25,9°C, le Groenland a battu son record de chaleur au mois de juillet

Publié le par Notre Terre

inuit_groenland.jpg

 

Quand on pense au Groenland, on pense à la partie qui appartient au cercle Arctique, au froid, aux icebergs. Sauf que dans ces régions, le réchauffement climatique fait des ravages. Le Groenland a battu le 30 juillet son record de température, rapporte le Washington Post.

En effet, selon l'Institut Météorologique Danois, une station météo basée dans le sud-ouest du Groenland a relevé une température de 25,9°C. Selon l'Institut, c'est la plus haute température enregistrée depuis le début des relevés en 1958 et le dernier record avait été établi en 1990 à 25,5°C. Selon le Washington Post:

    «Le DMI [Danish Meteorological Institute] dit que cette chaleur n'avait rien de “pas naturel”, mais explique qu'elle s'insère dans un schéma de réchauffement climatique à long terme.»

Le record a été atteint notamment avec l'aide de vents chauds venant du sud-est. Pour l'Institut, il est fort probable que les prochaines montées de chaleur battront à nouveau ce record et que la tendance est au réchauffement.

Ce record de températures vient s'ajouter à tous les bouleversements qui menacent le cercle Arctique, liées au réchauffement de la planète. Les dernières images ont particulièrement frappé les esprits. Elles montrent comment des glaces de l'Arctique ont pu fondre et se transformer en lac.

Toujours près du cercle Arctique, le village de Kivalina, situé sur une langue de terre en Alaska va probablement disparaître du fait de la fonte des glaces, rapporte la BBC. Il compte très peu d'habitants, mais ce village est un symbole.

    «Une tempête féroce a forcé il y a deux ans les habitants à évacuer en urgence. Aujourd'hui les ingénieurs prédisent que Kivalina sera inhabitable d'ici 2025. L'histoire de Kivalina n'est pas unique. Les records de température montrent que la région Arctique de l'Alaska se réchauffe deux fois plus vite que le reste des Etats-Unis. La fonte des glace relève lentement le niveau des océans et augmente l'érosion des côtes, laissant trois installations inuites face à leur destruction imminente, et au moins huit de plus face à un sérieux risque.»

 

 


Publié dans Nature

Commenter cet article