Samsung Blue Earth : le téléphone écolo à capteurs solaires

Publié le par Gerome

Loin de moi l'idée de faire ici l'apologie du téléphone portable étant résolumment contre ce type de machines au vu des problèmes qu'ils peuvent engendrer sur la santé...
Cependant par cet article je salue le geste de samsung qui a décidé de créer un portable à capteurs solaires mais aussi entièrement fait avec des bouteilles en plastique recyclées et sans matières chimiques dans ses composants.
C'est évident que samsung surf sur la vague écolo qui devient de plus en plus un argument marketing. Il ne faut pas se leurrer, ils n'ont pas fait ça par conscience écologique mais plutôt par conscience mercantile....Bon, le résultat est là, un portable écolo c'est quand même chouette. Il n'y a plus qu'à espérer que ce cas fasse école.


Voici l'article recueilli sur "pc impact" :

Le Sud-Coréen Samsung, surfant sur la vague écolo, tente d'exploiter la recharge solaire – concept qui n'est pas nouveau – en dévoilant à Barcelone un téléphone nommé Blue Earth (Terre bleue, ou planète bleue). Ce téléphone intègre à l'arrière des capteurs solaires. Le Blue Earth est donc parfaitement autonome.


Présenté aujourd'hui au Mobile World Congress de Barcelone, cet appareil tactile devrait être disponible au second semestre de cette année en Europe. Le téléphone peut se recharger grâce à la lumière du soleil et la lumière artificielle.

Selon Samsung, le temps de recharge est cependant loin d'être rapide. On parle ainsi de 10 à 14 longues heures pour recharger intégralement l'appareil – soit l'équivalent de 4h de communication.

En somme, il ne s'agira là que d'un complément, qui dans certaines situations pourrait bien se révéler fort pratique. Charger de façon traditionnelle l'appareil sera bien évidemment possible.

Outre sa façon de se recharger, le Blue Earth est un téléphone "écolo" du fait de sa fabrication à base de plastiques recyclés (issus de bouteilles d'eau) et de l'absence totale de substances toxiques.


 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article