22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 08:16

Un litre d’eau potable sur cinq est perdu dans des fuites de canalisations en France, soit un total impressionnant de 1 300 milliards de litres d’eau ou 430 000 piscines olympiques par an, affirme une enquête de 60 Millions de consommateurs publiée jeudi 20 mars.

 

fuites-d-eau_940x705.jpg

 

 

Selon cette étude menée avec la Fondation France Libertés, le taux de fuite est en moyenne en France de 3 400 litres par jour pour chacun des 850 000 kilomètres de canalisations d’eau qui parcourent le pays.
 

« Les fuites sont nombreuses et chaque année, 1,3 milliard de mètres cubes d’eau traités par les usines n’arrivent jamais au robinet. Soit 20 % des volumes perdus, mais payés par les consommateurs, même si c’est invisible sur les factures », souligne l’enquête.


L’OBJECTIF GRENELLE II NON-ATTEINT


Selon 60 millions de consommateurs, pour éviter ce « grand gaspillage », il faudrait engager 1,5 à 2 milliards d’euros par an pour réaliser les travaux nécessaires, « soit le double du rythme actuel ».


Quoi que globalement méconnue du grand public, l’ampleur des fuites est un phénomène identifié. Selon le ministère de l’écologie, elles proviennent en « grande majorité » des fuites de branchements, qui doivent souvent faire l’objet de recherches poussées dans des secteurs « douteux » afin d’être identifiées.

Sur la base des données de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema), l’organisation de défense des consommateurs a dressé un palmarès des fuites dans les 101 villes préfectures de métropole et des DOM. Celui-ci montre que deux de ces villes sur trois « n’atteignent pas l’objectif national fixé par la loi Grenelle II de 2010, visant à limiter le taux de fuites à 15 % de l’eau produite ».

  • Dans un quart des préfectures, le taux dépasse les 25 % : le taux est de 54 % à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), 48 % à Bar-le-Duc (Meuse), 46 % à Saint-Denis de la Réunion, 41 % à Fort-de-France (Martinique), ou encore 37 % à Nîmes (Gard) et 36 % à Tulle (Corrèze) et Evreux (Eure).
  • Dans les meilleurs élèves, 33 préfectures oscillent entre 4 et 15% de taux de fuites : en tête, Le Mans (Sarthe) et Rennes (Ille-et-Vilaine) avec 4 %, devant les 5  % de Blois (Loir-et-Cher) et les 7 % d’Orléans (Loiret) et Moulins (Allier).
  • Côté grandes villes, Paris intra-muros est à 8,3% de taux de fuites, Lyon 17,8%, Marseille 15%, Toulouse 11%, Lille 18%, Bordeaux 15,7% et Nice 19%.

 

Partager cet article

Published by Notre Terre - dans Nature
commenter cet article

commentaires