La forêt des carpates bientôt coupée en deux par une nationale

Publié le par Gerome

L’un des derniers paysages forestiers intact d’Europe serait en danger. D’après un récent communiqué du WWF, l’Agence Nationale de l’Environnement (ANE) roumaine a donné son feu vert pour la construction d’une route nationale, au plein cœur de la forêt des Carpates. La route 66A devrait traverser le mont Retezat et se poursuivre à travers le parc national Domogled sur dix-neuf kilomètres. Une infrastructure qui aura forcément un impact significatif sur l’environnement.

 

pt77934.jpg

 

« Nous devons défendre nos précieuses ressources naturelles » a affirmé Magor Csibi, responsable du programme Danube-Carpates au WWF Roumanie. « Nous parlons de la protection de 100.000 hectares de forêt où l’empreinte de l’homme a été suffisamment faible pour laisser le paysage proche de son état d’origine. La construction de cette route est symbolique de la méconnaissance totale des aires protégées en Roumanie. » En effet, l’estimation des conséquences environnementales aurait largement été négligée. « L’évaluation d’impact environnemental a été traitée en cinq jours », a précisé Andreas Beckmann, directeur du programme Danube-Carpates au WWF. Cette région est composée d’arbres plus que centenaires, les chênes et les pins noirs sont âgés de plusieurs siècles. Quant aux loups, ours, lynx et autres aigles royaux, ils y trouvent un habitat adapté, bien loin des activités humaines.

 

Une série de manifestations pour lutter contre cette construction de route s’est déroulée ces derniers mois, la dernière en date ayant eu lieu au début du mois de juillet, devant le ministère de l’Environnement et des Forêts roumain. Mais le combat, mené depuis cinq ans maintenant, commence à se faire long. A l’époque déjà deux tronçons avaient été construits, sans même avoir la permission de l’Agence Nationale de l’Environnement roumaine.

 

Les organisations écologistes ont donc lutté et réussi à interrompre l’agencement du troisième et dernier tronçon, jusqu’à aujourd’hui. Etant donné que l’organisme a donné son accord, les travaux devraient reprendre rapidement. L’ONG Agent, soutenu par le WWF et d’autres associations, envisage donc de déposer plainte auprès de la Commission européenne contre le gouvernement roumain pour dénoncer les faits. Des dispositions qui ont un goût de déjà vu pour Magor Csibi. « La Commission européenne avait déjà dans le passé sanctionné le pays pour non respect de la loi environnementale. » Mais rien n’y fait, ce qui désole particulièrement Andreas Beckmann : « la construction de cette route sera le prochain épisode tragique d’une longue lignée.»

 

 


Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article