6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 08:19

130922_PS3_PS4.jpg

 

Télécharger ses jeux sur console au lieu d’acheter la version en boîte, un geste pour la planète? Non, dit une étude parue dans le Journal of Industrial Ecology. Selon ses auteurs, au-delà d’une certaine taille (1,3 Go), la dépense d’énergie lors du téléchargement serait supérieure à celle liée à la fabrication d’un disque Blu-ray.


«Dans l’ensemble, les résultats indiquent que l’hypothèse -qui est que le téléchargement des données aura une empreinte carbone plus faible que la distribution sur un disque- ne semble pas vérifiée dans le cas de jeux PlayStation 3 vendus dans l’Union européenne depuis 2010», écrivent les chercheurs, qui estiment qu’au moment étudié, «la production et la distribution d’un jeu de taille moyenne diffusé par Blu-ray entrainait 50 % à 90 % moins d’émissions de CO2 que la diffusion par téléchargement».

Efficacité énergétique

L’étude est cependant à prendre avec des pincettes. D’abord, elle a été réalisée sur une PlayStation 3 au Royaume-Uni, en 2010. Les chercheurs admettent ne pas savoir dans quelles proportions l’efficacité énergétique de l’Internet a augmenté depuis. Ils signalent également que ces résultats ne sont pas applicables aux Etats-Unis, où «l’empreinte carbone de la production et de la distribution de disques optiques est trois fois supérieure au cas de l’Union européenne».


Enfin, l’étude ne prend pas en compte le transport jusqu’au magasin dans son calcul de l’empreinte carbone, notant qu’«un déplacement ayant pour seul but l’achat d’un jeu pesant entre 5,4 et 19 Go» entrainerait des émissions de carbone du même ordre qu’un téléchargement. En bref, ce n’est pas encore la peine d’annuler vos transferts en cours.

 

 


Partager cet article

Published by Notre Terre - dans Pollution
commenter cet article

commentaires