Daniel, 16 ans, décompose les sacs plastiques en 3 mois

Publié le par Notre Terre

Grâce à des bactéries qui se nourrissent de plastiques, cet adolescent a réduit considérablement le temps nécessaire à la décomposition des sacs que notre société produit en masse.

 

daniel-detruit-plastique-3-mois.jpg


Entre 100 et 400 ans : c’est le temps nécessaire pour qu’un sac plastique se décompose. Un problème écologique majeur, quand on sait qu’il en est distribué 18 milliards chaque année rien qu’en France et que les pétroles qui entrent dans sa composition sont extrêmement néfastes pour l’écosystème. Daniel Burd, lycéen canadien de 16 ans, vient d’inventer une technique permettant de réduire leur cycle de décomposition à trois mois.
 
« Chaque semaine, j’étais de corvée ménage. Lorsque je descendais les poubelles, je voyais tous ces sacs plastiques entassés. J’ai fini par me demander ce que notre société pouvait bien en faire. La réponse : pas grand chose. J’ai donc décidé d’agir par moi-même. »


Le garçon s’est intéressé à certaines bactéries souterraines capables de digérer les matières plastiques. Après plusieurs expériences, il a isolé des microbes particulièrement friands de polyéthylène, la molécule la plus utilisée par l’industrie pétrochimique pour produire les sacs. En mélangeant ces bactéries à du sel pour favoriser leur croissance il tenait là un cocktail explosif pour se débarrasser des plastiques.
 
En récompense de son invention, qui pourrait sauver la vie de nombreux animaux, Daniel Burd s’est vu décerner le Prix Science Jeunesse canadien. Sa technique intéresse de nombreux industriels à travers le monde. Car pour l’heure, il faut énormément d’énergie pour atteindre les températures nécessaires au recyclage des plastiques. L’emploi de bactéries qui génèrent leur propre chaleur permettrait de s’attaquer au problème de façon plus économique et écologique.

Publié dans Les bonnes nouvelles

Commenter cet article

Danielle 26/10/2013 10:33


Rassurant de lire qu'il y a des jeunes motivés.


Ca change de ceux qu'on voit obnubilés par leur IPhone...