L’industrie des accrocs alimentaires

Publié le par Gerome

Malgré des aides importantes, l’agriculture française reste énergivore, inégalitaire et dangereuse pour l’environnement.

 

 

L’affaire des lasagnes a mis à jour les contradictions d’une industrie agroalimentaire toujours plus dévoreuse d’énergie et de matières, engagée dans une course aux bas prix. Avec 147 milliards d’euros engrangés en 2009 et 400 000 salariés, c’est le premier secteur industriel français. Il dépend intégralement du travail des agriculteurs. Leurs méthodes de production, héritées d’un autre âge pour la plupart, épuisent l’environnement, ne rémunèrent pas toujours équitablement les hommes et consomment trop d’énergie. Alors que s’ouvre aujourd’hui le 50e Salon international de l’agriculture, retour sur trois symptômes d’un système malade.


Le bio au rythme d’un escargot


Tout le monde en veut, mais l’agriculture française la boude. En 2012, 64% des Français ont consommé bio au moins une fois. «C’est une vraie tendance de fond puisque la part des consommateurs réguliers (au moins une fois par mois) s’élève à 43%, tandis que 8% des Français en consomment tous les jours», note l’Agence bio. Devant l’insuffisance de certaines productions, notamment de fruits et légumes, il faut importer 32% des produits labellisés. Le bio en France ne concerne qu’un million d’hectares, soit 3,7% de la surface agricole utile (SAU). Le Grenelle de l’environnement avait fixé d’ambitieux objectifs (20% de la SAU en 2020), hors de portée vu les moyens accordés. Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a renoncé aux 20% et s’est contenté de viser un doublement des surfaces d’ici à la fin du quinquennat.

 

«Ces objectifs sont plus modestes, mais atteignables au moins», indique Dominique Marion, président de la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab). Pour soutenir le bio, deux leviers principaux : la restauration collective et la qualité de l’eau. François Hollande avait promis que 20% des commandes de la restauration collective d’Etat seraient passées en bio, avant de renoncer. Quant à la qualité de l’eau, une directive européenne impose à la France d’atteindre un «bon état écologique» en 2015. Mais les associations attendent encore l’interdiction des pesticides sur les bassins versants des 509 captages prioritaires identifiés par le Grenelle.


Redonner des ailes à l’apiculture


Les 40 000 apiculteurs français sont à la peine et perdent à 20 à 30% de leurs colonies tous les ans. Près de 25 000 tonnes de miel sont importées chaque année de Chine, des pays de l’Est ou d’Espagne, soit plus de la moitié de la consommation tricolore. Début février, le ministre de l’Agriculture a dévoilé un plan de soutien triennal à la filière, doté de 40 millions d’euros pour inciter des milliers de jeunes à se lancer et installer un million de colonies d’abeilles supplémentaires.

 

Ce qui ne sert à rien si on ne s’attaque pas au principal problème des abeilles : les pesticides. Le déclin des insectes s’accélère depuis les années 90, avec le recours massif aux produits dits systémiques ou «néonicotinoïdes», comme le Cruiser, le Gaucho ou le Poncho. Le principe : la semence est enrobée d’insecticide, la plante s’en imprègne tout au long de sa croissance et devient toxique pour les insectes. Très efficace pour la protection des céréales, délétère pour les abeilles.

 

En janvier, l’Autorité européenne de sécurité des aliments l’ a enfin reconnu, et Bruxelles a demandé aux gouvernements d’interdire trois de ces produits pendant deux ans sur les cultures de colza, maïs, tournesol et coton. L’Union des apiculteurs français (Unaf) juge cette mesure insuffisante : les modes de contamination sont multiples et les pesticides peuvent rester présents dans les sols jusqu’à trois ans après leur utilisation. L’Unaf demande une interdiction générale. Elle cite en exemple la Slovénie, grand producteur de miel, qui a interdit totalement ces pesticides depuis trois ans et où les pertes d’abeilles ont diminué. Idem en Italie, où la mortalité est passée de 37% à 15% par an après l’interdiction de ces produits sur le maïs en 2008. Mais la France s’abrite derrière la future décision européenne pour ne rien faire : les Etats membres ont jusqu’à la fin du mois pour en débattre.


L’impasse des marées vertes


Les algues vertes, problème symptomatique de l’impasse dans laquelle se trouve la France avec son agriculture intensive. Depuis quarante ans, les plages bretonnes sont envahies par ces algues qui prolifèrent à la faveur d’un déversement excessif de nitrates dans l’eau de mer. Ces nitrates proviennent de l’épandage massif d’engrais azotés (lisier ou fumier) nécessaires aux cultures et élevages intensifs. Avec 7% de la surface agricole française, la Bretagne rassemble 50% des élevages de porcs et de volailles et 30% des bovins !

 

Depuis des années, Bruxelles menace Paris de lourdes amendes pour non-application de la directive de 1991 qui limite l’usage des nitrates et interdit l’épandage à certaines périodes. En vain : plus de la moitié du territoire français est concerné par cette pollution et quinze départements pâtissent de marées vertes. Fin 2012, le gouvernement a fini par adopter des mesures pour mieux protéger les points de captage de l’eau et les nappes phréatiques, ce qui pourrait éviter à la France les pénalités qui se chiffrent en dizaines de millions d’euros. Mais la FNSEA, principal syndicat agricole, juge que l’application de la directive menace la compétitivité des agriculteurs, et a réclamé, mi-janvier, la démission de Stéphane Le Foll.

 

 


Publié dans Nature

Commenter cet article