Désertification : 2 milliards de personnes en sont victimes

Publié le par Gerome

A deux mois de la tenue d'un sommet sur la lutte contre le réchauffement climatique à Cancun au Mexique, l'ONU déplore que la communauté internationale ne s'alarme pas plus de la désertification, un fléau souvent oublié.

 

desertification.jpg

 

Lors d'une conférence à Alger, Luc Gnacadja, secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification a appelé les dirigeants de la planète à prendre conscience de l'impact de la désertification, regrettant qu'il ne soit pas mesuré comme l'est celui du réchauffement climatique. "Si nous ne nous accordons pas pour réhabiliter les terres dégradées, nous dégraderons davantage les terres et déforesterons davantage" a-t-il averti.


Selon lui, la lutte contre la désertification est un "défi stratégique" face aux sécheresses qui "entraînent des désastres humanitaires". Un phénomène qui concerne 41% des terres de la planète, l'Afrique étant la première touchée. Le tiers de la population mondiale, soit 2 milliards de personnes, est victime de la désertification et vit dans les pays sous-développés. Souhaitant voir des mesures d'amélioration des sols prises lors des conférences internationales, Luc Gnacadja rappelle que "la diversité microbiologique fait que les terres ont la capacité de se régénérer, sinon elles se dégradent".


Lutter contre la désertification représente pour le secrétaire onusien le secteur au plus fort potentiel pour diminuer la pauvreté. Et de souligner que "10% de plus de récoltes permettent de réduire la pauvreté de 6%". M. Gnacadja considère cette lutte comme plus urgente que celle du réchauffement climatique. Alors que des personnes meurent à cause de la désertification, "ce n'est pas le cas encore avec le réchauffement de la planète" explique-t-il, appelant à ce que le sommet de Cancun "mène à un accord inclusif qui tienne compte des sols" et "porte sur le potentiel des sols et évite leur dégradation".

 

 


Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article