22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 06:39

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a reçu les clefs de la première ZOE en début de semaine.

 

renault-zoe.jpg


C’est le quatrième et dernier modèle de la gamme de voitures électriques de Renault. Citadine destinée aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels, la ZOE n’émet donc aucun gaz à effet de serre sur les routes et participe de facto à la protection de l’environnement.


Elle fait à ce titre l’objet d’un bonus écologique particulièrement avantageux. Rappelons en outre que celui-ci a été révisé à la hausse cet été par le gouvernement, lequel compte sur les modèles électriques et hybrides pour contribuer à la relance d’une filière automobile française aujourd’hui très mal en point. Après « ristourne » de sept mille euros, la ZOE sera commercialisée dans nos frontières au printemps à partir de treize mille sept cents euros TTC.


Un tarif qui pourrait dissuader plus d’un usager de la route, mais qui se justifie par l’intégration d’une technologie de pointe conférant à la ZOE, produite sur le site de Flins (Yvelines), une belle autonomie. Et nos confrères du site Internet Enerzine.com de souligner sa « simplicité d’utilisation, grâce à l’installation d’une borne de recharge au domicile ou sur son lieu de travail ».

 

 

L’Etat montre l’exemple

Déjà soutenu financièrement par le précédent, cet opus est aussi dans les petits papiers de l’actuel gouvernement, le très médiatisé ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg s’étant vu remettre lundi les clefs de la toute première ZOE par Carlos Tavares, directeur général délégué aux opérations du groupe Renault, dans la cour d’honneur de Bercy. « Cette livraison fait suite à la commande passée par le ministre lors du Mondial de l’Automobile à Paris », précise Enerzine.com.


Elle constitue par ailleurs « une étape clef dans l’offensive véhicule électrique de Renault, qui va permettre de rendre accessible au plus grand nombre (l’éco-mobilité) », a commenté M. Tavares, cité par Enerzine.com. « L’engagement du gouvernement et de M. Montebourg (…) est un atout précieux pour faire de la France un socle robuste de développement du véhicule électrique, permettant à Renault de réaffirmer sa position de champion français à l’international », a-t-il ajouté.


Cet engagement, d’autant plus ferme qu’il a résisté à un changement de majorité, se traduira aussi par une forte augmentation du nombre de bornes de recharge publiques et privées à travers la mission pilotée par Philippe Hirtzman. Celle-ci est principalement destinée à favoriser leur déploiement dans les grandes agglomérations, où elles sont encore très marginales.

Rappelons enfin que des bornes vont également être installées dans les ministères et des voitures électriques intégrées aux différentes flottes publiques. Il est vrai que l’exemple doit venir d’en haut.

 

 


Partager cet article

commentaires