Elles ont vu le changement climatique sur le pas de leur porte

Publié le par Notre Terre

Trois femmes qui vivent au Bangladesh, au Tchad ou au Pérou racontent les effets du changement climatique sur leur mode de vie…

 

lac-asseche.jpg


Pour l'une, c'est la disparition d'un glacier, pour l'autre, l'assèchement des lacs, pour la troisième la fréquence des cyclones… Mais pour toutes, c'est bel et bien le changement climatique qui, depuis quelques années, impacte lourdement le mode de vie de leurs communautés. Invitées par le Réseau action climat (RAC) à Paris à l'occasion de la sortie, le 29 mars, d'un volet du cinquième rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), trois femmes originaires du Bangladesh, du Pérou et du Tchad témoignent de la difficulté de s'adapter à un climat qui devient imprévisible.


Trois pays, trois urgences


Hindou Oumarou Ibrahim coordonne l'Association des femmes peules autochtones du Tchad. Elle raconte: «Dans notre région, les inondations succèdent aux sécheresses et les pluies se font plus violentes: la terre ne les absorbe plus, elles n'alimentent plus les lacs qui se tarissent.» Les anciens de sa communauté assurent ne jamais avoir vu autant de variations brutales du climat: «Avant, ils pouvaient faire des prévisions mais maintenant, tout est troublé.»


De l'autre côté de la planète, América Castillo Cunyas s'efforce de cultiver quinoa et pommes de terre au cœur des Andes péruviennes malgré le recul du glacier Huayatapallana, dont les scientifiques prévoient la disparition d'ici à 2030: «La neige commence à disparaître, nous avons moins d'eau dans les rivières et il y a des pics de chaleur dans la journée qui font apparaître des maladies ou abîment les récoltes.» L'agriculture locale est également mise à mal au Bangladesh, où Khatun Khukumoni Shahanara se bat pour la subsistance de sa communauté à Satkhira, une région côtière qui pourrait bientôt être avalée par l'océan: «La salinité des terres est de plus en plus importante et les cyclones sont de plus en fréquents, explique-t-elle. Nous essayons de développer de nouvelles semences pour survivre mais on ne sait pas si nous pourrons rester dans notre village.»

«Ce ne sont pas que des chiffres sur le papier»

Partout, le constat est le même: les hommes doivent trouver de nouvelles sources d’eau douce, de nouvelles cultures résistantes au climat et parfois de nouvelles sources de revenus. Le village de Khatun Khukumoni Shahanara s’est converti à l’artisanat, mais la communauté ne gagne pas encore assez d’argent pour acheter toutes les denrées qu’elle ne produit plus. Au Pérou, les enfants des villageois dont les récoltes sont mauvaises sont victimes de malnutrition, tandis qu’au Tchad, les vaches en manque de pâturages ne donnent plus assez de lait. Face à ces situations d’urgence, les négociations internationales sur le climat semblent bien dérisoires: «On a l’impression que l’on protège plus les économies de quelques pays que les hommes», s’indigne Hindou Oumarou Ibrahim.

Le «fonds vert» qui devrait être abondé par la communauté internationale, notamment via une taxe sur les transactions financières pour financer l’adaptation au changement climatique, serait une aide cruciale pour tous les pays qui n’ont pas les moyens de financer l’adaptation aux nouvelles conditions climatiques. Mais il faudra aussi réduire les émissions de gaz à effet de serre pour ne pas aller plus vite que prévu vers les +4°C au niveau mondial. «Ce ne sont pas que des chiffres sur le papier, estime Laurence Tubiana, directrice de la chaire développement durable de Sciences Po Paris. Si les rapports du Giec ont du mal à convaincre, la parole de ceux qui voient le changement climatique peut faire naître le sentiment d’urgence à agir.»

 

20 Minutes

Publié dans Nature

Partager cet article

La déforestation continue de gagner du terrain à l'échelle mondiale

Publié le par Notre Terre

deforestation-kalimantan-ile-borneo.jpg

 

L'Amérique du Sud et l'Afrique accusent les plus fortes pertes en terres boisées...


Les terres boisées continuent à régresser à l'échelle mondiale, l'Amérique du Sud et l'Afrique accusant les plus fortes pertes, a révélé l'Organisation des Nations Unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) ce vendredi à l'occasion de la journée internationale des forêts.


«L'amélioration des données sur les ressources forestières est fondamentale pour freiner la déforestation illicite et la dégradation des forêts», précise dans un communiqué l'Organisation des Nations Unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), dont le siège est à Rome. La nouvelle évaluation des changements intervenus dans les forêts de la planète montre le recul des utilisations de terres forestières entre 1990 et 2010.


Les superficies forestières ont diminué de quelque 5,3 millions d'hectares par an


«Si nous voulons sérieusement mettre fin à la déforestation, conformément à l'objectif de la FAO "Zéro déforestation illégale", il faudra impérativement partir d'informations et de données fiables», a déclaré le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, cité dans le communiqué.


Selon cette étude -la première montrant l'évolution de l'utilisation des terres forestières au cours des 20 dernières années-, les superficies forestières ont diminué de quelque 5,3 millions d'hectares par an, ce qui correspond, pour la période 1990-2010, à une perte nette équivalant à près de 4 fois la taille de l'Italie ou une fois celle de la Colombie. Les conclusions d'une enquête mondiale de télédétection montrent que les superficies boisées totales en 2010 s'élèvent à 3,89 milliards d'hectares, soit 30% des terres émergées de la planète.

 

Différences considérables entre les régions

A l'échelle mondiale, la réduction brute d'utilisation des terres forestières causée par la déforestation et les catastrophes naturelles au cours de la période (15,5 millions d'hectares par an) a été partiellement compensée par des gains de superficies forestières obtenus grâce au boisement et à l'expansion des forêts naturelles (10,2 millions d'hectares par an).


Selon la FAO, des différences considérables existent entre les régions, sachant que les forêts du monde sont réparties ainsi: forêts tropicales (45% du total), boréales (31%), tempérées (16%) et subtropicales (8%). Ainsi, «les forêts tropicales ont diminué en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie, l'Amérique du Sud tropicale accusant la plus grosse perte en termes absolus, suivie de l'Afrique tropicale, tandis que l'Asie subtropicale et tempérée a affiché des gains de superficies boisées», souligne le communiqué.


Aux fins de cette enquête, la FAO a collaboré avec plus de 200 experts de 107 pays dans le cadre d'un partenariat entre la FAO, ses Etats membres et le Centre commun de recherche de la Commission européenne (CCR).

 

 


Publié dans Nature

Partager cet article

La plus grande centrale solaire thermique au monde entre en service

Publié le par Notre Terre

centrale-700x373.jpg

 

Située dans le désert de Mojave en Californie, la centrale solaire d’Ivanpah doit permettre de couvrir la consommation de 140 000 foyers grâce à ses 173 000 miroirs héliostats. Elle ouvre la voie à la production à grande échelle d’électricité dans des centrales solaires thermiques de nouvelle génération.


La centrale est constituée de 3 tours de 140 mètres de hauteur vers lesquelles les miroirs héliostats contrôlés par ordinateur concentrent l’énergie solaire, chauffant ainsi à 538°c l’eau située dans les chaudières. L’eau se transforme en vapeur et fait tourner de puissantes turbines qui produisent de l’électricité.

Grâce à son système, la centrale d’Ivanpah utilise moins de surface que les autres technologies solaires photovoltaïques ou thermiques pour produire la même puissance électrique. De plus, l’eau utilisée dans le cycle thermodynamique est en circuit fermé, la seule consommation est celle nécessaire pour le nettoyage des miroirs.


Après avoir produit ses premiers kWh lors d’un test de synchronisation au réseau en septembre dernier, la centrale détenue par NRG, Google, et BrightSource Energy a annoncé dans un communiqué sa mise en service. « Le système de nouvelle génération Ivanpah Solar Electric est maintenant opérationnel et va fournir de l’électricité solaire pour les clients de la Californie. À pleine capacité, les trois tours de 140 mètres de haut produiront un total brut de 392 mégawatts d’énergie solaire, soit suffisamment d’électricité pour fournir 140 000 foyers en Californie avec une énergie propre. Cela revient à éviter de relâcher 400 000 tonnes de dioxyde de carbone par an, ou à retirer 72 000 véhicules de la route. »


Le site d’Ivanpah représenterait désormais près de 30 pour cent de toute l’énergie solaire thermique produite aux États-Unis. Sa construction a permis d’employer à son apogée jusqu’à 3000 personnes. 232 centrales solaires seraient actuellement en construction dans le pays, une véritable « ruée vers l’or des énergies renouvelables » estime Fong Wan, vice-président senior pour les marchés de l’énergie au Pacific Gas and Electric.

 

Citizen post


Partager cet article

1 300 milliards de litres d’eau potable perdus dans des fuites

Publié le par Notre Terre

Un litre d’eau potable sur cinq est perdu dans des fuites de canalisations en France, soit un total impressionnant de 1 300 milliards de litres d’eau ou 430 000 piscines olympiques par an, affirme une enquête de 60 Millions de consommateurs publiée jeudi 20 mars.

 

fuites-d-eau_940x705.jpg

 

 

Selon cette étude menée avec la Fondation France Libertés, le taux de fuite est en moyenne en France de 3 400 litres par jour pour chacun des 850 000 kilomètres de canalisations d’eau qui parcourent le pays.
 

« Les fuites sont nombreuses et chaque année, 1,3 milliard de mètres cubes d’eau traités par les usines n’arrivent jamais au robinet. Soit 20 % des volumes perdus, mais payés par les consommateurs, même si c’est invisible sur les factures », souligne l’enquête.


L’OBJECTIF GRENELLE II NON-ATTEINT


Selon 60 millions de consommateurs, pour éviter ce « grand gaspillage », il faudrait engager 1,5 à 2 milliards d’euros par an pour réaliser les travaux nécessaires, « soit le double du rythme actuel ».


Quoi que globalement méconnue du grand public, l’ampleur des fuites est un phénomène identifié. Selon le ministère de l’écologie, elles proviennent en « grande majorité » des fuites de branchements, qui doivent souvent faire l’objet de recherches poussées dans des secteurs « douteux » afin d’être identifiées.

Sur la base des données de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema), l’organisation de défense des consommateurs a dressé un palmarès des fuites dans les 101 villes préfectures de métropole et des DOM. Celui-ci montre que deux de ces villes sur trois « n’atteignent pas l’objectif national fixé par la loi Grenelle II de 2010, visant à limiter le taux de fuites à 15 % de l’eau produite ».

  • Dans un quart des préfectures, le taux dépasse les 25 % : le taux est de 54 % à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), 48 % à Bar-le-Duc (Meuse), 46 % à Saint-Denis de la Réunion, 41 % à Fort-de-France (Martinique), ou encore 37 % à Nîmes (Gard) et 36 % à Tulle (Corrèze) et Evreux (Eure).
  • Dans les meilleurs élèves, 33 préfectures oscillent entre 4 et 15% de taux de fuites : en tête, Le Mans (Sarthe) et Rennes (Ille-et-Vilaine) avec 4 %, devant les 5  % de Blois (Loir-et-Cher) et les 7 % d’Orléans (Loiret) et Moulins (Allier).
  • Côté grandes villes, Paris intra-muros est à 8,3% de taux de fuites, Lyon 17,8%, Marseille 15%, Toulouse 11%, Lille 18%, Bordeaux 15,7% et Nice 19%.

 

Publié dans Nature

Partager cet article

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>