Lente progression du plan d'action climatique de la Convention alpine

Publié le par Gerome

Les ministres de l'Environnement des Etats alpins et de l'UE devaient adopter un plan d'action pertinent sur le climat... en mars dernier. Le Comité permanent de la Conférence alpine n'est toujours pas satisfait des propositions soumises.
Le 38ème Comité permanent de la Conférence alpine s'est réuni du 19 au 21 novembre à Innsbruck/A. Principal thème abordé : le 2ème Rapport sur l'état des Alpes que la Convention alpine a dédié à l'eau. Pour approfondir la thématique, la Convention alpine doit à présent créer une plate-forme Eau.

L'un des points essentiels de l'ordre du jour était la proposition de la présidence française de la Convention alpine en faveur d'un plan d'action climatique pour les Alpes. De nombreux Etats et observateurs le considèrent comme encore trop abstrait. L'initiative de ce plan d'action émane de la CIPRA et a été approuvé par les ministres en novembre 2006. Dès le printemps 2008, la CIPRA a élaboré une proposition de plan d'action tout à fait concrète. Elle va maintenant faire pression pour que des actions concrètes soient réellement décidées lors de la conférence interministérielle de 2009.

Les propositions en faveur d'un règlement relatif au personnel et d'un règlement financier pour le " Task Force Espace protégés " (réseau des espaces protégés alpins) ont fait des vagues. De l'avis de la CIPRA, elles allaient dans une mauvaise direction et étaient diamétralement opposées au désir de grande indépendance du réseau. Ces règlements n'ont pas été adoptés par le Comité permanent, les parties contractantes et les observateurs doivent désormais faire part de leurs propositions pour clarifier la situation du réseau.
A titre de manifestation cadre, la présidence française de la Convention alpine avait organisé un après-midi d'information sur les bonnes pratiques du tourisme durable.





Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article