L'Europe met en place deux nouveaux instruments pour préserver la biodiversité

Publié le par Gerome

100325175229.jpg

 

La conférence de la Semaine verte s'est ouverte à Bruxelles mardi. A cette occasion, la Commission européenne et l'Agence européenne pour l’environnement ont présenté deux nouveaux outils visant à lutter plus efficacement contre la perte de biodiversité.


Mettre un terme à la perte de la diversité biologique en 2010. Alors qu'aucun pays n'a réussi à atteindre cet objectif fixé par l'ONU, le premier outil baptisé Bise est un système d'information européen sur la biodiversité. Il s'agit d'un nouveau portail Internet qui centralisera toute l'information concernant la biodiversité européenne, et dont le but est de résorber "les lacunes existantes dans les connaissances" sur l'état de la faune et de la flore.


Le second instrument mis en place par la Commission européenne et l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) est un "niveau de référence en matière de biodiversité". Destiné aux responsables politiques, il fournira un tableau complet de la situation actuelle en matière d'érosion de la biodiversité. Le niveau de référence, qui devrait être opérationnel d'ici la fin de l'année, permettra d'évaluer les progrès des États membres, et de mesurer précisément les évolutions post-2010.


"La perte de biodiversité n'est pas un phénomène abstrait - le problème se pose ici et maintenant. Grâce à l'état des lieux précis qu'ils permettront d'établir, ces nouveaux instruments nous aideront à évaluer les actions entreprises et à prendre des mesures concrètes pour enrayer la perte de biodiversité, voire pour inverser la tendance dans la mesure du possible" souligne Janez Potočnik, commissaire européen chargé de l'environnement.


Comme l'explique Jacqueline McGlade, la directrice de l'AEE, il s'agit de fournir l'ensemble des connaissances, dans un langage compréhensible, concernant la perte de biodiversité et ses conséquences. Le but est d'inciter les collectivités, mais aussi les particuliers, à lutter contre cette érosion. "N'allons pas croire qu'il est possible de mettre véritablement fin au déclin de la biodiversité sans la participation effective de la société et l'engagement personnel des citoyens" insiste Jacqueline McGlade.

 

 


Publié dans Les bonnes nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article