New York se dote d'un compteur de CO2 en temps réel

Publié le par Gerome



Le changement climatique affecte tout le monde” (“Climate change affects everyone”). Voici le message auquel les new-yorkais sont littéralement confronté au quotidien depuis jeudi dernier. En effet, cette phrase surplombe le premier compteur de CO2 en temps réel, installé par la Deutsche Bank près de Madison Square Garden, au cœur de la ville de New York.

La banque allemande s’est associée au Massachusetts Institute of Technology (MIT) – prestigieuse université américaine et centre de recherche réputé – afin de sensibiliser le grand public à un constat simple : les émissions de gaz à effet de serre sont la cause majeure du changement climatique. C’est pourquoi le premier compteur de CO2 ‘scientifiquement (ap)prouvé’ a été imaginé.


Les émissions de gaz à effet de serre sont calculées par le MIT qui prend en compte tous les gaz à effet de serreprotocoles de Kyoto et de Montréal. Au total, c’est donc 24 types de gaz captés sur 12 sites dans le monde qui sont pris en compte (hors ozone et aérosols) par le compteur de CO2. Jeudi, le compteur affichait 3 642 milliards de tonnes. Ce nombre augmente d’environ 2 milliards de tonnes par mois.

On peut penser que cette initiative est sincère puisqu’en 2008, la Deutsche Bank s’est engagée à réduire la totalité de ses émissions de CO2 à hauteur de 20% par an, et à devenir neutre en carbone d’ici à 2013. La banque allemande se veut éco-responsable et impliquée en matière de développement durable. D’autant plus que la Deutsche Bank compte investir dans les énergies vertes.


Le but du compteur des émissions de gaz à effet de serre n’est pas d’alarmer. Il s’agit plutôt de sensibiliser le grand public et d’inciter le plus grand nombre à réduire leur empreinte carbone. Après tout, on entend souvent parler du réchauffement climatique sans avoir une idée concrète de la quantité des émissions de gaz à effet de serre. Avec le compteur de carbone, on prend conscience de la vitesse à laquelle ces émissions augmentent et de notre capacité – ou devrions-nous dire l’absence de réactivité – à ralentir cette inquiétante progression.

Les émissions irréductibles du compteur géant sont d’ailleurs compensées par des crédits carbone, et les nombres digitaux sont constitués de 40 960 ampoules basse consommation (LED). Celles-ci ne consomment que le quart ou le cinquième des ampoules classiques (incandescentes) avec une meilleure luminosité et une très longue durée de vie. Ces ampoules économiques sont les plus respectueuses de l’environnement que l’on puisse trouver sur le marché actuellement.




Publié dans Les bonnes nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article