La citation du jour

Publié le par Gerome

L'un des pires démons de la civilisation technologique est la soif de croissance.

René Dubos
Les dieux de l'écologie




Publié dans Les citations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mariejeannejourdan 10/11/2009 13:57


La soif de croissance n'est pas liée à notre civilisation technologique. Elle est liée à la nature humaine même, depuis l'ère glaciaire où des hommes s'unir en groupes de plus en plus grand, pour
chasser de plus en plus et du plusgros gibier, les groupes les mieux organisés étant ceux qui offraient la meilleure chance de survie.
Et déjà à l'époque des dinosaures, les espèces qui avaient le plus de chances de survivre étaient celles qui étaient le mieux organiser pour la survie des petits. C'est l'essence même de la vie:
proliférer pour que le capital génétique s'agrandisse et augmenter ainsi les chances de survie de l'espèce.
L'homme n'a cessé de vouloir augmenter par la technologie, ses chances de survie, et chaque fois qu'il se protégeait par la technique d'un danger, un autre apparaissait. Ainsi l'agriculture
entraîna la création de grandes "cités états" et donc augmenta la production alimentaire jusqu'au "stock" puis l'acquisition de biens superflus, nés de la satisfaction alimentaire et donc la
naissance d'un nouveau désir: accumuler le superflu, le manque de superflu, de stock, un sentiment de frustration, la cupidité, l'un des pires fléaux de l'humanité, était né.
L'agriculture et l'élevage donna naissance à de grandes "cités-états", ce qui augmenta la promiscuité et engendra des maladies infectueuses d'où nouveau défi, chaque fois que l'homme a résolu un
problème menaçant sa communauté, un nouveau problème apparaissait engendrant "lévolution technologique" qui tout comme la démographie, eut une croissance exponentielle.
La croissance est indibutablement liée à la vie, ce qui ne croît pas, vieillit puis meure. A partir du moment où un individu de n'importe quelle espèce, ne se reproduit plus, le renouvellement
cellulaire diminue, il vieillit.
Il ne s'agit donc pas d'arrêter la croissance, à moins de choisir de supprimer l'humanité, mais de s'interroger sur sa nature et la manière dont elle doit se poursuivre.-Le drame de
l'humanité est de ne pas avoir compris après le génocide européen de la seconde guerre mondiale, que l'homme devait évoluer également sur le plan psychologique, pour exploiter dans l'intérêt de
notre espèce, son évolution technologique. Jusque là, certes, les guerres ont été un puissant facteur d'évolution technologique, mais si nous voulons survivre,il nous faut un monde de paix, donc
une nécessité d'évoluer sur le plan psychologique. Jamais il n'y a eu aussi grande disparité des mentalités quand dans une même ville, vive des enfants qui ignore que "la terre est ronde" et des
"savants" qui ne font pas d'enfants, n'ont aucun poids décisionnel, et n'instruisent pas la masse maintenue dans l'ignorance par des "religieux" maître à penser, ou dans l'abêtissement d' une
société de consommation de l'émotionnel au détriment de la réflexion. L'émotion sans réflexion, fait de l'homme un animal dangereux pour lui même et le monde vivant.
Si l'humanité a accumulé des biens de consommation et perfectionner sa capacité à s'autodétruire par l'évolution technologique, elle a pris un retard technologique dramatique, en freinant la
conquête de l'espace, en ne fertilisant pas les déserts et ne s'inquiétant pas de la famine actuelle, du manque d'eau douce régionnal,  de la perte certaine de la majeur partie des terres
cultivables de l'hémisphère nord le jour inévitable où un cataclysme volcanique majeur surviendra.


Gerome 10/11/2009 20:06


C'est un cercle vicieux en effet... La question à se poser est : "la croissance pourquoi faire? pour qui?".
L'homme a pris trop de mauvaises habitudes et il n'est pas encore prêt à se séparer de son écran plat, de son telephone portable, de son 4x4, de sa piscine et autre objet dénotant sa richesse
auprès des autres....
CE problème vient de loin, les pharaons se faisaient enterrer avec tous leurs objets, des richesses, des soldats pour qu'il ne manque de rien dans l'autre monde, les chefs de guerre et seigneurs
celtes le faisaient aussi....
L'opulence rassure tout simplement. Si elle rassure c'est que l'homme n'est pas rassuré, s'il n'est pas rassuré, c'est qu'il craint de manquer, il a peur d'avoir faim, il a également peur de ne
plus avoir un statut social dont les objets qu'il possède font sa vitrine auprès des autres....
C'est un problème de conscience avant tout et il y a du boulot à faire à ce niveau là. Il y ara toujours des personnes qui se soucieront d'eux mêmes plutôt que de la Nature et des autres...


mariejeannejourdan 10/11/2009 12:39


N