, et sera surveillé par des caméras. Une fois soignés et suffisamment forts pour reprendre leur liberté, les petits rhinocéros retrouveront la vie sauvage.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

L'oréal veut arrêter les tests sur les animaux

Publié le par Gerome

Le géant français des cosmétiques L'Oréal a annoncé avoir versé 1,2 million de dollars à l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) qui développe actuellement une alternative aux tests cliniques sur les animaux.

 

tests-animaux.jpg


Alors que les militants continuent de critiquer les laboratoires qui pratiquent encore des tests sur les animaux, une nouvelle alternative à ces essais cliniques pourraient prochainement voir le jour. C'est ce qu'a annoncé le géant français des cosmétiques L'Oréal qui a versé pas moins de 1,2 million de dollars à L'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA). En effet, celle-ci travaille en ce moment même au développement sur un système de tests cliniques baptisé ToxCast.


Lancé en 2007, celui-ci vise à identifier les composants chimiques d'un produit et leur éventuelle toxicité et comprend aujourd'hui pas moins de 250 tests rapides visant 2.000 substances chimiques avec une toxicité potentielle. "ToxCast est capable d'identifier rapidement des milliers de composants chimiques grâce à des centaines de tests, et fournit des résultats fiables pour plusieurs types de toxicité", explique dans un communiqué David Dix, l'un des responsables de l'EPA. Or, "en raison des coûts élevés et du temps que prennent les essais sur les animaux, l'éventuelle toxicité de nombreux composants chimiques en circulation n'a pas été évaluée en détails", ajoute t-il cité par l'AFP. 


Ainsi, les fonds alloués par L'Oréal permettront d'étudier si ces tests peuvent être utilisés plus largement. Mais outre cette contribution financière, le géant entend bien participer davantage et a d'ores et déjà prévu de fournir des informations sur les produits chimiques utilisés dans ses cosmétiques, élargissant l'éventail des types de composants étudiés par ToxCast et utilisés par l'industrie. L'EPA sera en mesure de comparer les résultats de ToxCast et les données de L'Oréal pour déterminer si la fiabilité et la pertinence (des résultats) sont suffisantes pour publier des estimations (sur l'éventuelle toxicité) des composants chimiques des cosmétiques, précise le communiqué.


Actuellement, l'expérimentation animale est soumise à une réglementation très stricte mais des millions d'animaux sont encore utilisés dans la recherche. De nombreux chercheurs affirment ainsi que les traitements de maladies telles que le diabète et la polio ont été possibles grâce aux tests sur les animaux, actuellement utilisés dans la recherche sur les hépatites, le sida et les cellules souches. Pourtant, il existe aujourd'hui plusieurs alternatives plus rapides, plus précises et moins onéreuses que certains rechignent cependant à utiliser.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Partager cet article

L'image du jour

Publié le par Gerome

alien nucléaire

 

Ils ont de quoi se moquer ces aliens!!!

 

 

 

 

 

Publié dans Nature

Partager cet article

Le futur de l'eau se dessine au Forum mondial à Marseille

Publié le par Gerome

Accès à l'eau potable, changement climatique, sécurité alimentaire: le 6e Forum mondial de l'eau, la plus importante manifestation internationale sur cette ressource vitale, s'ouvre pour une semaine lundi à Marseille avec la volonté affichée de passer du stade des débats à celui des solutions.

La manifestation doit rassembler 25.000 personnes de 140 pays, dont une dizaine de chefs d'Etat et plus de 80 ministres.

 

goutte-d-eau-au-robinet.jpg


Tous les acteurs sont attendus: gouvernements et parlements, autorités régionales et locales, organisations internationales et ONG, banques de développement, entreprises et experts.

"Ce n'est rien moins que le futur de l'eau qui se décide à Marseille", déclare Loïc Fauchon, président du Conseil mondial de l'eau, organisateur de ce forum qui se tient tous les trois ans.


La population mondiale est passée de 1,7 milliard d'individus en 1900 à plus de six en 2000. Alors que la population triplait, la consommation d'eau a été multipliée par plus de six.

Dans un rapport publié mercredi, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) souligne l'urgence de réformer la gestion de l'eau pour éviter une grave détérioration des ressources.


"Faute d'une modification en profondeur des politiques, nous nous exposons à des coûts élevés sur le plan de la croissance économique, de la santé humaine et de l'environnement", prévient le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, dont la présence est annoncée mardi.


UN RISQUE POUR 4 MILLIARDS D'HUMAINS


Selon ce rapport, 3,9 milliards de personnes vivront vraisemblablement d'ici 2050 dans des bassins confrontés à un fort stress hydrique.

Plus de 240 millions de personnes demeureront sans accès à une source d'eau améliorée d'ici à 2050 et près de 1,4 milliard resteront privées d'accès à un assainissement de base.


L'augmentation des apports d'azote, de phosphore et de pesticides d'origine agricole et les rejets d'eaux usées amplifiera la pollution des eaux souterraines, des cours d'eau et des océans, ce qui aura des effets dommageables sur la santé humaine et l'environnement, poursuit le texte.

"L'eau est aujourd'hui un problème clairement politique qui nécessite donc des décisions politiques", explique Loïc Fauchon.

Le Premier ministre français, François Fillon, inaugurera le Forum lundi.

Pressenti, Nicolas Sarkozy a renoncé au déplacement, tandis que son rival pour l'élection présidentielle François Hollande, favori des sondages, est annoncé mercredi.


Des détracteurs de la manifestation, qui jugent trop commerciaux les remèdes proposés, organisent en parallèle un Forum alternatif mondial de l'eau à Marseille, aux mêmes dates.

Ses organisateurs veulent s'opposer à la libéralisation du secteur, accélérée selon eux par l'austérité, notamment en Europe. Ils prévoient plus de 2.000 participants.

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>