Comme à la belle époque...

Publié le par Gerome

Décidemment depuis quelques temps je ne cesse de vanter les bienfaits de la crise. voir cet article La crise financière au secours de la planète
Je me rends compte que malgré tous ses inconvénients elle fait respirer la Terre en incitant les gens à plus de sobriété et d'ingéniosité pour la surmonter et bien souvent les vieilles méthodes et habitudes de l'époque s'avèrent très utile et remises au goût du jour : troc, marché d'occasion, potagers collectifs, ventes directes sans intermédiaires etc....
La crise relance l'intérêt pour les potagers : un petit bout de terrain, de l'eau, des semences et vous voilà avec des fruits et légumes qui ne vous auront pas couté très chers! De plus c'est très gratifiant de ramasser le fruit de son travail!

Autrefois, chacun avait un petit lopin de terre à côté de chez lui, quelques poules, deux chèvres pour subvenir à ses besoins.... L'exode rural et l'expansion des villes ont enterré ce mode de vie ancestral et ô combien économique et écologique!



A titre d'exemple cultiver ses propres légumes a le vent en poupe aux Etats-Unis où plus d'un tiers des foyers, soit 19% de plus que l'an passé, prévoient de faire pousser tomates, concombres et haricots.
Si la première raison que les gens invoquent pour cultiver un potager est la saveur de la nourriture (58%), ils veulent aussi faire des économies sur les courses (54%) et apprécier la qualité et la sécurité des produits (51%)", explique Bruce Butterfield, chercheur pour la National Gardening Association, qui a réalisé une étude prospective sur les velléités potagères des Américains. Quelque 43 millions de foyers, soit 37%, vont cultiver un potager en 2009, contre 36 millions l'année passée.

L'impact de la récession sur la motivation est "forte" pour 34% des jardiniers, selon l'étude, d'autant plus qu'on n'investit en moyenne que 70 dollars par an dans son potager, qu'on y passe 5 heures par semaine, et que la récolte rapporte en moyenne l'équivalent de 530 dollars par an.

Cet exemple est pris aux états-unis car touchés de plein fouet par la crise mais la france n'est pas en reste, si vous avez un peu de temps, un peu de volonté et un minimum d'argent à investir dans quelques outils et des semences, allez-y foncez! Et puis vous verrez que les légumes cultivés par vos soins auront un vrai goût de légumes!


Publié dans Les bonnes nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article