1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 08:29

spiruline.jpg

 

C’était l’une des curiosités du dernier Sial, le grand rendez-vous de l’industrie alimentaire. Une bouteille bleu azur, remplie d’une eau enrichie en micro-algues en forme de spirale hyperconcentrée, connue sous le nom de spiruline. Mise sur le marché en mars prochain, cette boisson baptisée «Springwave» a été couronnée par le prix de l’innovation 2014, confirmant la montée en puissance d’un aliment auquel on prête de nombreuses vertus.

 

Où la trouver? A l’origine, la «spiru» est une algue bleue présente depuis 3,5 milliards d’années dans les eaux douces des lacs des régions chaudes, en Afrique (Tchad, Ethiopie, Tunisie), Amérique latine (Pérou) ou Asie (Inde, Sri Lanka, Thaïlande). Elle est ensuite commercialisée sous forme de poudre, cachets, gélules, principalement dans des boissons énergisantes ou des compléments alimentaires produits en Chine ou aux Etats-Unis. En France, une fédération de spiruliniers réunit une centaine de producteurs focalisés sur une culture artisanale de «paillettes sèches». Il s’agit donc cette fois d’un aliment, produit dans des bassins hors-sol. Son goût étant assez neutre, la spiruline ne se consomme pas en tant que telle, mais plutôt en condiment ou mélangée à une salade, un yaourt. Des gâteaux, barres énergétiques pourraient être produits à l’avenir, sachant qu’il est déconseillé de la chauffer pour ne pas en altérer la qualité.

 

Quels bienfaits supposés? Scientifiquement, le concept de «super-aliment» n’existe pas. Il est pourtant régulièrement associé à certaines substances qui, à l’image de la spiruline, possèdent des effets bénéfiques pour la santé. Le docteur Dupire, grand défenseur de ce produit, explique qu’elle contient tous les nutriments, acides aminés, et oligoéléments essentiels. Par sa rentabilité protéinique (60%), elle plaît particulièrement aux sportifs et aux végétariens. Elle est également riche en bêta-carotène, fer, vitamines B, E, B2, B12, K et acides gamma linolénique. Elle jouerait donc un rôle sur les fonctions de l’immunité, une action antioxydante, aiderait à lutter contre les infections et les allergies.

 

Pourquoi un tel boom? Consommée depuis l’aube de l’humanité, notamment chez les Mayas, elle a récemment été redécouverte par Ripley Fox, scientifique américain qui en a fait un produit miracle pour combattre la malnutrition (notamment en vertu de son apport en protéines). Une idée défendue par de nombreuses ONG et la FAO aujourd’hui, malgré l’absence d’étude clinique sur le sujet. La Chine, producteur de 2.500 tonnes de spiruline sèche par an, l’a déclarée aliment d’intérêt national. En France, où le nombre de producteurs est passé de 10 à 120 depuis 2009, il n’existe pas de lobby mais son développement va de pair avec la défense d’une alimentation alternative. Seul frein notable, son prix qui tourne autour de 150€ le kilo.

 

Quels risques éventuels? A travers son dispositif de Nutrivigilance, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) a récemment fait état de «signalements» d’effets indésirables, concernant des compléments alimentaires à base de spiruline. 15 depuis 2009, dont 7 suffisamment complets pour être jugés exploitables. Elle évoque des désagréments gastro-entérologiques et allergiques.  Ses conclusions sur le sujet seront rendues en 2015.

 


Partager cet article

Published by Notre Terre - dans Nutrition & Santé
commenter cet article

commentaires