23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 06:42

groenland.jpg

 

C'est une étude paradoxale, qui s'appuie sur un froid réalisme, mais aussi sur une belle utopie. Réaliste parce que son auteur, Andrew MacDougall (université de Victoria, Canada), part du principe que les décideurs politiques actuels ne feront rien ou pas grand chose pour endiguer de manière significative les émissions globales de gaz à effet de serre et lutter contre le réchauffement climatique.

 

Utopique parce que cet article, à paraître dans les Geophysical Research Letters, imagine une volonté future de la part de l'humanité d'agir pour restaurer les niveaux de température et de CO2 atmosphérique tels qu'ils étaient avant la révolution industrielle et la consommation à grande échelle des énergies fossiles. Pour résumer, cette étude se demande si, dans le domaine du climat, nous avons la possibilité d'inverser la flèche du temps, de revenir en arrière, de renverser la vapeur, et la réponse à cette interrogation en dit long sur l'expérience involontaire que nous avons fait subir à notre planète.

Andrew MacDougall part d'un constat simple : dans un avenir plus ou moins proche, nos émissions de dioxyde de carbone atteindront un pic, soit parce que nous l'aurons décidé, soit parce que nous aurons tout brûlé. Dans les quatre scénarios qu'il sonde, dérivés d'hypothèses reprises par le Groupe d'experts international sur l'évolution du climat (GIEC), le chercheur canadien, spécialisé dans les interactions entre le cycle du carbone et le réchauffement climatique, retient les dates suivantes pour ce pic de CO2 : 2053, 2130, 2151 et 2251.

 

Si nous ne faisons rien de particulier, il faudra de nombreux millénaires pour que la Terre retrouve les caractéristiques climatiques qu'elle a connues depuis la fin de la dernière glaciation (et ce, à condition que la machine ne s'emballe pas...). Une étude américano-canadienne parue en 2009 a ainsi montré qu'une partie des anomalies de température et de CO2 engendrées par le réchauffement climatique persisteront encore dans 10 000 ans ! Andrew MacDougall imagine donc que nos descendants, avec l'espoir de retrouver le climat de l'holocène, exploiteront différentes technologies pour retirer le carbone que nous avons injecté dans l'atmosphère et qu'ils replanteront les forêts que nous avons détruites.

C'est avec ce scénario en tête qu'il a fait tourner le modèle climatique de l'université de Victoria, un modèle relativement simple, qui permet de se projeter à très long terme. Et du long terme, il en faut pour voir la courbe des températures redescendre à un niveau proche de celui du début du XIXe siècle. Dans l'hypothèse la plus optimiste, il faut attendre... l'an 3000. Mille ans. Et encore, ces mille ans ne suffiront pas pour que la calotte glaciaire du Groenland, qui est la plus fragilisée par le réchauffement climatique, se reconstitue.

 

On en sera même très loin car, dans le meilleur des cas, en 3000, elle n'aura regagné que 10 % de ce qu'elle aura perdu. Avec ce scénario optimiste, la fonte des glaciers groenlandais n'apportera qu'une modeste contribution à la montée des océans : 26 centimètres. En revanche, dans le scénario le plus pessimiste, ce chiffre sera multiplié par dix, Andrew MacDougall précisant même que, le modèle utilisé étant assez prudent, des phénomènes d'amplification pourraient aboutir à une fonte de l'inlandsis du Groenland encore plus importante.

Second enseignement de cette étude : pour revenir à l'holocène, il faudra retirer de l'atmosphère plus de carbone que nous n'en aurons émis ! Pourquoi ? Tout simplement parce que la hausse des températures, en faisant fondre le pergélisol des régions arctiques, libère déjà aujourd'hui et libérera encore plus demain une partie du carbone qui y est retenu prisonnier. Tout comme un emprunteur rembourse le capital et les intérêts du prêt, l'humanité sera contrainte, suivant les différents scénarios, de séquestrer entre 115 et 181 % du CO2 émis. Il faudra environ trois millénaires pour que le carbone originellement enfoui dans le pergélisol y retourne.

Dans le scénario, plutôt optimiste, que l'étude privilégie, le pic du CO2 se produit en 2130. Les températures atteignent leur maximum vingt ans plus tard, dépassant de 2,8°C les valeurs pré-industrielles. Les océans montent jusqu'au milieu du XXIIIe siècle et retrouvent un pH normal vers 2280. La banquise de l'Arctique reprend son ancienne superficie vers 2450. Mais le chiffre le plus important de l'étude est ailleurs. Au maximum de l'hypothétique effort de l'humanité pour se débarrasser de son CO2, 9,7 milliards de tonnes de carbone seront retirées de l'atmosphère chaque année, soit, à peu de chose près, ce que nous émettons actuellement tous les ans. Ce qui fait dire à Andrew MacDougall que, dans son monde utopique, l'industrie de la séquestration du carbone aura une ampleur équivalente à celle des énergies fossiles aujourd'hui. Mais autant on comprend bien ce qui motive les exploitants de pétrole, de gaz naturel, de charbon et autres gaz de schiste, autant les décarboneurs du futur devront inventer leur modèle économique...

Pierre Barthélémy

 

 


Partager cet article

Published by Notre Terre - dans Nature
commenter cet article

commentaires