Greenpeace traque les OGM et les pesticides dans les assiettes

Publié le par Notre Terre

article pesticide

 

L'association écologiste Greenpeace a mené samedi une action d'information dans une vingtaine de supermarchés en France pour alerter les consommateurs sur les dangers des OGM et des pesticides "tueurs d'abeille".

Cette initiative visait à promouvoir le lancement d'un guide précisant la situation de 150 marques et de 300 produits alimentaires par rapport à la présence possible de l'un ou l'autre de ces composants.


"Nous voulons que l'agriculture écologique devienne la norme et pour cela, impliquer les consommateurs afin qu'ils puissent choisir en connaissance de cause", a expliqué à des journalistes Magali Martin, qui conduisait l'opération menée au Super U d'Hoenheim (Bas-Rhin), dans la périphérie de Strasbourg.

Bien que n'ayant pas été annoncée, l'intrusion pacifique de la dizaine de militants venus distribuer leurs fascicules en arborant, sur des affichettes, le slogan "Produits de l'agriculture toxique, ouvrez l'oeil!", a été accueillie avec bienveillance par les responsables de la grande surface.


"Tout ce qui touche à l'écologie, aujourd'hui, on ne peut qu'être pour", a reconnu le directeur Daniel Arnold. "Mais j'ai 17.000 clients par semaine. Ce sont eux qui décident et après eux, les industriels."

La réglementation européenne impose l'indication de la présence d'OGM dans un produit alimentaire dès qu'elle dépasse le seuil de 0,9%, mais Greenpeace dénonce le fait qu'elle ne dise rien des produits animaux issus de bêtes elles-mêmes nourries avec des OGM.


Quant aux pesticides incriminés, ils sont pour certains autorisés, pour d'autres en voie d'interdiction ou font l'objet de batailles juridiques entre les fabricants, les syndicats d'apiculteurs et les autorités européennes.

Le classement de Greenpeace, qui porte moins sur la présence de ces substances que sur la capacité du fabricant à en garantir l'absence, se fonde sur les réponses apportées par les marques à un questionnaire. L'association se réserve le droit de vérifier leurs dires par des analyses.


"57% des marques ayant répondu se fournissent en produits issus de l'agriculture toxique. Plus de la moitié des marques interrogées ont aussi préféré ne pas répondre à ce questionnaire", souligne-t-elle dans un communiqué.

Parmi les groupes de distribution, Casino, Carrefour, Intermarché et Auchan ont joué le jeu concernant leurs marques propres mais Leclerc a refusé.

Une majorité des marques ayant répondu ont toutefois engagé une démarche visant à garantir l'absence d'au moins un des composants dénoncés par Greenpeace.

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article