19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 08:33

foret-brotonne.jpg

 

La forêt de Brotonne, en France, est située à l'ouest de Rouen dans un vaste méandre de la Seine, accessible par le pont de Brotonne. Elle fait partie du parc naturel régional des Boucles de la Seine normande qui a permis la sauvegarde et la mise en valeur d'un grand espace naturel s'étendant de la banlieue de Rouen jusqu'au marais Vernier. C'est un reste de la vaste forêt primaire qui recouvrait toute la région, l'antique forêt d'Arélaune.
Pont de Brotonne reliant Caudebec-en-Caux à la Forêt de Brotonne



Elle s'étend, aujourd'hui, sur 12 km de long et 10 km de large, et elle est quadrillée de multiples chemins forestiers. Plantée de chênes (notamment le célèbre chêne cuve) et de hêtres, et compte plus de quatre-vingt-dix espèces d'arbres. La partie domaniale couvre plus de 6 700 hectares (dans un ensemble de 7 200 ha). Cette forêt est l'une des plus grandes hêtraies de France, 62 % de sa surface est couverte de hêtres. Mais on y trouve aussi pins sylvestres, charmes et chênes.



Elle abrite deux bâtiments remarquables : le moulin-tour de Hauville et le four à pain communal de La Haye-de-Routot. Son flanc sud est longé par l'autoroute A131. Les 50 mares de la forêt ont presque toutes été pavées ou tapissées d'un lit empierré à l'époque gallo-romaine.

À l'époque romaine, les restes de la forêt primaire (probablement déjà bien entamée au milieu du néolithique) furent défrichés pour construire de vastes domaines, comportant de nombreuses fermes, reliés aux villes nouvelles qui s'édifient sur les bords de Seine et même un vaste palais -- le palais d'Arelaune. Certaines villas mesuraient jusqu'à 150 mètres de long et 80 mètres de large et étaient magnifiquement décorées et desservies par des voies romaines empierrées.

 

foret-brotonne2.jpg



À sa porte, de l'autre côté de la Seine, fut construite, à l'époque du roi Clovis II (635-657), l'abbaye de Saint-Wandrille, qui fut le point de départ de l'évangélisation de la région. Plus tard, à l'époque du roi Thierry III (657-691), le saint ermite breton Condède (cf. Liste des saints catholiques) s'y installa sur l'île de Belcinac, y bâtissant le monastère de Belcinac2 où il vécut quinze années, attirant à lui de nombreux pèlerins qui continuèrent après sa mort à venir se recueillir sur sa tombe.



Au Haut Moyen Âge, Grégoire de Tours rapporte3 que « (en 537) Childebert et Théodebert mirent sur pied une armée, et se disposèrent à marcher contre Clotaire ; celui-ci l’ayant appris, et jugea qu’il n’était pas de force à se défendre contre eux, s’enfuit dans une forêt et y fit de grands abattis, plaçant toutes ses espérances en la miséricorde de Dieu ». Frédégaire (auteur des Gestes des Francs), dans son chap. 24, nomme cette forêt « Aretaunum » (probable cacographie pour Arelaunum, erreur de scribe, ancien nom celtique de la forêt de Brotonne). Une bataille navale entre les vikings et les vaisseaux de Charlemagne, se termina avec la victoire du normand Godefrid (dit également Godfred ) et la mise à sac de la région par les troupes du normand Rollon.

Le nom d'« Arelaune » tombe peu à peu dans l'oubli pour être remplacé par celui, norrois, de « Brotonne », qui désigne peut-être un groupe de fermes à l'origine (c'est le sens du terme scandinave tuna ), d'ailleurs une « ferme de Brotonne » subsiste, ainsi que les toponymes Hautonne et Martonne dans les environs.



Propriété des ducs de Normandie, la forêt revint dans le domaine royal sous le règne de Charles VIII qui venait y chasser. Son statut de forêt royale la protège des défrichements du Roumois.

En 1540, le roi François Ier se fit construire une résidence de chasse à Vatteville-la-Rue. Il y travaille aussi ; de nombreuses ordonnances royales ont été signées à Vatteville. Les autres rois de France abandonnèrent ensuite le domaine. La forêt deviendra une forêt de production.



État écologique

 

foret-brotonne3.jpg



La naturalité du massif a été affectée par son histoire et ses modes de gestion et il est très fragmenté et localement très fréquenté.
Son isolement géographique est pour partie naturel (boucles de la seine) et pour partie artificiel (Autoroute de Normandie au sud et clôture électrique ceinturant la forêt pour limiter les dégâts du gibier sur les cultures) et il est un facteur d'insularisation écologique qui a été source d'appauvrissement génétique des cervidés. Les cerfs y sont porteur d'une tuberculose (52,5 % des cerfs tués à la chasse vers 2007, la zoonose ayant été détectée en 2001), probablement apportée par des bovins.

 

Les sangliers peuvent également la véhiculer, notamment après avoir mangé des restes d'abats suite à la chasse ou des animaux morts. Un plan de chasse prévoit d'éradiquer les cerfs (envoyés à l'équarrissage) de la forêt en 2008 ou 2009, et de fortement diminuer la population de sangliers, car la maladie a aussi touché 3 cheptels bovins élevés en périphérie de la forêt (en 2006 et 2007). Les chasseurs souhaitent que des corridors biologiques puissent être restaurés pour permettre aux sous-populations de cerfs d'échanger des gènes afin d'éviter les problèmes de consanguinité et de dérive génétique qui les fragilisent.

 

 


Partager cet article

Published by Gerome - dans Nature
commenter cet article

commentaires