Les bons conseils pour profiter pleinement de votre jardin

Publié le par Gerome

article jardinage

 

 

Alors que le jardin nous permet de retrouver un lien avec la nature, des pratiques peu respectueuses de l'environnement y sont encore courantes, souvent par méconnaissance. Quelques conseils à suivre pour un jardin plus vert…


La friche, c’est chic!

Une friche est un endroit où l’on oublie binettes et sarcleuses, arrosoir et pulvérisateur. Un petit coin où la nature pourra s’exprimer, où des espèces de plantes et d’animaux - souvent en voie de disparition - pourront se maintenir et prospérer. Il n’y a pas de papillons sans mauvaises herbes !


La petite prairie devant la maison

La pelouse est sans aucun doute le type de plantation qui occupe la plus grande surface dans nos jardins. Transformer cet espace de gazon en prairie présente pourtant des avantages : d’abord des économies de temps et d’argent (finies, les dépenses de carburant et les frais de réparation pour la tondeuse !), une réduction des nuisances sonores et une diminution de la consommation de produits chimiques. Il y a aussi l’aspect esthétique, puisqu’une prairie, plus romantique et sauvage, se couvre de fleurs du printemps à l’automne ! La biodiversité est préservée et votre jardin protégé, car ce petit coin de prairie accueille de nombreux insectes, utiles pour votre espace vert.


Vos amis les bêtes

Protéger la biodiversité c’est aussi protéger notre avenir. Le bon fonctionnement de notre planète (cycles du carbone, de l’eau, de l’oxygène…) est lié à la santé des écosystèmes. Une espèce qui disparaît, c’est un des maillons d’une chaîne qui se brise, remettant en question la survie d’autres espèces… Accueillir la biodiversité dans son jardin permet aussi de limiter son travail et l’emploi de pesticides. Plus votre jardin ressemble à un écosystème naturel, plus il pourra se défendre contre les aléas climatiques et les ravageurs. Les insectes pourront améliorer la pollinisation au potager et au verger, et protègeront de façon naturelle vos plantations contre les pucerons et autres cochenilles.


L’eau, une ressource à préserver

Économiser l’eau est bon pour le porte-feuille et l’écologie ! L’arrosage du jardin représente en moyenne 9 litres par personne et par jour. Avec des gestes simples, il est possible d’économiser environ 35 m³ d’eau par an, soit 100 e, pour un jardin moyen : investissez par exemple dans un récupérateur d’eau de pluie, ou placez une bassine en permanence dans l’évier pour récupérer l’eau sans en perdre une goutte, et arroser ensuite vos plantations.


Faites votre compost

Presqu’un rêve d’alchimiste : transformer les déchets en une matière en or ! En effet, 30 % de nos détritus peuvent devenir, en quelques mois, un véritable engrais naturel. Avantages ? De meilleures récoltes, des économies d’eau, la réduction des déchets et l’emploi de matières naturelles dans le jardin. Le compost améliore la structure du sol, l’enrichit en matière organique sans détruire les micro-organismes si importants pour les végétaux. De plus, il est disponible pour les plantes sur le long terme et ne pollue pas les nappes phréatiques et les rivières.


Extinction des feux

Chaque nuit, au retour des beaux jours, les éclairages de jardins provoquent la mort directe ou indirecte de centaines d’insectes, dont certains sont proches de l’extinction. L’éclairage figure ainsi parmi les trois causes principales du déclin des papillons, avec l’abus de pesticides et la raréfaction des habitats. L’été, près de 150 insectes meurent en moyenne sur chaque réverbère… Et s’ils ne sont pas piégés ou tués par l’installation elle-même, ils sont souvent victimes de leurs prédateurs (chauves-souris, crapauds, etc.) attirés par la présence de proies en si grand nombre. Sans oublier que les lumières extérieures sont très énergivores : en France, l’éclairage public serait responsable à 4 % des émissions de gaz à effet de serre.


La flore locale, petit bonheur des papillons

Les papillons sont souvent confrontés à de grandes difficultés pour se nourrir et se reproduire dans nos jardins. Les chenilles, par exemple, dont le régime ne tolère souvent qu’une ou quelques espèces de plantes, ne trouvent pas leur bonheur avec les plantes exotiques de nos jardins. Replanter des fleurs et arbustes locaux est ainsi indispensable pour accueillir et préserver papillons et autres insectes.


Prenez soin de vos sols

Le sol est l’élément de base du jardin, dont dépend la croissance et la santé de nos plantations. Bien le gérer permet donc de mieux valoriser les apports nutritifs, réduire l’arrosage, limiter le traitement des maladies… Attention donc à l’abus d’engrais, cause de pollution des milieux naturels.


Bannissez les pesticides

Les pesticides ne sont pas des produits anodins. Ils contiennent des substances actives qui agissent sur les mauvaises herbes et les nuisibles, mais aussi sur la vie sauvage. Dans les jardins, les produits généralistes touchent tous les insectes, donc aussi ceux dits « utiles », comme les abeilles, les coccinelles ou les papillons.


Devenez ambassadeur de la diversité

Faites partager votre plaisir d’entretenir un jardin naturel, avec des oiseaux, des papillons et toute une vie sauvage. Vos amis seront séduits et puis qui sait, vous ferez peut-être des émules!

 

 


Publié dans Nutrition & Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article