Le deux roues éléctrique

Publié le par Gerome

Les deux-roues électriques (vélo, Solex, scooter, moto…) sont des alternatives de choix à l’utilisation de la voiture en ville. Vous arrivez à bon port plus rapidement, en polluant et en dépensant moins. Vous en avez certainement déjà croisés, mais vous ne les avez peutêtre pas remarqués, à cause de leur discrétion. L’autonomie de la plupart des batteries électriques permet aujourd’hui de parcourir de 25 km à 70 km, soit 45 km en moyenne tous modèles confondus (soit amplement de quoi couvrir la distance moyenne parcourue par un deux-roues à Paris soit 25 km).



Pour l’instant les acheteurs sont principalement des entreprises qui reconstituent leur flotte de véhicules de livraison en ville. 6 000 scooters électriques ont été vendus en 2009 et 24 000 vélos à assistance électrique1 (VAE). Le cabinet Frost & Sullivan prévoit 220 000 immatriculations de scooter électriques en 2016. La France est le troisième marché en Europe. Dans le monde, la Chine caracole en tête. À Kunming, une ville chinoise de plus de 5 millions d’habitants, le scooter électrique est devenu le moyen de transport le plus utilisé depuis que la municipalité a interdit la circulation des deux-roues thermiques. N’attendez pas que cela devienne aussi obligatoire en France… passez dès à présent aux deux-roues électriques, vous ferez non seulement des économies mais vous contribuerez à préserver la planète.

 

Honda_FCX_pile_a_combustible_stpz.jpg



C'est encore plus écologique si cela vous amène à laisser votre voiture au garage ou mieux, à la revendre. Les rejets de CO2 lié à vos déplacements seront fortement réduits, la pollution sonore ainsi que la pollution de l’air disparaissent. Il ne reste plus que l’empreinte carbone de l’électricité consommée car en France même si l’électricité produite est majoritairement d’origine nucléaire, elle a quand même une empreinte carbone même si elle est cinq fois moins élevée que celle des énergies fossiles. Le moteur électrique sera encore plus propre lorsque l’intégralité de son énergie proviendra d’énergies renouvelables, mais aussi lorsque les batteries seront moins consommatrices de métaux toxiques et intégralement recyclées.

 


Pour quelques centimes, vous ferez le plein en branchant votre deux-roues sur le secteur, durant 3 à 8 heures. Vous n’aurez quasiment pas de frais d’entretien et vous ne génèrerez pas la kyrielle de déchets des moteurs à l’explosion (bougies, filtres, huile…). Ironie. L’absence de bruit du moteur peut laisser croire que l’on a calé, vous vous habituerez. Il faut aussi être plus vigilant à l’égard les piétons qui ne vous entendent pas venir.
On retrouve les mêmes problèmes de confort qu’avec les deux roues thermiques lors d’intempéries et les mêmes problèmes de sécurité liés entre autre à l’absence de carrosserie. Alors soyez prudents et respectez bien les règles du code de la route.



Comptez 1 150 € pour un Solex, 1 700 € pour un scooter électrique d’origine chinoise de 50 cm3, 2 850 € pour le scooter autrichien Florenz Classic au look vintage2. Comptez 9 450 € pour le modèle le plus puissant sur le marché, fabriqué par la société américaine Zero Motorcyles. Il a un moteur de 22 KW (31 chevaux), se recharge en 3 heures sur une alimentation standard, accélère de 0 à 100 km/h en moins de 4 secondes, avec une autonomie de 100 km pour un poids de 102 kg. Et revient à moins de 1 centime le km. La durée de vie de la batterie est estimée à 5/6 ans, elle vaut 2 300 euros3.



En attendant les trois-roues électriques, les hybrides ont fait leur apparition. Ils ont l’avantage de se conduire avec un simple permis voiture comme les trois-roues thermiques de 400 cm3 car ils sont assimilés à des quadricycles. On trouve ainsi sur le marché le scooter Piaggio de 125 cm3 développant 15 ch (11 KW) et un petit moteur électrique de 2,6 KW (3,5 ch) qui permet de déplacer à lui tout seul les 220 kg du scooter sur 20 km à 30 km pour 1,7 litre/100 km contre 4 litres pour la version standard. Néanmoins il est trois fois plus cher qu’un 125 cm3 classique.



Si vous utilisez la voiture pour des déplacements urbains et périurbains de moins de 25 km par jour, le deux-roues électrique est particulièrement conseillé. Reportez vous à l’étude de cas ci-dessous. Vous réduisez le stress lié aux grèves, au stationnement, aux embouteillages…
Si vous vous déplaciez auparavant en deux-roues thermique, votre coût de revient au kilomètre baissera. Il deviendra nul si vous êtes à Paris et que vous rechargez votre deux-roues électrique dans l’une des 84 stations gratuites en libre-accès. Si vous vous déplaciez avant en transport en commun ou en vélo, le deux-roues électrique ne sera pas une source d’économie pour vous et vous ne réduirez pas votre impact environnemental.

 

 

 


Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article