Des téléphones portables pour lutter contre la déforestation illégale

Publié le par Gerome

Aux grands maux, les grands remèdes technologiques…

 

deforestation-illegale.jpg


Fléau environnemental majeur de notre temps, aussi bien en Amazonie – où la construction du barrage de Belo Monte (Brésil), structure qui suscite une opposition mondiale, n’arrangera rien – qu’en Indonésie et dans le bassin du Congo, la déforestation entraîne la libération de quantités considérables de gaz à effet de serre. Avec tout ce que cela suppose concernant le réchauffement climatique et la biodiversité


Les pouvoirs publics ont bien du mal à la combattre (quand ils le veulent), encore plus lorsque le déboisement est illégal. Certains arbres de la forêt amazonienne qui ne sont pas censés être coupés vont néanmoins être équipés de petits appareils géolocalisés « qui seront détectés par les antennes téléphoniques lorsqu’ils s’en approcheront à moins de trente kilomètres », précisent nos confrères de 20 Minutes, reprenant une information du quotidien britannique The Independent.

 

Une batterie d’une durée de vie d’un an


Imaginée par l’entreprise néerlandaise Gemalto, baptisée « Invisible Track », la technologie – révolutionnaire et a priori infaillible – consiste en l’émission d’un signal dès lors que le tronc de l’arbre équipé d’un terminal est placé sur un camion qui s’approche du réseau téléphonique. De quoi permettre un suivi plus efficace que les désormais traditionnelles observations satellites, sachant que la superficie de la forêt amazonienne est comparable à celle des États-Unis, soit près de dix millions de kilomètres carrés.


Conçus pour résister au difficile climat amazonien, qui se caractérise par des températures élevées et d’importantes précipitations, les « téléphones » sont par ailleurs munis d’une batterie d’une durée de vie d’un an. Ils pourraient de fait s’avérer d’une aide précieuse pour des gardes-forestiers bien souvent débordés…

 

 



Publié dans Les bonnes nouvelles

Commenter cet article