Belle percée du solaire et de l'éolien en France

Publié le par Gerome

C’est le ministère de l’Écologie qui le dit et c’est une excellente nouvelle. Si le gouvernement aura sans doute des difficultés à se conformer à l’objectif fixé dans le cadre du Grenelle de l’environnement de 23 % d’électricité issue de sources renouvelables à l’horizon 2020, les derniers chiffres sont encourageants (NDLR : 14%)  et constituent une agréable surprise étant donné la conjoncture, que pléthore d’observateurs avaient quelques raisons de supputer défavorable pour l’une comme pour l’autre.

 

panneau-solaire-photovoltaique

L’énergie solaire a vu sa puissance installée presque tripler entre fin juin 2010 et fin juin 2011, passant de 580 mégawatts (MW) environ à 1 679 MW. Une augmentation d’autant plus étonnante que les projets de plus de 3 kilowatts crête (KWc – NDLR : l’unité de mesure représentant la puissance maximale d’un dispositif solaire) ont fait l’objet d’un moratoire de trois mois au cours de cette période. À ce standby synonyme de coup de massue pour de nombreuses PME a par ailleurs succédé l’instauration d’un nouveau cadre de développement largement décrié par les professionnels du secteur, lesquels ont été nombreux à estimer qu’il ne répond pas aux enjeux actuels et futurs et à douter de sa pertinence pour lutter contre la concurrence chinoise.


« Au cours du premier semestre, la puissance du parc solaire français a bondi de 55 % avec l’installation de plus de deux cent sept mille unités de production solaire. Quelque 599 MW ont été installés, soit 143 % de plus par rapport à fin juin 2010 », souligne le ministère, citant des pourcentages édités par le Commissariat général au développement durable (CGDD), sur son site Internet. Trois régions de la moitié sud de la France en particulier, l’Aquitaine, les Midi-Pyrénées et la Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA), ont tiré leur épingle du jeu, totalisant « près de 40 % des puissances raccordées au cours du premier semestre », rapporte le Commissariat.


 

La production d’électricité d’origine éolienne en hausse de 14 % entre juin 2010 et juin 2011


La puissance raccordée d’éoliennes, elle, a atteint 6 253 MW au début de l’été pour une production de 5,4 terawattheures (TWh), soit « 14 % de plus qu’il y a un an », précise le CGDD. Si la part de l’éolien dans la consommation électrique en France reste modeste (elle était 2,2 % fin juin), le fait est qu’elle est également en hausse.


Férocement critiquées par les associations écologistes, pour qui elles risquent de compromettre la progression de l’énergie éolienne sur l’ensemble du territoire national, les dispositions de la deuxième loi du Grenelle viennent d’entrer en application. Les lobbies hostiles à l’éolien ont globalement été entendus en amont de l’adoption de la nouvelle législation en juin 2010. Le dernier pointage du CGDD a toutefois démontré qu’il pouvait y avoir de bonnes surprises…


À plus long terme, l’implantation des premiers parcs éoliens offshore dans les eaux territoriales françaises augure de perspectives plutôt réjouissantes pour la filière. Il y a donc matière à rester optimiste pour l’avenir des technologies vertes dans l’Hexagone, malgré les nombreux coups de canif portés au Grenelle.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article