La commission baleinière internationale (CBI) rejette la création d'un sanctuaire dans l'Atlantique Sud, parce que là-bas, il y a du pétrole !

Publié le par Gerome

baleine.jpg

 

Ah bon ...tiens donc...et pourquoi ça?...
Eh bien officiellement parce que, les pays pratiquant la chasse à la baleine ont gagné une nouvelle manche. 


Lundi 2 juillet, la commission baleinière internationale (CBI), réunie pour son assemblée annuelle jusqu'à vendredi dernier au Panama, a rejeté la création d'un sanctuaire dans l'Atlantique Sud pour protéger les cétacés (notamment la baleine bleue, la baleine à bosse, la baleine franche australe et le rorqual commun.)
Au total, 38 de ses membres ont voté en faveur de la proposition, ...mais voilà 21 s'y sont opposés. 

Or, pour être approuvé, le texte aurait dû recueillir au moins 75 % de voix favorables.

"Le but de cette motion était de renforcer davantage la protection des baleines : en cas de levée du moratoire, il existerait ainsi toujours des portions d'océans fermées à la chasse commerciale, explique Jean-Benoît Charrassin, maître de conférence au Muséum national d'histoire naturelle et membre du comité scientifique de la CBI. Mais cette proposition de sanctuaire était surtout politique, dans la lutte qui oppose les pays chasseurs aux Etats protecteurs." (...ici vous connaissez la musique...pampampam paoum...)



Bien sûr les japonais ces grands méchants tueurs de baleine.... mais aussi, La Norvège (...le fonds souverain le plus important au monde d'argent issu du pétrole et reconnu comme l’un des fonds souverains les plus transparents au monde qui sert souvent de modèle pour ce qui est des investissements éthiques et responsables...) et aussi l'Islande, ont posé une objection au moratoire.
Faut dire qu'ils poursuivent eux ( Norvège et Islande pour ceux qui ne suivent pas), la volonté d'une chasse commerciale (700 baleines pêchées, selon les derniers chiffres de 2010-2011 de la CBI), ce qui est très différent tout de même, le commerce à ses raisons que la raison ignore . 


Ben tiens...

Alors que l'espèce a été au bord de l'extinction avec plus de deux millions de baleines abattues au XXe siècle, cette poursuite de la chasse irrite au plus haut point les pays protecteurs de l'espèce, essentiellement l'Union européenne (à l'exception du Danemark) et les Etats d'Amérique latine, menés par le Brésil et l'Argentine. (...et comme comme je les comprends)...

Surtout, que cette année, comme l'an dernier d'ailleurs, la majorité des stocks de viande de baleine n'ont pas trouvé preneur au Japon, faute de consommation nationale suffisante.

"Tokyo poursuit néanmoins une importante chasse pour des raisons de souveraineté ainsi que pour maintenir son influence en termes de diplomatie maritime et d'accès aux ressources de la mer, explique François Chartier. Le poids du monde de la pêche et des armateurs, proches du pouvoir, joue aussi."(et ça pèse lourd le poids du monde de la pêche)...ben tiens

Mais faut dire aussi que le pétrole abonde sous l'atlantique sud ! 
...et puis il y a des sales rumeurs qui disent qui y'en a vraiment beaucoup...


Voilà que le pétrole abonde sous l'Atlantique Sud parce que d'énormes quantités de sédiments s'y sont accumulées depuis la formation de cet océan, il y a quelque 140 millions d'années.

Prenons par exemple les malouines, qu'est ce qui pourrait bien poussait le prince William a resté six mois sur place pour faire joujou avec son hélicoptère, et Londres d'y envoyé l'ultramoderne navire de guerre Dauntless ("L'Intrépide") sur place, pour remplacer un autre bâtiment plus ancien, et enfin, le comité parlementaire britannique chargé de la défense a visité la base début mars, avec ce message intransigeant: "Il est hors de question de négocier la souveraineté des îles", affirme son président, le député James Arbuthnot.


Ben pour sauver les baleines bien sûr, et j'ai beau me gratter la tête ...je ne vois que ça!...
Et depuis d'ailleurs, les liens économiques avec l'Amérique latine ont atteint leur minimum, ...alors les Malouines survivent grâce à un pont aérien venant du Royaume-Uni. 


Et puisque rien ne pousse sur l'île, à cause des vents incessants, les produits frais sont pour la plupart importés de l'autre bout de monde.
Oui mais voilà, l'archipel pourrait s'enrichir encore plus avec le pétrole...ah bon????.....


Et si des forages ont déjà été réalisés dès 1998, un premier champ, de 350 millions de barils, une taille relativement moyenne, a été détecté en 2010, dans des fonds relativement peu profonds et son exploitation pourrait être en œuvre dès 2016. 
D'autres puits sont actuellement en cours d'exploration, où exactement? ...ça c'est mystères et boules de gommes, et ce dans des conditions plus ou moins difficiles, car à plus de 2000 m de profondeur, mais sur des gisements que les marchées assurent au potentiel beaucoup plus prometteur.

Selon les scénarios, cela pourrait rapporter aux Malouines, sur vingt-cinq ans, entre 10 milliards et 140 milliards d'euros. Pour un archipel dont le budget tourne autour de 70 millions d'euros, c'est de toute façon énorme...et surtout l'histoire nous dit pas combien cela rapportera aux merveilleux boursicoteurs en mal d'exotiques assurances, de pouvoir s'acheter une ile vierge au milieu de nulle part pour leur enfants cheris... 


...Bref avec ces japonnais qui viennent faire de l'extraction de baleines dans le coin, et ce pour des raisons purement scientifiques....Nous voilà rassurés...
... Nous savons ainsi, qui sont vraiment les responsables de la disparition massive des mammiferes marins...et de quelques poissons au passage...


Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article