Le Congo veut construire le plus grand barrage du monde, attention DANGER!

Publié le par Notre Terre

Le gigantesque barrage chinois des Trois-Gorges est encore tout jeune et sert déjà d’exemple d’inanité écologique. L’énorme ouvrage chinois accumule des millions de tonnes de boue et s’encrasse, montrant ses limites. Mais cela n’empêche pas le Congo et des financiers internationaux de vouloir un bâtir un barrage 2 fois plus grand ! Vous avez dit folie ?

 

barrage-inga-635x212.jpg



Grand Inga = deux barrages des Trois-Gorges

Le barrage du Grand Inga, à 250 kilomètres à l’ouest de Kinshasa, est un projet qui ne date pas d’hier.

 

congo-site-inga.jpg



Cela fait près de 30 ans que des experts caressent l’espoir de convaincre Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo (RDC), l’ex-Zaïre, de réaliser le plus grand barrage au monde sur le fleuve Congo. Le Congo est le plus puissant fleuve du monde après l’Amazone avec un débit maximum de 80 832 m/s. Il faut avouer que l’immense potentiel hydroélectrique du site Inga, estimé à 44 000 MW environ, est tentant.

Ce projet est l’un des plus gigantesques projets d’Afrique : avec une puissance de 40 000 mégawatts (MW), il produirait 2 fois plus que le barrage des Trois-Gorges en Chine, pourtant le barrage de tous les records (photo ci contre). Pour les Trois-Gorges, 1,8 million de personnes ont été déplacés et relogées sans aide de l’État, 1300 sites historiques et archéologiques engloutis, plusieurs villes et de nombreux villages ont disparus sous le lac de retenue.
Le barrage congolais Inga 3 pourrait fournir l’électricité consommée de nos jours par toute l’Afrique subsaharienne, ou encore le 1/3 de l’énergie produite sur le continent.

Les autres barrages érigés sur le fleuve Congo après l’indépendance du pays, sont mal gérés, peu efficaces et mal entretenus : Inga 1 (350 MW à l’origine) et Inga 2 (1 420 MW) se noient dans les sédiments et ne produisent qu’à la moitié de leur capacité. Par ailleurs, les communautés déplacées pour les deux premières tranches d’Inga se démènent depuis les années 1960 pour obtenir des compensations équitables, mais n’ont rien reçu jusqu’ici.

 


Barrage-inga-2.jpg

Inga 2 (photo ci-dessus) et Inga 1 sont actuellement accusés de la baisse des eaux que connait le fleuve.

En 2011, des rochers et des bancs de sable étaient visibles sur de vastes étendues. Le fleuve s’était complètement retiré sur une large bande de la rive droite
Barrage, le saviez-vous ?

Il y a des doutes sur le bilan en gaz à effet de serre des barrages hydroélectriques. L’activité bactériologique dans l’eau des barrages relâcherait d ’importantes quantités de méthane (au pouvoir d’effet de serre 20 fois plus grand que le CO2), surtout en régions tropicales.
Grand Inga, une année de PIB investi dans un barrage !

Malgré un prix faramineux, malgré la précarité du régime politique du Congo, malgré des performances énergétiques décevantes des autres barrages de la région, les bailleurs de fonds se pressent.

Le potentiel désastre écologique ne semble pas effrayer ces fonds d’investissement et les Autorités locales. La Banque africaine de développement (BAD), la Banque mondiale et d’autres investisseurs vont prêter 150 millions de dollars (116 millions d’euros) pour lancer le chantier dont la seule première phase dite Inga 3, coûtera la coquette somme de 12 milliards de dollars. Un investissement qui représente peu ou prou une année de PIB du Congo. Un peu comme si en France on se payait un ouvrage à 1 000 milliards d’euros !

Pour justifier l’énormité des sommes en jeu : Hela Cheikhrouhou, directrice du département énergie, environnement et changement climatique de la BAD.n « Le pétrole exploité en Afrique part pour l’essentiel à l’étranger. C’est le premier projet énergétique de cette envergure qui desservira uniquement le continent ».
La construction  d’Inga 3 débuterait en octobre 2015.

C’est une compagnie chinoise Sinohydro qui est au premier rang des candidats pour le développement du projet du Grand Inga, Le groupe chinois a présenté sa candidature dans le cadre d’un consortium avec son compatriote Three Gorges Corporation. Ce même consortium exploite le barrage chinois des Trois Gorges, actuellement le plus important au monde.

Les deux autres candidats sont espagnols (Actividades de Construccion y Servicios (ACS), Eurofinsa et AEE) et  coréo-canadiens (Daewoo, Posco et SNC-Lavalin). Le groupe français GDF Suez est associé au projet pour tout ce qui concerne l’ingénierie.

Le gigantisme du projet laisse peu d’espoir qu’il soit remis et mené avec toutes les précautions requises. Certains s’inquiètent du fait que des compagnies étrangères au Congo vont réaliser la majorité des énormes profits sur ce méga-projet et ne laisser qu’une portion congrue au profit  des besoins de développement de la majorité des Congolais pauvres.

 

 

 

Le gigantesque barrage chinois des Trois-Gorges est encore tout jeune et sert déjà d’exemple d’inanité écologique. L’énorme ouvrage chinois accumule des millions de tonnes de boue et s’encrasse, montrant ses limites. Mais cela n’empêche pas le Congo et des financiers internationaux de vouloir un bâtir un barrage 2 fois plus grand ! Vous avez dit folie ? - See more at: http://actuwiki.fr/3/31427/#sthash.2TudVpbN.dpuf

Publié dans Nature

Commenter cet article