La fonte des glaciers himalayens s’accélère

Publié le par Gerome

Depuis près de trois décennies, les glaciers du monde entier sont menacés par le réchauffement climatique. Les conséquences de la dégradation de l’environnement intensifient le phénomène d’appauvrissement global des écosystèmes. Ironie du sort, c’est l’effet boule de neige.

 

fonte-glaciers-himalaya.jpg


Le plateau tibétain s’étend sur 5 provinces chinoises, les régions autonomes du Tibet et du Xinjiang, le Qinghai, le Yunnan, et le Sichuan, pour presque un quart de son territoire. Il constitue la principale réserve en eau du pays avec les sources des fleuves Yangtze, Jaune et Lancang. Ses glaciers sont menacés depuis déjà 30 ans par le réchauffement climatique.

 

Les conséquences de cette fonte sont la diminution des ressources en eau potable de toute l’Asie et la formation de zones humides et marécageuses en aval du plateau, mais aussi des conséquences sur l’environnement mondial en raison de sa hauteur qui lui a valu le surnom de “troisième pôle”. Cet environnement hors du commun ne tend qu’à disparaître alors même que des millions de personnes en sont dépendantes pour l’approvisionnement en eau potable et l’agriculture.

 

Un écosystème en voie de disparition


L’enquête la plus complète concernant les glaciers du plateau tibétain et les régions avoisinantes dans l’Himalaya, Karakoram, le Pamir, et les chaînes de montagnes Qilian vient d’être réalisée par l’Université de Potsdam à partir de l’étude des données satellitaires et des mesures de terrain. Publiée dans Nature Geoscience, elle montre qu’au cours des 30 dernières années, les 2 tiers des glaciers auraient reculé dans les parties centrale et orientale de l’Himalaya tandis que dans l’Himalaya occidental, la moitié des glaciers a avancé.


S’ajoute au réchauffement climatique les conditions météorologiques locales. « L’échauffement est important », explique Yao Tandong. « Mais ses effets sur les glaciers dépendent également des régimes climatiques. » En effet, le Karakoram et le plateau du Pamir sont des régions dominées par les vents d’ouest, où les glaciers se reconstituent avec la neige hivernale, et sont donc moins touchées par le réchauffement, les températures en hiver étant encore en dessous de zéro.

 

Dans l’Himalaya oriental et central au contraire, il neige surtout pendant la mousson. Et même un léger changement dans les températures estivales peut affecter les glaciers et par conséquent la vie de millions de personnes, et ce de façon quasi irrémédiable.

 


Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article