Enfin un véritable téléphone portable écologique!

Publié le par Notre Terre

Adieu obsolescence programmée, voici le Phonebloks ! Ce n’est qu’un concept, mais celui-ci commence à ressembler plus à l’idée qu’on se fait d’un téléphone écologique.

 

phonebloks.jpg


Les fabricants d’appareils électroniques tentent toujours de nous faire croire que leurs produits sont plus verts. Quoi qu’il en soit, on se retrouve à changer régulièrement plus d’un appareil, et notamment de téléphone portable. Parfois, il s’agit d’une mode, de l’attrait d’un nouveau modèle, ou d’un coup marketing réussi. Parfois cependant il s’agit d’un véritable problème dans le téléphone mobile. On parle ainsi beaucoup d’obsolescence programmée.

Rares sont les téléphones portables qu’on peut démonter facilement et, si c’est le cas, encore faut-il pouvoir changer la pièce. Batterie non amovible, écran cassé, ou autres soucis nous poussent ainsi à jeter le téléphone portable, ou plutôt le recycler. Cela coûte cher et n’est pas très écologique.
Phonebloks, un téléphone écologique

Autant vous prévenir tout de suite : il s’agit d’un concept, mais il pourrait bien trouver commercialisation et dans ce cas être vraiment intéressant.

 

phonebloks-telephone-portable-ecologique-02.jpg



Le Phonebloks est un téléphone portable constitué de plusieurs blocs détachables. Son concepteur, Dave Hakkens, a ainsi séparé les différentes fonctions d’un téléphone portable classique de manière à ce que chacune soit distincte des autres : haut-parleur, wifi, batterie, objectif de l’appareil photo, etc.

Si on suit cette logique, si un composant tombe en panne, ou qu’on souhaite le remplacer (pour obtenir un meilleur objectif, par exemple), on n’est pas obligé de changer tout le téléphone. Une astuce simple, mais assez efficace. Visuellement, c’est entre le LEGO et le smartophone classique.

 

 

 

 


Plus d’informations sur Thunderclap où vous pouvez soutenir le projet si celui-ci vous plaît : https://www.thunderclap.it/projects/2931-phonebloks

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Commenter cet article