Europe : « La réduction de la consommation d’eau doit être une priorité »

Publié le par Gerome

Le Parlement européen a voté la semaine dernière une résolution pour la sauvegarde des ressources en eau, laquelle insiste sur le fait qu’il devient urgent de réduire la consommation afin que l’accès reste « un droit fondamental et universel ». Une initiative d’autant plus bienvenue quand on sait que la consommation d’eau mondiale est bien au-dessus des capacités environnementales

 

riviere.jpg


A l’échelle planétaire, 73 % de l’eau douce alimentent l’agriculture, 26 % servent à l’industrie et 6 % satisfont les besoins ménagers. En Europe, 44 % de l’eau prélevée sont utilisés pour la production d’énergie, 24 % pour l’agriculture, 21 % pour l’approvisionnement en eau de la population et 11 % pour l’industrie. La distribution de l’eau n’est évidemment pas la même selon les régions, mais elle reste globalement excessive et inégalitaire.


Le dernier rapport de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) fait ainsi état de 900 millions de personnes n’ayant pas accès à l’eau potable, 85 % des eaux usées étant évacuées sans traitement. Ses auteurs ont en outre estimé que près d’1,4 milliard d’habitants, répartis dans 36 pays différents, pourraient faire face une pénurie d’eau potable à l’horizon 2025. Il est donc grand temps de réagir.

 

Dans cette résolution, qui doit renforcer le « Plan de sauvegarde des eaux européennes », publié en novembre prochain, les eurodéputés proposent de mettre en place des systèmes de tarification de l’eau plus transparents, une meilleure gestion des eaux résiduaires ainsi qu’un pavillon bleu pour les rivières. Ils souhaitent également associer les conditions d’économie d’eau aux subventions pour l’agriculture et l’énergie.


« La réduction de la consommation d’eau doit être une priorité », considèrent les parlementaires. Un audit de l’état du réseau européen de l’eau devrait en conséquence être mis en œuvre, sachant que « jusqu’à 70 % de l’eau qui approvisionne les villes européennes peuvent être perdus dans les fuites du réseau ». « Dans l’Union Européenne (UE), les pertes d’eau dues à l’inefficacité atteignent 20% environ », ajoutent les auteurs de la résolution votée le 3 juillet dernier. Les écologistes sont néanmoins fondés à déplorer que le Parlement ait aussi proposé à la Commission européenne de mettre en place une évaluation des impacts sur l’environnement de l’extraction de gaz de schiste, qui reste donc plus que jamais du domaine du possible au sein du Vieux Continent…


La gestion de l’eau coûte cher, mais le gâchis encore plus. C’est pour cette raison que les eurodéputés veulent « encourager les investissements d’infrastructure ». Les principes du « pollueur-payeur » et de l’ « utilisateur-payeur » vont de surcroît être remis à l’ordre du jour.

La politique européenne agricole et industrielle devra mettre de l’eau dans son vin pour que ces objectifs puissent être atteints, mais cette résolution est incontestablement un pas supplémentaire vers une protection de l’environnement renforcée à l’échelle continentale.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article