Vers une production massive et économique d'hydrogène, carburant écologique du futur ?

Publié le par Gerome

On l'a la solution! L'énergie du futur : non polluante et plus performante que nos vieilles énergies fossiles, l'hydrogène sera peut-être le secours tant attendu pour notre belle planète. Etant donné que personne ou presque n'est prêt à changer ses habitudes de vie pour faire diminuer les émissions de gaz à effet de serres, l'hydrogène nous permettra de ne rien modifier à nos vies sans meurtir la Terre. Espérons que cette fois ci la science sera au service de la protection de l'environnement et de l'humanité et qu'elle tâchera de nous faire oublier tous ses râtés...



Source de l'article : maxisciences


L'hydrogène est une solution pour répondre aux actuels défis énergétiques. Afin de produire ce carburant du futur, l'électrolyse de l'eau figure parmi les filières "écologiques" les plus prometteuses. Problème : son rendement. Or, des chercheurs de quatre laboratoires du CNRS viennent, pour la première fois, de produire de l'hydrogène en quantité notable par une nouvelle technologie innovante. Celle-ci pourrait, dans un avenir proche, être développée à grande échelle et fournir de l'hydrogène, à moindre coût et sans émission de gaz à effet de serre.

Plus énergétique que le pétrole ou le gaz naturel, non polluant et non toxique, l'hydrogène pourrait progressivement suppléer les énergies fossiles et répondre à l'essentiel de nos besoins énergétiques. Problème : si l'atome d'hydrogène, lié à l'oxygène, est très abondant sous forme d'eau, les molécules d'hydrogène, elles, ne se trouvent pas à l'état pur. Le défi auquel s'attellent les chercheurs est donc de produire de l'hydrogène, sans dégagement de dioxyde de carbone. Pour cela, l'électrolyse de l'eau, c'est-à-dire sa décomposition en hydrogène (H) et oxygène (O), est l'une des solutions envisagées. Aujourd'hui maîtrisée, cette technique présente toutefois des inconvénients majeurs : son rendement ne dépasse pas 80 %, son coût de production est trop élevé et certains matériaux utilisés sont polluants, voire dangereux.

 


Pour obtenir de l'hydrogène par électrolyse de l'eau avec un meilleur rendement, il faut chauffer cette dernière. Deux voies sont alors possibles : la plus "traditionnelle" utilise la conduction par ions O2- tandis que la seconde s'appuie sur la circulation des protons (ions H+). Principal avantage de la voie protonique : elle requiert des températures plus faibles, de l'ordre de 600°C. À de telles températures, une bonne conductivité des protons peut être envisagée, tout en utilisant des matériaux peu onéreux et fiables. C'est pourquoi les scientifiques ont choisi d'explorer et d'optimiser cette voie.


Ils ont mis au point deux électrolyseurs équipés de capteurs de température, de pression... et ont ainsi pu déterminer avec précision les conditions requises pour obtenir de l'hydrogène en grande quantité et de façon fiable. L'une de leurs idées novatrices a été d'effectuer l'électrolyse sous pression (entre 50 et 100 bars). Et elle s'est révélée efficace : en effet, les principaux paramètres des électrolyseurs s'en sont trouvés améliorés.Les premiers essais effectués ont permis d'atteindre des quantités d'hydrogène notables, avec un niveau de courant bien supérieur à ce qui avait été fait précédemment. De plus, cette nouvelle technologie abaisse de près de 200°C la température de fonctionnement requise.

Un dernier atout : en permettant l'usage d'alliages commerciaux, elle diminue le coût de l'hydrogène produit. Ce résultat, prometteur et capital pour l'avenir économique de la filière hydrogène, laisse espérer le développement de technologies rentables et économiques. Même si avant de produire de l'hydrogène massivement et à bas coût, des efforts sont encore nécessaires. Un travail de perfectionnement du dispositif est d'ores et déjà envisagé.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Carboxyle 04/06/2012 21:41


A y regarder de plus près, aucun avenir pour les véhicules routiers en dehors du pétrole.


http://futura24.voila.net/petrole/voiture.htm


Et la solution est encore moins réalisable avec l'hydrogène qu'avec l'électricité.


Pour l'instant, l'hydrogène est obtenu à partir du gaz naturel, qui ne durera guère plus que le pétrole.


 

Gerome 05/06/2012 10:11



Je ne suis pas de votre avis. Le pétrole est c'est vrai la source d'énergie la plus utilisée au monde mais est heureusement remplaçable : il y a toutes sortes d'initiatives qui fleurissent ça et
là et qui nous démontrent qu'on peut se passer du pétrole : la voiture à air comprimé, le moteur à eau (eh oui ça existe!), le pétrole bleu, l'éléctrique qui commence à bien percer et à bien se
développer grâce à des batteries de plus en plus performantes, le moteur magnétique... et je dois encore en oublier.



Ronald Fries 02/02/2012 00:17


Il manquait le début, ne me demandez où il est passé...:


Entièrement d'accord: l'hydrogène est le combustible du futur! Malheureusement pour le fabriquer il faut de l'électricité, en moyenne 4 KW pour fabriquer un KW d'hydrogène!

Ronald Fries 02/02/2012 00:10


Mais bon, si on pouvait également réaliser notre projet de production électrique selon les indications que vous pourrez trouver sous: http://lesautresenergies.blog.tdg.ch/  ce ne serait pas problématique! Bien au contraire!
De quoi s'agit-il? Tout simplement de fabriquer un générateur qui n'emploie aucun combustible utilisé actuellement, ni solaire, éolien, hydraulique ou nucléaire, mais n'est pas non plus un
perpetuum mobile, ils n'existent pas!
Il s'agit d'une possibilité d'utilisation d'une source totalement mise de côté jusqu'à ce jour uniquement pour une raison de méconnaissance des propriétés de la gravitation. Rassurez-vous, il ne
s'agit pas non plus d'utiliser notre gravitation telle quel, ce n'est pas aussi simple que cela. Il nous a fallu plus de 30 ans de recherches en physique gravitationnelle pour en voir les
possibilités d'applications. Ce n'est pas venu du jour au lendemain! Et le point de départ n'était pas du tout la construction d'un générateur, un peu comme la découverte de E=mc2 qui n'était pas
non plus destiné à la fabrication d'une bombe atomique!
Le plus grand obstacle? Les financiers qui ne voient pas d'un bon œil la suppression des barrages, des centrales nucléaires ou thermoélectriques, les parcs éoliens, les milliers de m2 de panneaux
solaires, les fabricants de batteries, les constructeurs de lignes à haute tension et j'en passe...certainement vous aurez tous compris où la chatte a mal aux pattes...
C'est toujours la même chanson: même Greenpeace (Chili) a eu l'audace de me dire: et que ferons-nous lorsque tous les problèmes seront résolus?     
        


 

bertaux 08/11/2009 14:36



C’est évident que c’est l’avenir l’hydrogène dans nos
voitures et chaumières


Que diront les Lobis du pétrole et laisseront-t’ils faire les
choses


C’est moins sur


 



Gerome 11/11/2009 10:18


Je suis plus optimiste, qu'ils le veuillent ou non, l'humanité va devoir s'orienter vers de nouvelles formes d'énergie. Pourquoi?
Pour plusieurs raisons :
le pétrole est une énergie fossile, non renouvelable qui se trouve sur un environnement fini
la chine et l'inde sont en train d'acheter des stocks colossaux de pétrole en prévision d'une pénurie, cet engouement de la part des 2 géants vont augmenter le prix du baril et donc fatalement on
va se tourner vers d'autres formes d'énergie.
l'effet de serres est aussi un facteur de changement car l'homme a paur de mourir et je crois qu'il changera ses habitudes par instinct de survie, et non par amour de la Terre.
De plus la pile à combustible est quasiment au point, General Motors a crée une filiale Hydrogène qui se développe pas mal.
Non il ne faut pas être inquiet.


ibios 18/04/2009 18:42

Hello,
Oui, je le pense aussi, l'hdrogène fait et fera parti intégrante des futures énergies..
Tout comme pour l'énergie tirée du plasma, les perspectives sont imaginables et réalisables, avec du temps..