Fukushima aura finalement dispersé quasiment autant de Césium-137 que Tchernobyl

Publié le par Gerome

fukushima césium 137

 

 

Ce ne sera pas une surprise pour nos lecteurs les plus assidus : nous annoncions depuis longtemps que les estimations de "terme-source" (1) de l'accident de Fukushima-Daiichi semblaient nettement sous-évaluées. Une étude publiée dans le très officiel bulletin PNAS du 3 avril rectifie - enfin - nettement les estimations précédentes, y compris celle publiée récemment par l'IRSN (2). 

Des niveaux de Cs-137 quasiment équivalents à ceux de Tchernobyl 

En assemblant les données d'études scientifiques antérieures, les scientifiques américains et Japonais sont arrivés au résultat final suivant : 

Fuskushima (Cs-137) : 63 PBq 
Tchernobyl (Cs-137) : 70 PBq (pour référence, source UNSCEAR, UN88 )
 


Les chiffres de Césium-137 se décomposent en 36 PBq de rejets atmosphériques (Stohl) et 27 PBq de rejets océaniques (Bailly du Bois). Les données ont été validées par l'appréciation du ratio Cs-137/Cs-134 estimé à 1:1, facteur typique des retombées de l'accident de Fukushima-Daiichi. 

 


La vérité, au compte-gouttes 

Dans le fond rien que de très logique mais pourquoi avons-nous l'intime conviction que nous sommes encore un peu loin des chiffres définitifs réels ? Peut-être parce qu'il semble que les inventaires des 3 unités éventrées à Fukushima (3) contenaient bien plus que le réacteur n°. 4 de Tchernobyl (4) et qu'il semble bien se confirmer au fil des semaines que les confinements n'ont pas confiné grand chose ? 

Aucune estimation sur les rejets souterrains qui existent forcément à Fukushima 

Personne n'est à ce jour susceptible de définir la quantité d'eau radioactive qui s'est infiltrée dans le sol, aucun instrument humain ne permettant de procéder même à une simple estimation. Ce terme-source est simplement, faute de données disponibles, occulté dans les différentes études scientifiques. Nous savons simplement aujourd'hui que finalement, les termes-sources se situeront quelque part entre les chiffres repris dans cette étude et la valeur de l'inventaire total des 3 réacteurs de Fukushima-Daiichi, auquel il faudra probablement ajouter une partie de l'inventaire radioactif des piscines. 


(1) Terme scientifique signifiant l'ensemble des retombées radioactives constatées suite à un accident identifiable ou même en fonctionnement "normal" d'unités 
(2) L'IRSN évaluait le 8 mars les rejets de Cs-137 "aérien" à 21 PBQ alors qu'il est estimé à 36 PBq dans l'étude nippo-américaine citée ; excusez la "petite" différence de 60% ! 
(3) De 270 à 400 tonnes de combustible (source : blog de fukushima ) 
(4) Environ 150 à 200 tonnes de combustible (sources diverses et variées)


Publié dans Pollution

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article