Comment empêcher les ordinateurs de gaspiller l’énergie ?

Publié le par Gerome

Jusqu’à présent gaspillée, l’énergie de refroidissement des “data centers” commence à être recyclée. Dassault Systèmes, Natixis et le ministère de la défense ont des projets en ce sens.


Data centers. Un brin mystérieuse, l’expression désigne ces bâtiments où l’on installe des batteries de serveurs informatiques. Apanage, hier, des entreprises et des institutions grandes dévoreuses de données, les data centers se multiplient, aujourd’hui, à mesure que se développent les utilisations de l’internet. C’est dire !


2 % de la consommation mondiale


 Google et ses compétiteurs bâtissent leur puissance sur leur empire de « salles de machines ». Et pas question de connaître leur nombre, leur emplacement, leurs performances. Il en va du modèle économique de l’entreprise (lire L’Usine à GES n° 72). Pour les énergéticiens, ces hangars d’ordinateurs sont avant tout des gloutons de kWh. Faute de données précises, les chercheurs estiment qu’ils consomment environ 2 % de l’électricité mondiale.


En France, nous n’en sommes pas encore là, mais cela ne saurait tarder. « La consommationélectrique des serveurs représente 4 TWh/an [0,83 %, ndlr], mais elle bondit de 15 à 20 % par an », souligne Florence Rhodain, responsable du groupe de recherche « Systèmes d’information » à l’université de Montpellier 2. Globalement, la colonne vertébrale de l’internet pourrait donc émettre autant de GES que le transport aérien.


La fraîcheur de la Baltique


Le caractère énergivore des data centers est la conséquence de leur utilisation non stop et des installations de climatisation nécessaires au refroidissement des serveurs. Car, des dizaines de milliers d’ordinateurs travaillant jour et nuit produisent des calories qu’il faut évacuer. Sans climatisation, la température d’une salle blanche peut monter jusqu’à 50 °C, rappelle une récente étude de Microsoft. En fonction de leur conception, le refroidissement des data centersreprésente entre 30 et 70 % de l’énergie qu’ils consomment, estime-t-on chez Google.

 

Raison pour laquelle le géant californien favorise les solutions de refroidissement sobres. Installé dans une ancienne papeterie finlandaise, le dernier-né des data centers de Google utilise l’eau froide de la Baltique pour évacuer la chaleur de ses serveurs  . L’énergie est donc perdue. Une hérésie pour les énergéticiens ! Le Finlandais Helsingin Energia, lui, utilise dans les réseaux de chaleur d’Helsinki les calories produites par les serveurs de l’entreprise de télécom Academica.


Des projets en France

 En France, le siège de Dassault Systèmes est en partie chauffé par les calories de ses ordinateurs. Tout comme le sera le monumental (320 000 m2) ministère de la Défense et des anciens combattants.

Mais, c’est dans le parc d’activités du Val-d’Europe (77) que devrait être déployée l’une des plus grosses opérations de chauffage informatique de l’Hexagone. À quelques encablures du parc Disneyland Paris, la banque Natixis construit un data center de 24 000 m2. L’énergie dissipée par son système de climatisation sera collectée par Dalkia qui l’injectera dans un réseau de chaleur qui devrait alimenter 600 000 m2 de bureaux de ce quartier d’affaires de Marne-la-Vallée. Les premiers usagers pourront en profiter dès cet hiver.


En recyclant l’énergie informatique, cette ville tertiaire devrait éviter l’émission de 5 400 tonnes de CO2 par an (par rapport à un chauffage urbain au gaz), estime la filiale d’EDF et de Veolia Environnement. Coût du projet : 4 millions d’euros, pose du réseau de chauffage comprise. Un peu moins si l’opération se révèle éligible au fond chaleur de l’Ademe.

 

 


Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article