Grippe A H1N1 mensonge médiatique.....et scientifique

Publié le par Gerome

Un billet d'humeur qui n'a pas grand chose à voir avec la protection de l'environnement, veuillez excuser cette petite digression mais je ne pouvais m'en empêcher.

Pour commencer mon argumantaire voici une vidéo excellente trouvée sur dailymotion :




Tf1 est à la solde du gouvernement, générant la peur et la psychose. L'histoire nous a montré que les manipulations des masses se font par la peur car pour contrôler la société il faut qu'elle soit effrayée, l'état se posant en garant de sa sécurité....La suite on la connaît..... Pourquoi est-ce que je parle de contrôle alors qu'il s'agit d'un simple vaccin?
Car il se pourrait que les labos aient injectés des nanoparticules à l'intérieur des vaccins pour savoir à l'aide d'un détécteur qui est vacciné ou pas. De la science-ficion vous pensez? Une paranoïa concernant le nouvel ordre mondial?
NON, les nanotechnologies sont arrivées à un stade très avancé au point qu'elles peuvent être insérées dans le corps humain. Pour ceux que le sujet intéresse voici un lien sur les nanotechnologies et la nanopuce sous cutanée :
MICROPUCE
C'est un sujet connexe qui vous aidera à saisir les enjeux d'une éventuelle campagne de vaccination.



Voici une interview parue dans le journal le Monde du professeur Marc Gentilini, spécialiste des maladies infectieuses, est membre de l'Académie de médecine et l'ancien président de la Croix-Rouge.

Comment jugez-vous la gestion de la grippe A ?

Le poids qu'on attribue à la grippe A est indécent par rapport à l'ensemble de la situation sanitaire dans le monde. C'est une pandémie de l'indécence. Quand je regarde la situation de la planète, j'ai honte de voir tout ce qui est entrepris pour éviter cette grippe dont on ne sait que peu de chose.

Chaque semaine dans le monde, près de 200 000 enfants meurent de maladies. La plupart auraient pu être sauvés s'ils avaient eu accès à des médicaments ou à des programmes de prévention. Chaque année, 1 million de personnes meurent du paludisme dans l'indifférence quasi générale, dont 20 à 30 cas importés dans notre pays. La grippe A n'a provoqué qu'un décès discutable en France. Cette pauvre fille de 14 ans est probablement morte d'une autre cause. Mais un mort ici compte beaucoup plus que des milliers ou des millions ailleurs.

Les pouvoirs publics ont quand même le devoir de prévoir les risques sanitaires...

Il ne s'agit pas de jeter la pierre aux décideurs politiques qui sont piégés par leur "principe de précaution". Le désastre de la canicule de 2003, politiquement, les hante.

Les recommandations de porter un masque, de se laver les mains ou de nettoyer les poignées de porte ne coûtent pas cher.  Tout cela a été bien fait par les pouvoirs publics et cette campagne ne coûte pas cher. Parler de "grippette" [terme évoqué par le professeur Bernard Debré dans un entretien au Journal du dimanche] n'est pas sage. Pour l'instant c'est une grippette, mais pour demain, les pouvoirs publics ont raison d'envisager une dégradation sans céder au terrorisme sanitaire de certains "experts".

Que pensez-vous de la possible campagne de vaccination ?

La décision d'acheter massivement des vaccins dont on ne sait rien, pour 1 milliard d'euros, ne me paraît pas raisonnable. C'est une mesure qui est dans la démesure. Un milliard d'euros, c'est trois fois plus que l'aide de la France aux pays en développement !

Que l'on décide de vacciner les populations à risque, les soignants, les pompiers et tous ceux qui doivent être mobilisés afin de rester disponibles au service de la collectivité, d'accord. Mais de là à vacciner tout le monde...

On ne sait rien de l'efficacité de ce vaccin et de ses éventuels effets indésirables. La souche du virus est bénigne, mais si elle mute et devient maligne, le vaccin qui a été élaboré à partir de la source bénigne sera inefficace.

L'industrie pharmaceutique a-t-elle exercé des pressions sur les autorités ?

Je ne sais pas s'ils ont exercé une pression et si, le cas échéant, les autorités en ont été victimes. Je sais que c'est une très bonne affaire pour les producteurs de vaccins ! Ce sont des entreprises privées qui ont besoin de faire des bénéfices. Je l'accepte. Néanmoins, c'est vraiment trop onéreux, et il est évident que tout cela doit être renégocié. Par ailleurs, on n'a pas beaucoup songé à l'accès aux vaccins des pays du Sud. Or, en matière de pathologie infectieuse, nous sommes tous solidaires. La pandémie est pour tous !

Est-ce le principe de précaution qui est en cause dans cet affolement ?

Le principe de précaution, en soi, est une bonne chose. Il faut évidemment faire le maximum pour éviter le pire. L'OMS donne l'impression de vouloir se racheter d'erreurs antérieures. Elle a commis un déni dramatique d'appréciation du sida qui a été, au début, sous-estimé, notamment en Afrique. Depuis, elle a peur de commettre la même erreur. A chaque nouvelle alerte, avec le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) ou la grippe aviaire par exemple, on nous a préparés au pire. Heureusement, ça a tourné court, mais à la longue, on risque de désarmer son attention.

On nous a prédit le pire, mais l'opinion publique garde son calme. Elle enregistre, elle constate que la grippe A n'est pas très symptomatique et que les formes dites graves se comptent sur les doigts d'une main en France, même si on nous promet un automne douloureux.

On a d'un côté surestimé des situations qui se sont révélées peu graves, alors que trop de situations explosives, comme le sida ou le paludisme, restent sous-estimées.

 


Propos recueillis par Jonathan Parienté

"Le professeur Gentilini me paraît très éclairé et parle avec sagesse, il évoque le terrorisme sanitaire que pourrait nous faire subir le gouvernement et les labos. Il serait préférable d'analyser la situation froidement sans céder à la peur qui est devenue l'arme ultime des gouvernements via les médias. La dernière fois j'étais à la pharmacie et j'ai rencontré une dame que je connaissais accompagné de ses deux enfants, elle était paniquée et demandait à la pharmacienne quand elle pourrait vacciner ses enfants. La pharmacienne lui répond que pour l'instant ils n'avaient pas de tamiflu et qu'il faudra encore attendre, toujours paniquée, voire un peu plus, elle lui demande de lui vendre un médicament pour renforcer leurs défenses immunitaires en attendant l'arrivée du vaccin.

Ecoutant cette conversation qui me paraissait surréaliste je me suis permis d'intervenir pour la rassurer en lui disant que cette grippe n'était pas dangereuse, que si éventuellement ses enfants étaient contaminés cela durerait une petite semaine et qu'ils s'en sortiraient. Voyant que la pharmacienne acquiessait de la tête, j'en ai rajouté en lui disant que la grippe classique fait plus de morts chaque année et qu'ell touche principalement les personnes âgées ou bien les personnes déjà très malades, ce qui n'était pas le cas de ses enfants! Sur ce, elle m'a remercié, puis est partie de la pharmacie sans rien acheter.... Bon j'ai fait râter une vente à la pharmacienne mais ça n'avait pas l'air de la contrarier plus que ça.


Je me pose cette question : combien de personnes ont cédé à la peur comme cette dame?

Je terminerai cet article par les propos du professeur Debré :

Dans un entretien au JDD, le célèbre professeur de médecine affirme que le virus H1N1 n’est «pas dangereux» et accuse les pouvoirs publics d’utiliser la grippe A à des fins politiques.

La grippe A est-elle utilisée par les pouvoirs publics à des fins politiques ? C’est, en substance, ce qu’affirme aujourd’hui le professeur Bernard Debré dans un entretien au Journal du dimanche. Chef du service urologie à l’hôpital Cochin, membre du Comité national d’éthique et député UMP de Paris, le professeur Debré reproche aux autorités d’en faire beaucoup trop sur le virus H1N1, un virus bénin selon lui.

«Cette grippe n’est pas dangereuse. On s’est rendu compte qu’elle était peut-être même un peu moins dangereuse que la grippe saisonnière. Alors maintenant, il faut siffler la fin de la partie !», déclare-t-il au JDD. (…)

Particulièrement remonté contre les pouvoirs publics, Bernard Debré s’en prend aux gouvernements, coupables selon lui «d’avoir succombé à une sur-médiatisation politique de cet événement». «Tout ce que nous faisons ne sert qu’à nous faire peur (…) il est inutile d’affoler les populations sauf à vouloir leur marteler, à des fins politiques, le message suivant : bonnes gens dormez sans crainte, nous veillons sur vous», lance le professeur.








Publié dans Nutrition & Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

PCEM1 21/08/2009 00:04

Excelent article. Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu as dis, les média nous manipulent! Chaque année on a droit à nous psychose (bug de l'an 2000, vache folle, crise immobiliere, crise bancaire, grippe aviaire, grippe porcine et j'en passe). J'ai moi même écrit un petit article sur la manipulation des médias a propos de H1N1 sur mon blog, j'aimerai bien avoir ton avis.

Gerome 21/08/2009 10:27


Salut

Merci de ta visite et de ton commentaire, on est de plus en plus nombreux à penser la même chose, c'est rassurant quand même!
Je m'en vais de ce pas voir ton article.
A+