16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 08:22

Shams-Abu_Dhabi-CR-Masdar.png

Centrale solaire d'abu Dhabi

 

De grands et beaux projets solaires fleurissent ça et là dans le monde, l'humanité veut diversifier ses sources d'énergie car elle est capable de se projeter dasn l'ère post-pétrole. C'est à mon sens le drame de notre civilisation, les états ont l'intelligence de se projeter dans le futur pour faire face à la diminution des stocks de pétrole, mais en aucun cas ils n'utilisent cette même capacité de projection pour imaginer l'état de la Terre dans moins de 20 ans et les conséquences du réchauffement climatique sur celle-ci...

Je salue ici les projets solaires et éoliens mais ils arrivent très (trop?) tard et ils sont crées non pas par amour de la Terre et des générations futures mais par amour de l'économie.

 

Dubaï, membre de la fédération des Emirats arabes unis qui cherche à diversifier ses sources d'énergie, a lancé jeudi un projet solaire de 200 mégawatts.

Ce projet fait partie du «Parc Mohamed Ben Rached Al-Maktoum pour l'énergie solaire», annoncé en 2013 et destiné à produire à terme 1.000 mégawatts, a précisé dans une conférence de presse Saïd Al-Tayer, président exécutif de Dubai Water and Electricity Authority (DEWA).


Ce parc, qui nécessite dans son ensemble des investissements de 12 milliards de dirhams (3,27 milliards de dollars) devrait permettre à Dubaï de couvrir 1% des besoins en énergie de l'émirat en 2020 puis 5% à l'horizon 2030.

Selon M. Tayer, la réalisation de la phase de 200 mégawatts a été confiée au groupe saoudien Acwa Power. D'un coût de 1,2 milliard de dirhams (327 millions de dollars US), ce projet devrait être achevé en avril 2017.


Cette phase devrait permettre de couvrir les besoins en électricité de 200.000 petites habitations et éviter des émissions de 250.000 tonnes de CO2 par an, a-t-il expliqué.

Abou Dhabi, autre membre des Emirats arabes unis, a inauguré en mars 2013 une centrale solaire de 100 mégawatts et d'un coût de 600 millions de dollars.

Dubaï, dont les réserves de pétrole n'ont cessé de diminuer et dont l'économie est basée sur le commerce, l'immobilier, le tourisme et les services, est un gros consommateur d'électricité en raison surtout de températures extrêmes conduisant à une utilisation poussée de la climatisation de juin à septembre.


Les Emirats détiennent le cinquième des réserves pétrolières du monde avec 97,8 milliards de barils, dont 95% sont détenus par l'émirat d'Abou Dhabi. La fédération a aussi des réserves de gaz de 6.000 milliards de m3, mais Dubaï n'en détient que quelque 2%.

 

 


Partager cet article

commentaires