Fukushima: les radiations sont dix fois supérieures à la totalité des essais nucléaires réunis!

Publié le par Notre Terre

La vague de radiations issue de la centrale de Fukushima sera 10 fois plus grande que la totalité du rayonnement des essais nucléaires combinés
Dire que la situation est grave serait fortement sous-estimer la réalité annoncée par cet article du siteZerohedge qui n’est pas réputé pour balancer des infos à la légère. Le mensonge est total, le danger également!

 

PacificCurrents.jpg

 

 Il n’y avait pas de base quand au césium radioactif (au niveau des mesures) avant que les essais nucléaires hors- sol et les accidents nucléaires aient commencé.

Wikipedia donne quelques détails sur la répartition du césium-137 en raison des activités humaines:

De petites quantités de césium-134 et césium-137 ont été libérées dans l’environnement avec les essais d’armes nucléaires et les accidents nucléaires, notamment la catastrophe de Tchernobyl.

Le césium-137 est unique du fait qu’il est totalement d’origine anthropique. Contrairement à la plupart des autres radio-isotopes, le césium-137 n’est pas produit à partir de son isotope non radioactif, mais à partir d’uranium. Cela ne se produisait pas dans la nature avant le début des essais d’armes nucléaires. En observant les rayons gamma émis par les caractéristiques de cet isotope, il est possible de déterminer si le contenu d’un récipient scellé a été créé avant ou après l’apparition des explosions atomiques. Cette procédure a été utilisée par les chercheurs pour vérifier l’authenticité de certains vins rares, et plus particulièrement les « bouteilles de Jefferson » supposées.

Comme le notent les APE (Agences de Protection de l’Environnement aux États-Unis):

Le césium-133 est l’unique isotope existant à l’état naturel et est non-radioactifs, tous les autres isotopes, y compris le césium-137, sont produits par l’activité humaine.

Ce que les gens appellent «rayonnement» est réellement la quantité de rayonnement déposé dans l’environnement au cours des 100 dernières années avec les essais et les accidents nucléaires (ainsi que les substances d’origines naturelles comme le radon).
 (Et le rayonnement de Fukushima est arrivé sur la côte ouest beaucoup plus tôt que prévu .)

Le gouvernement canadien a confirmé en Octobre que le rayonnement de Fukushima dépassera « des niveaux plus élevés que les retombées radioactives maximale » des essais nucléaires.

La ligne suivie par les gouvernements japonais, canadiens et américains est d’expliquer que ce sont des niveaux sûrs de radiations. Étant donné que ces pays ont essayé d’ interdire le journalisme d’investigation et ont essayé de couvrir le champ d’application de la catastrophe de Fukushima , les gens peuvent vouloir enquêter par eux-mêmes .

Par exemple, Gundersen note que le gouvernement américain a volé en hélicoptère avec un équipement spécial dédié aux tests de rayonnement 90 jours après que l’effondrement de Fukushima se soit produit. Le gouvernement a expliqué qu’il ne faisait qu’une mesure de routine pour le « rayonnement de fond », et qu’il a réellement mesuré la quantité de «particules chaudes» dans la région de Seattle (à partir de 27:00). Les particules chaudes sont inhalées et deviennent très dangereuses. Le gouvernement a alors couvert les résultats sur la base de la «sécurité nationale».

Comme le ministère de la Santé Washington a noté à l’époque:

Un vol en hélicoptère au dessus des zones urbaines des comtés de King et Pierce réuniront des lectures radiologiques pour le 28 Juillet 11. [Seattle est dans le comté de King.]
 

Certaines de ces données n’ont pas été rendues publiques pour des raisons de sécurité nationale.

De même, le Department of Homeland Security et la National Nuclear Security Administration a envoyé des hélicoptères voler à basse altitude au-dessus de la baie de San Francisco en 2012 pour tester le rayonnement . Les résultats n’ont pas été publiés.

En effet, les résidents de Seattle respiraient 5 particules chaudes par jour en Avril 2011 … Cela représente 50% de ce que les habitants de Tokyo ont eut au niveau de la respiration à l’époque:
Après tout, les réacteurs de Fukushima ont littéralement explosé … et ont éjecté les revêtements des réacteurs et des particules de combustible .

Gundersen explique que les compteurs Geiger ne mesurent pas les particules chaudes. À moins que le gouvernement ou les scientifiques du nucléaire ne mesurent et partagent leurs données, nous sommes dans le noir quant à ce qui se passe réellement.

 

 


Publié dans Pollution

Commenter cet article