14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 07:14

typhon-philippines.JPG

 

Après le passage du typhon Haiyan, les experts soulignent que le changement climatique n'est pas responsable des ouragans mais ils préviennent que ces tempêtes risquent d'être de plus en plus violentes avec le réchauffement et la hausse du niveau des mers.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) estime qu'il y a "plus de probabilité" que les tempêtes gagnent en intensité dans le siècle à venir.


"Il est pratiquement impossible d'attribuer tel ou tel événement extrême au changement climatique", note Kevin Walsh, professeur associé de sciences de la Terre à l'université de Melbourne. Mais, dit-il, "il y a suffisamment d'études qui suggèrent que la probabilité de cyclones tropicaux extrêmes comme Haiyan va sans doute s'accroître dans le monde."

Pour lever l'incertitude, il faudrait des décennies d'études détaillées de ces phénomènes, explique Kevin Walsh.


Quoi qu'il en soit, Haiyan et ses 10.000 morts aux Philippines ont remis sur le devant de la scène les préoccupations liées au climat. A la conférence des Nations unies sur le climat qui s'est ouverte lundi à Varsovie, le délégué philippin a entamé un jeûne pour protester contre l'inaction face au réchauffement climatique. Une chose est à peu près observable, souligne Will Steffen, directeur exécutif de l'Institut du changement climatique de l'Université nationale australienne : le changement climatique réchauffe l'eau en surface, ce qui, à son tour, donne de l'énergie aux tempêtes.


"On ne peut pas dire que tel événement, comme le typhon qui a frappé les Philippines, a été causé, ni même accentué, par le changement climatique. Mais on peut dire avec un certain degré de certitude que nous sommes en train de piper les dés pour des tempêtes plus graves à l'avenir", dit-il.

ONDES DE TEMPÊTE

Un des domaines du changement climatique où il y a le plus de certitudes est la hausse du niveau des mers. Qui dit hausse du niveau dit augmentation de la force des ouragans en forme de raz-de-marée comme celui qui a dévasté Tacloban dans le centre des Philippines, explique Will Steffen.


Pour Jeff Masters, qui dirige les services de météorologie sur le site internet Weather Underground, la hausse du niveau des mers a joué un petit rôle. Elle n'a contribué qu'à 5% d'une onde de tempête (hausse du niveau de la mer liée aux vents) estimée à quatre mètres.

Ce calcul est effectué à partir d'une hausse générale inférieure à deux centimètres du niveau des mers au XXe siècle. Le Giec estime que le XXIe siècle pourrait connaître des hausses comprises entre 26 et 62 cm du niveau des mers.

"On peut s'attendre à ce qu'à l'avenir des tempêtes comme Haiyan soient encore plus destructrices, en raison d'ondes de tempête plus élevées à partir de la hausse du niveau des mers", estime Jeff Masters.

L'inquiétude autour d'un climat hostile est exacerbée par le changement des lieux où éclatent ces tempêtes.


Aux Philippines, alors qu'elles se produisaient surtout dans le nord, dans la région de Luzon - l'archipel est frappé chaque année par une vingtaine de typhons - elles ont migré ces deux dernières années dans les régions du Sud qui n'avaient jusqu'ici que peu - voire pas - connu ce phénomène.


Ainsi, la province de Davao Oriental a connu son premier typhon en décembre dernier, un phénomène de catégorie 5 avec des vents de 280 km/h. Bopha a fait 600 morts et des milliers de sans-abri dans la province de Mindanao.

Mindanao, frappée deux années de suite par de violentes rafales de vent, ne peut plus être considérée comme une région sans typhon. En décembre 2011, la tempête tropicale Washi a entraîné des inondations sur la côte ouest, faisant environ 700 morts. Haiyan a également frôlé Mindanao.

 

 


Partager cet article

Published by Notre Terre - dans Nature
commenter cet article

commentaires