L’Union Européenne dévoile sa feuille de route pour développer les énergies renouvelables

Publié le par Gerome

Les énergies renouvelables doivent être développées plus rapidement en Union Européenne, d’après une nouvelle feuille de route de la Commission sur le sujet.

 

drapeau-europeen.jpg

 

Une transition vers les énergies renouvelables ne coûterait probablement pas beaucoup plus cher que le « business as usual » et l’Union Européenne doit faire des progrès pour fixer un objectif à horizon 2030 pour utiliser des combustibles plus verts, d’après ce que le Commissaire à l’Energie de l’Union Européenne a déclaré.

 

Guenther Oettinger a dévoilé la dernière feuille de route de l’Union Européenne pour éliminer le dioxyde de carbone de son mix énergétique d’ici 2050, et guider les investisseurs au-delà des objectifs déjà existants en la matière.

Les Partis des Verts et les groupes environnementaux ont félicité ce nouveau recentrage sur les énergies plus propres, mais souhaitent des progrès plus rapides pour s’affranchir des carburants fossiles et de l’énergie nucléaire, surtout après la catastrophe de Fukushima qui a touché le Japon cette année.

« C’est plus ou moins la même chose si nous optons pour le business as usual ou pour des scénarii plus ambitieux qui impliquent beaucoup d’énergies renouvelables » a déclaré Guenther Oettinger lors d’une conférence de presse jeudi.

 

Un rapport dévoilait la semaine dernière que la transition vers une économie à moindre teneur en dioxyde de carbone ferait augmenter les prix de l’électricité jusqu’à 2030 car les technologies liées aux énergies renouvelables nécessitent des coûts de démarrage importants.

 

Les prix diminueraient ensuite après 2030 parce que ces sources de carburant, telles que le soleil et le vent, sont gratuites.

 

Pour chaque dollars d’investissement qui n’est pas fait dans le secteur de l’électricité avant 2020, 4,3$ seront nécessaires pour compenser l’augmentation des émissions en résultant, d’après les chiffres publiés par l’Agence Internationale de l’Energie.

 

Les investisseurs doivent se fixer des objectifs intermédiaires pour se guider.

 

« Si nous voulons arriver à zéro d’ici 2050, nous devons ensuite avoir un objectif intermédiaire réaliste d’ici 2030 » a déclaré Guenther Oettinger.

 

« En 2014, nous voulons établir ce que nous devons atteindre d’ici 2030 ».

 

Jusqu’à présent, un ensemble d’objectifs pour 2020 consistent à réduire les émissions de dioxyde de carbone de 20%, à augmenter la part des énergies renouvelables de 20% et à améliorer l’efficience de 20%.

 

Après 2020, les feuilles de routes pour plusieurs secteurs devraient aider les décisions d’investissement dépendant de nouveaux objectifs officiels.

 

L’objectif, qui a été adopté largement d’après Gunther Oettinger, est de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 80 à 95% d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 1990.

 

D’ici 2030 selon lui, il devrait être possible d’obtenir 30% du mix énergétique des énergies renouvelables, tandis que d’ici 2050, la production d’électricité devrait être presque complètement non polluante, bien que les transports pourraient encore avoir des carburants fossiles dans leur mix.

 

Les écologistes et les hommes politiques Verts ont exprimé leurs inquiétudes concernant le fait que la Commission continue à soutenir les carburants fossiles et l’énergie nucléaire, bien que Gunther Oettinger ait déclaré que la Commission avait une position neutre concernant l’énergie nucléaire.

 

« La Commission sera tentée d’exagérer le rôle du charbon et de l’énergie nucléaire pour apaiser les pays tels que la Pologne et la France, mais les chiffres de la feuille de route sont univoques » a déclaré le Directeur de la Politique Energie de l’Union Européenne de Greenpeace, Frauke Thies.

 

« Cela prouve qu’un système d’énergie moderne ne peut pas se faire sans les énergies renouvelables et l’efficience mais peut facilement consigner le charbon et l’énergie nucléaire au passé ».

 

La Pologne dépend à 90% du charbon pour son électricité et la France dérive les trois quart de son électricité de l’énergie nucléaire.

 

Jo Leinen, le président Social Démocrate allemand du comité pour l’environnement du Parlement Européen, a déclaré que la feuille de route n’était qu’une liste de vœux qui sous-estimait « l’énorme potentiel des énergies renouvelables et de l’efficience ».

 

 


 

Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article