13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 15:46

chine-riviere-assechee.jpg

 

Atlantico interroge Franck Galland.


Franck Galland est l'un des meilleurs spécialistes français des questions liées à la géopolitique de l'eau. Il a publié L'eau : géopolitique, enjeux, stratégies, aux éditions du CNRS (2008). Il a créé en 2011 Environmental Emergency & Security Services, cabinet d’ingénierie-conseil dont la vocation est d’accompagner les opérateurs d'infrastructures critiques eau & énergie dans l’anticipation et la gestion de situations de crises dues à des catastrophes naturelles.

La population de la Chine représente 21% de la population mondiale mais le pays ne dispose que de 7% des ressources en eau douce de la planète. Un problème d'autant plus majeur qu’il existe une très forte inégalité d'accès et une très forte pollution de cette ressource.


Atlantico : A l'heure actuelle, l'eau est le plus grand problème écologique de la Chine en raison de sa rareté et de sa pollution. Ainsi, par exemple, Pékin a les mêmes problèmes de pénurie d'eau qu'il peut y avoir dans un pays comme l'Arabie Saoudite. Quelle est la réalité de la situation dans le pays ?

Franck Galland : A l'évidence la Chine a un énorme problème de quantité comme de qualité de l'eau. Mais à cela s'ajoute un problème d'inégalité de répartition. En effet, à l'échelle nationale, il y a une moyenne de 2 100 m3 d'eau par habitant et par an. Avec ces chiffres, la Chine se situe au-dessus de la barrière de stress hydrique (estimée à 1 000 m3 d'eau par habitant et par an, ndlr). Mais en réalité, dans certains bassins du pays, notamment au nord et au nord-est, c'est-à-dire là où vivent près de 45% de la population chinoise, il n'y a que 500 m3 d'eau par habitant et par an. Ces zones sont donc à des niveaux critiques de ressources en eau. Ces provinces se retrouvent effectivement au même niveau que des pays comme l’Algérie (environ 300 m3 d’eau par habitant et par an) et le Pakistan (300 m3 d’eau par habitant et par an). Le niveau de stress hydrique est donc le même que celui de pays désertiques.

En clair, si la Chine du sud concentre 80 % des ressources en eau et 55 % de la population du pays, la Chine du nord s’apparente à un parent pauvre : elle possède moins de 15 % de l’eau disponible tout en hébergeant 45 % de la population chinoise. Force est de constater que la Chine se retrouve face à un énorme problème à régler. Problème d'autant plus important que la population chinoise est supérieure à 1,3 milliard d'habitants. Dès lors, pour nourrir l'ensemble du pays, l'agriculture a besoin de beaucoup d'eau et doit jongler avec les problèmes de pénurie.

C'est dans cette optique que fin 2012, le Comité central du parti communiste et le Conseil d'Etat ont édicté trois lignes rouges à ne pas dépasser : limiter l'usage de l'eau, améliorer l’efficacité de son utilisation sur l'ensemble du territoire et sur le nord du pays en particulier. Ainsi, il a été décidé de fixer à 700 milliards de m3 (ce qui représente les ¾ du volume de l'eau annuellement renouvelable, ndlr) la limite annuelle de ponction sur les ressources.

Avant, les autorités chinoises ne restreignaient pas l'eau à des fins industrielles, domestiques ou agricoles. Ils pompaient allègrement dans les rivières. Depuis 2012, c'est fini ! Ils n'ont plus le choix sinon ils vont tout droit à la catastrophe !

 

chine-riviere-assechee2.jpg


A cause de la surexploitation, des rivières entières disparaissent totalement du paysage. Comment lutter contre ce phénomène ? Les immenses projets de barrages et de canaux sous-terrains sont-ils une solution suffisante ? Comment faire pour trouver un équilibre durable ?

Effectivement, il y a l'heure actuelle la mise en place de grands programmes de transferts destinés à ramener de l'eau du sud au nord. Mais c'est "déshabiller Pierre pour habiller Paul". Il faut donc trouver d'autres solutions. C'est pour cela qu'ils ont annoncé fin 2012, en même temps que les trois lignes rouges, la mise en place d'un programme d'augmentation à 60% de l'efficacité des techniques d'irrigation à horizon 2030. L'agriculture qui consomme toujours plus d'eau va donc bénéficier de lourds investissements dans ce domaine et sa consommation sera mieux gérée, mieux régulée.

Pour arriver à relever un tel défi, la Chine a pris l'exemple de Singapour et d'Israël. Aujourd'hui l'Etat hébreu réutilise 76% des ses eaux usées. Et ce dans le but d'arroser les champs agricoles, les espaces verts, la production industrielle... Grâce à cette technologie, Israël est devenu auto-suffisant dans le domaine de l'eau. Israël allait en guerre à cause de l'eau il y a trente ans, ce n'est plus le cas désormais grâce à la réutilisation des eaux et grâce à une haute-technologie dans ce domaine. Haute-technologie que les Chinois commencent tout juste à acquérir.

Par ailleurs, la Chine se met à pratiquer de plus en plus la technique du désalement de l'eau. Et les autorités s'en donnent tellement les moyens qu'à terme la Chine sera l'une des plus grandes puissances dans ce domaine. Selon des données du ministère chinois de l'Aménagement du territoire datant de 2011, le taux d'urbanisation des zones côtières va passer de 46,6% à 65% en 2030. La population chinoise sera donc de plus en plus côtière. Et qui dit côte , dit possibilité de désalement. En 2013, les stations de désalement traitent 1 million de m3/jour d'eau. Le Conseil d'Etat table sur 2,6 millions de m3/jour pour 2015.

Efficacité opérationnelle en milieu urbain, irrigation intelligente dans l'agriculture, réutilisation des eaux usées, désalement et tout une batterie de technologies que les Chinois vont copier sur les pays développés sont autant de solutions déjà mises en place pour faire face aux problèmes de l'eau dans le pays. D'autant plus que tout cela vient bien évidemment de leurs grands programmes d'aménagement hydraulique qui visent à ramener de l'eau du sud au nord.

Le problème de l'eau est pris à bras le corps par les autorités chinoises. C'est le sujet le plus important des 100 prochaines années.
Le sujet est d'autant plus d'importance qu'en 2009 la Banque mondiale a estimé que le coût global de la crise de l'eau en Chine représentait 2,3% de son PIB. A terme, comment la Chine peut-elle survivre ? Comment faire en sorte, en plus des solutions déjà envisagées, que la croissance ne soit pas affectée à ce point ?

Effectivement, la Chine subit l'impact de la crise de l'eau sur son PIB et continuera de le subir. Tout cela sans parler de la dégradation de la qualité de la ressource en eau. Car la pollution a aussi un impact très important. C'est un peu un cercle fermé dont il est difficile de sortir. Trop d'activité industrielle engendre de la pollution, la pollution induit une dégradation de la qualité des nappes, des rivières et de la qualité de l'air. La croissance chinoise va continuer à être altérée mais je pense que la Chine l'a pris en compte. Et toutes les solutions déjà évoquées vont avoir des conséquences sur la croissance. Car qui dit forts investissements dans le désalement ou dans l'irrigation intelligente, dit création d'entreprises et création d'emplois. Toutes les infrastructures développées vont à terme avoir un impact positif sur la croissance.

Autre problème économique soulevé par les problèmes d'eau en Chine : le pays se met à importer du maïs, du riz et des céréales. Auparavant, elle ne le faisait pas. Cette importation n'a pas pour objectif de nourrir la population mais bien le bétail. En effet, il faut environ 15 000 litres d'eau pour produire un kilo de viande et cela la Chine ne peut plus se le permettre. Donc ils importent du maïs. C'est donc un phénomène nouveau à prendre en compte : la Chine, auparavant auto-suffisante, se met à importer.  Et ce malgré une production record !


Le manque cruel d'eau dans le pays peut aussi avoir des conséquences internationales. En effet, les pays frontaliers (Inde, Bangladesh, Kazakhstan, Russie, Vietnam...) commencent à s'inquiéter de la surexploitation de la Chine car cela affecte leur consommation et ralentit le débit des fleuves communs. On parle d'une éventuelle guerre de l'eau. Est-ce que la situation peut dégénérer à ce point ?

Non, il faut être un peu plus modéré sur cette question. Je pense qu'aujourd'hui la Chine est consciente de la menace qu'elle fait peser sur ses pays riverains, notamment l'Inde. L'une des craintes des autorités indiennes était que le programme de transfert des eaux du sud au nord est à terme des conséquences sur l'une des sources du Brahmapoutre (fleuve qui prend sa source en Chine via le Tibet et qui traverse l'Inde et le Bangladesh, ndlr). Les autorités indiennes avaient peur de constater un ralentissement du flux de l'eau. Mais, en 2009, les Chinois ont eux-mêmes désamorcés la bombe en assurant que la dérivation prévue à l'ouest n'était pas nécessaire. Les Chinois essaient de calmer le jeu sur cette question.  Pour preuve, le nouveau président Xi Jinping a fait passer des messages très clairs à ce sujet lors de la réunion des BRICS à Durban au mois de mars. La Chine propose dont une logique partenariale avec l'Inde pour l'exploitation de ce fleuve. Il y a une inquiétude réelle  mais la Chine tente de calmer le jeu coûte que coûte.

La population de la Chine représente 21% de la population mondiale mais le pays ne dispose que de 7% des ressources en eau douce de la planète. Un problème d'autant plus majeur qu’il existe une très forte inégalité d'accès et une très forte pollution de cette ressource.

Atlantico : A l'heure actuelle, l'eau est le plus grand problème écologique de la Chine en raison de sa rareté et de sa pollution. Ainsi, par exemple, Pékin a les mêmes problèmes de pénurie d'eau qu'il peut y avoir dans un pays comme l'Arabie Saoudite. Quelle est la réalité de la situation dans le pays ?

Franck Galland : A l'évidence la Chine a un énorme problème de quantité comme de qualité de l'eau. Mais à cela s'ajoute un problème d'inégalité de répartition. En effet, à l'échelle nationale, il y a une moyenne de 2 100 m3 d'eau par habitant et par an. Avec ces chiffres, la Chine se situe au-dessus de la barrière de stress hydrique (estimée à 1 000 m3 d'eau par habitant et par an, ndlr). Mais en réalité, dans certains bassins du pays, notamment au nord et au nord-est, c'est-à-dire là où vivent près de 45% de la population chinoise, il n'y a que 500 m3 d'eau par habitant et par an. Ces zones sont donc à des niveaux critiques de ressources en eau. Ces provinces se retrouvent effectivement au même niveau que des pays comme l’Algérie (environ 300 m3 d’eau par habitant et par an) et le Pakistan (300 m3 d’eau par habitant et par an). Le niveau de stress hydrique est donc le même que celui de pays désertiques.

En clair, si la Chine du sud concentre 80 % des ressources en eau et 55 % de la population du pays, la Chine du nord s’apparente à un parent pauvre : elle possède moins de 15 % de l’eau disponible tout en hébergeant 45 % de la population chinoise. Force est de constater que la Chine se retrouve face à un énorme problème à régler. Problème d'autant plus important que la population chinoise est supérieure à 1,3 milliard d'habitants. Dès lors, pour nourrir l'ensemble du pays, l'agriculture a besoin de beaucoup d'eau et doit jongler avec les problèmes de pénurie.

 C'est dans cette optique que fin 2012, le Comité central du parti communiste et le Conseil d'Etat ont édicté trois lignes rouges à ne pas dépasser : limiter l'usage de l'eau, améliorer l’efficacité de son utilisation sur l'ensemble du territoire et sur le nord du pays en particulier. Ainsi, il a été décidé de fixer à 700 milliards de m3 (ce qui représente les ¾ du volume de l'eau annuellement renouvelable, ndlr) la limite annuelle de ponction sur les ressources. Avant, les autorités chinoises ne restreignaient pas l'eau à des fins industrielles, domestiques ou agricoles. Ils pompaient allègrement dans les rivières. Depuis 2012, c'est fini ! Ils n'ont plus le choix sinon ils vont tout droit à la catastrophe !

A cause de la surexploitation, des rivières entières disparaissent totalement du paysage. Comment lutter contre ce phénomène ? Les immenses projets de barrages et de canaux sous-terrains sont-ils une solution suffisante ? Comment faire pour trouver un équilibre durable ?

Effectivement, il y a l'heure actuelle la mise en place de grands programmes de transferts destinés à ramener de l'eau du sud au nord. Mais c'est "déshabiller Pierre pour habiller Paul". Il faut donc trouver d'autres solutions. C'est pour cela qu'ils ont annoncé fin 2012, en même temps que les trois lignes rouges, la mise en place d'un programme d'augmentation à 60% de l'efficacité des techniques d'irrigation à horizon 2030. L'agriculture qui consomme toujours plus d'eau va donc bénéficier de lourds investissements dans ce domaine et sa consommation sera mieux gérée, mieux régulée.

Pour arriver à relever un tel défi, la Chine a pris l'exemple de Singapour et d'Israël. Aujourd'hui l'Etat hébreu réutilise 76% des ses eaux usées. Et ce dans le but d'arroser les champs agricoles, les espaces verts, la production industrielle... Grâce à cette technologie, Israël est devenu auto-suffisant dans le domaine de l'eau. Israël allait en guerre à cause de l'eau il y a trente ans, ce n'est plus le cas désormais grâce à la réutilisation des eaux et grâce à une haute-technologie dans ce domaine. Haute-technologie que les Chinois commencent tout juste à acquérir. 

Par ailleurs, la Chine se met à pratiquer de plus en plus la technique du désalement de l'eau. Et les autorités s'en donnent tellement les moyens qu'à terme la Chine sera l'une des plus grandes puissances dans ce domaine. Selon des données du ministère chinois de l'Aménagement du territoire datant de 2011, le taux d'urbanisation des zones côtières va passer de 46,6% à 65% en 2030. La population chinoise sera donc de plus en plus côtière. Et qui dit côte , dit possibilité de désalement. En 2013, les stations de désalement traitent 1 million de m3/jour d'eau. Le Conseil d'Etat table sur 2,6 millions de m3/jour pour 2015.

 Efficacité opérationnelle en milieu urbain, irrigation intelligente dans l'agriculture, réutilisation des eaux usées, désalement et tout une batterie de technologies que les Chinois vont copier sur les pays développés sont autant de solutions déjà mises en place pour faire face aux problèmes de l'eau dans le pays. D'autant plus que tout cela vient bien évidemment de leurs grands programmes d'aménagement hydraulique qui visent à ramener de l'eau du sud au nord.

Le problème de l'eau est pris à bras le corps par les autorités chinoises. C'est le sujet le plus important des 100 prochaines années.


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/pire-que-pollution-chine-face-etroitesse-ressources-en-eau-franck-galland-872541.html#rQ6ly2UGEkILWEuZ.99

Partager cet article

Published by Notre Terre - dans Nature
commenter cet article

commentaires