Lula, le prêtre des biocarburants

Publié le par Gerome

En visite  au Burkina Faso, le président brésilien Lula Da Silva vient promouvoir les vertus des biocarburants et de l'éthanol. Il appelle l'Afrique à se joindre à une "révolution  des biocarburants". Arguant la lutte contre le réchauffement climatique et la démocratisation à l'accès à l'énergie en Afrique, Lula le socialiste déboiseur de forêts équatoriales, vient faire l'apologie de cette énergie à une Afrique qui peine à nourrir ses habitants.

biocarburants.jpg
Comment ose t-il se présenter en Afrique? Continent le plus pauvre du monde où l'agriculture vivrière ne suffit pas à nourrir les 900 millions d'habitants qui dépendent quasiment tous des aides alimentaires et des ONG.
Heureusement l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), emmet de sérieuses réserves selon lesquelles le développement de ce type de cultures pourrait entraîner une forte hausse du prix des denrées alimentaires de base sur les dix années à venir.

Un rapport de WWF , remis en 2005 à l'Agence Internationale de l'Energie, a suggéré que le programme du bioéthanol au Brésil réduirait les émissions de gaz carbonique par les transports de 9 millions de tonnes par an, mais 80 pour cent des émissions de gaz à effet de serre du pays sont dus au déboisement.

Une étude a montré qu'un hectare de terre au Brésil permet la culture d'assez de canne à sucre pour préparer une quantité d'éthanol qui peut épargner 13 tonnes de CO 2 par an. Mais si l'on permettait aux forêts naturelles de se régénérer sur le même hectare de terre, les arbres absorberaient 20 t de CO 2 chaque année.

Voilà, on constate que le problème est économique plus qu'écologique, le brésil ne voit aucun intérêt et n'obtient aucun profit si elle laisse reboiser la Forêt equatoriale qui résoudrait pourtant beaucoup plus de problèmes que les biocarburants.

Bresil-Foret-Nationale-Jamanxim-Incendie-1.jpgPlus économique que les tronçonneuses : le feu
Allez au diable.

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article