23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 06:27

9c9f01_60b51c1eb93734f789bca654340d4f04.jpg

 

Une étude américano-canadienne montre que les émissions de CO2, en acidifiant les océans et en faisant fondre, via le réchauffement climatique, la calotte glaciaire, entraînent un déséquilibre chimique qui, dans l’Arctique canadien, perturbe le développement des invertébrés à la base de la chaîne alimentaire. Conjugués, les effets directs et indirects des émissions de CO2 dans l’atmosphère impactent l’écosystème océanique plus rapidement que prévu, même dans l’Arctique.

 

Ce constat est dressé par une équipe dirigée par Lisa Robbins, du Coastal and Marine Science Center de St. Petersburg (Floride), qui a analysé des données recueillies en 2010 et 2011 et concernant le pH, l’alcalinité des eaux de surface, la quantité de carbone non-organique dissous, la pression partielle en CO2 et l’indice de saturation en aragonite du bassin canadien de l’Arctique.


Le dioxyde de carbone (CO2) relâché dans l’atmosphère par l’homme, absorbé à 45% par les océans, s’y transforme en acides carbonatés qui, bien sûr, acidifient le milieu marin. De plus, le CO2, gaz à effet de serre, provoque un réchauffement global qui fait peu à peu fondre la banquise, libérant une superficie de plus en plus étendue d’eaux de surface, jusqu’alors exemptes de tout contact avec l’atmosphère. Ces eaux se mettent à leur tour à absorber le CO2 de l’air - accélérant le processus d’acidification.

 

Au-delà d’un certain seuil, cette acidité rend l’aragonite - un minéral carbonaté qui entre dans la constitution de la coquille ou du squelette externe de nombreux animaux marins - soluble dans l’eau. Ce composé est alors absorbé par les plus petits organismes, et fait défaut au corail, aux coquillages et autres invertébrés. D’autant plus qu’avec la fonte de la glace de mer due au réchauffement global, la concentration de l’eau en calcium et en carbonate, constituants de l’aragonite, baisse sensiblement. Privés de leur protection corporelle, les mollusques, à la base de la chaîne alimentaire, sont en danger.

Une acidification plus rapide que nulle part ailleurs L’étude montre que 20% du bassin arctique canadien est ainsi devenu corrosif pour certains de ses habitants. Les données suggèrent que cette acidification de l’Arctique atteint même une vitesse jusqu’alors jamais atteinte. Impliquée dans ce processus, la fonte de la calotte glaciaire - dont la superficie est suivie par satellite depuis 1979 - se poursuit en Arctique au rythme de 13% de surface en moins par décennie. Conséquence : "une acidification (…) aussi rapide (…) des océans n’a été observée nulle part ailleurs", souligne Lisa Robbins.

 

 


Partager cet article

Published by Notre Terre - dans Nature
commenter cet article

commentaires

dehri 07/02/2015 17:20

merci pour votre information

notre terre 08/02/2015 08:52

De rien :)