L’irrigation : des réserves en eau qui s’amenuisent

Publié le par Gerome

Le développement de l’agriculture est lié à celui de l’irrigation mais les paysans épuisent progressivement les gisements d’eau non durables. Un phénomène amené à s’intensifier avec l’augmentation démographique et le réchauffement climatique. Des chercheurs ont entrepris de déterminer la part d’eau non renouvelable exploitée par l’agriculture.

 

irrigation.jpg


Plus il y a de monde sur terre plus les besoins alimentaires augmentent. Avec le développement agricole de plus en plus conséquent, c’est de l’eau dont manquent cruellement les paysans. Dans un article publié par la revue Water Resources Research, Marc Bierkens et ses collègues du département de géographie physique de l’université d’Utrecht, ont réalisé une évaluation de l’utilisation de l’eau non renouvelable dans l’irrigation des cultures. Grâce à une compilation des données hydrographiques, agricoles et des observations satellitaires, ils ont pu reconstituer la consommation d’eau de l’agriculture entre 1960 et 2000 en recensant également les sources de prélèvement de cette eau.


Selon leurs estimations, en 1960, l’agriculture mondiale aurait consommé 1.217 kilomètres cubes d’eau par an. En 2000, la demande agricole d’eau avait doublé, en atteignant 2.510 km3 et le recours à l’eau non durable aurait triplé pendant la même période. L’accroissement des surfaces agricoles, la course au rendement, et le développement de cultures de pays tempérées dans des zones non adaptées sont les principales causes de ce déséquilibre actuel que connait l'eau, pourtant ressource vitale pour l’homme.


L’Inde, la Chine et les Etats-Unis sont les pays qui utilisent le plus d’eau pour l’irrigation de leurs champs. En 2000, ces trois superpuissances auraient consommé 1.207 kilomètres cubes d’eau pour augmenter la productivité de leurs terres cultivées. Les régions arides ou semi-arides risquent d’être de plus en plus tributaires de sources non durables avec l’élévation des températures et la réduction prévisible des précipitations causées par le réchauffement climatique. Ainsi, l’eau pourrait vite devenir un sujet de conflits internationaux pour subvenir aux besoins planétaires.

 

 


Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article